Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

les États-Unis d'Amérique. Il porta le deuil de ce grand eitoyen, et le fit porter à toute l'armée, par l'ordre du jour suivant, en date du 9 février 1800: Washington est mort! Ce grand homme s'est battu contre la tyrannie ; il a consolide la liberté de sa patrie. Sa mémoire sera toujours chère au peuple français, comme à tous les hommes libres des deux mondes, et spécialement aux soldats français, qui, comme lui et les soldats américains, se battent pour l'égalité, la liberté. Le premier consul ordonna en outre, que, pendant dix jours, des crêpes noirs seraient suspeudus à tous les drapeaux et guidons de la république.

jent; on y.. dont Mirant toutes

Le 9 février, une cérémonie eut lieu à Paris, au Champ de Mars. L'on y porta en grande poinpe les trophées conquis par l'armée d'Orient; on y rendit un nouvel hommage au héros américain, dont M. de Fontanes prononça l'oraison funèbre devant toutes les autorités civiles et militaires de la capitale. Ces circonstances ne laissèrent plus aucun doute dans l'esprit des envoyés des États-Unis, sur le succès de leur négociation. • Le traité de 1794, entre l'Angleterre et l'Amérique, avait été un vrai triomphe pour l'Angleterre; mais il avait été désapprouvé par les puissances neutres de l'Europe. En toute occasion, le Dänemark, la Suède, la Russie, proclamaient avec affectation, les principes de la neutralité armée de 1780.

Le 4 juillet 1798, la frégate suédoise la

Troya, escortant un convoi, fut rencontrée par une escadre anglaise; qui lobligea de se rendre à Margate avec les navires qu'elle accompagnait. Aussitôt que le roi de Suéde en fut informé, il donna ordre, au commandant du convoi, de se rendre à sa destination. Mais quelque temps après, un deuxième convoi sorti des ports de Suède, sous l'escorte d'une frégate (la Hulla Fersen), commandée par M. de Cederström, éprouva le même sort que la première. Le roi de Suède fit traduire devant un conseil de guerre les deux officiers commandant les frégates d'escorte; M. de Cederstrom fut condamné à mort.

A la même époque, un vaisseau anglais s'empara d'un navire suédois, et le conduisit à Elseneur; mais bientôt, bloqué dans ce port par plusieurs frégates danoisses, il fut. oblige de rendre sa prise. Pendant les deux années suivantes, les esprits s'aigrirent encore, La destruction de l'escadre française à Aboukir, les malheurs de la France dans la campagne de 1799, accrurent la superbe anglaise. A la fin de décembre 1799. la frégate danoise la Hanfenen, capitaine Van Dockum, escortait des bâtiments marchands de cette nation et .. entrait dans le détroit, lorsqu'elle fut rencontré par plusieurs frégates anglaises. L'une d'elles envoya un canot, pour faire connaître au capitaine danois qu'on allait visiter son convoi. Celui-ci répondit que ce convoi était de sa nation, qu'il était sous son escorte, qu'il en garantissait le pavillon et le chargement, et qu'il ne souffrirait pas qu'on le visitật. Aussi,

tôt un canot anglais, se dirigea sur un narire du convoi, pour le visiter. La frégate danoise fit feu, blessa un Anglais, et s'empara du canot ; mais le capitaine Vandockum le relâcha sur la menace des anglais, de commencer aussitôt les hostilités. Le convoi fut conduit à Gibraltar.

Dans une note, par laquelle M. Merry, envoyé anglais à Copenhague, demanda, le 10 avril 1800, le désaveu, l'excuse et la réparation qu'était en droit d'attendre le gouvernement britannique; il dit: „Le droit de visiter ,,et d'examiner les vaisseaux marchands en „pleine mer, de quelque nation qu'ils soient, ,,et quelle que soit leur cargaison ou desti. „nation, le gouvernement britannique le re

garde comme le droit incontestable de toute „nation en guerre; droit qui est fondé sur „celui des gens, et qui a été généralement ad. „nis et reconnu.“

A cette note, M. Bernstorf, ministre de Dänemark, répondit, que le droit de faire visiter les bâtiments convoyés, n'avait été reconnu par aucune puissance maritime indépendante, et qu'elles ne pourraient le faire sans avilir leur propre pavillon; que le droit conventionnel de visiter un batiment marchand neutre, avait été attribué aux puissances belligérantes, seulement pour s'assurer de la sincérité du pavillon; que cette vérité était bien mieux constatée, quand c'était un bâtiment de guerre de la nation neutre qui le certifiait; que s'il en était autrement, il s'ensuivrait que les plus grandes escadres, escortant un convoi, seraient sounises à l'affront de le laisser visiter par un brick, ou même par un corsaire. Il termi

naiten disant que le capitaine danois, qui avait repoussé une violence, à laquelle il ne devait pas s'attendre , n'avait fait que son devoir.

La frégate danoise la Freya, escortant un convoi marchand', se trouva, le 25 juillet 1800, à l'entrée de la Manche, en présence de quatre frégates anglaises, sur les onze heures du matin. L'une d'elles envoya à bord de la danoise, un officier, pour demander où elle allait, et prévenir qu'il allait visiter le convoi. Le capitaine Krapp repondit que son convoi était danois; il montra à l'officier anglais les papiers et les certificats . qui constataient sa mission, et fit connaître qu'il s'opposerait à toute visite. Alors une frégate anglaise se dirigea sur le convoi, qui reçut ordre de se rallier à la Freya. Ee même temps, une autre frégate s'approcha de cette dernière, et tira sur un bâtiment marchand. Łe danois répondit à son feu, mais de façon que le boulet passa par dessus la frégate anglaise. Sur les huit heures, le commodore anglais arriva. avec son vaisseau, près de la Freya, et réitéra la demande de visiter le convoi sans aucune opposition. Sur le refus du capitaine Krapp, une chaloupe anglaise se dirigéa sur le marchand le plus voisin. Le danois donna ordre de tirer sur la chaloupe; alors le commodore anglais, qui prenait en flanc la Freya, lui envoya toute sa bordée. Cette dernière riposta, se battit une heure contre les quatre frégates anglaises, et, perdant l'espoir de vaincre des forces si supérieures, amena son pavillon. Elle avait reçu trente boulets dans sa coque, et un grand nombre dans ses mats et agrès. Elle fut conduite, avec le convoi , aux

bums,

it mallieve h seze mial. La inctais trent hisser, i bord de la Frya, le pasiilao anos, et v nirert une sante de soltats anglas ans ames.

Cependant les esprits étaient fort agris. Le Dinenart, la Suete. la Rassie amaient lesess esratres, et annoncaient hautement l'intention de soutenir leurs trots par les armes. Lorst Wilworth fut encoréa Copenhague, où d aria le 11 juillet, asee les pouvons necessaires pour aviser a un moyen d accommodement. Cenereciateur fut appuvé par une foite de vingt-cing vaisseaux de ligne, sous les ordres de famiral Dikinson, qui parut, le 19 aout, devant le Sund. Tout était en armes sur la côté de Danemark; on s'attendait à chaque instant au commencement des hostilités. Mais les fiottes alliées de la Suede et de la Russie n'étaient pas prétes. Ces puissances avaient espéré que des menaces seraient suffisantes; comme elles n'avaient pas prévu une attaque si subite, aucun traité n'avait été contracté entre elles à ce sujet. Après de longues conférences, lord Wilworth et le comte de Bernstorf signèrent une convention, le 31 août. Il y fut stipulé 1° que le droit de visiter les bâtiments allant sans convoi, était renvoyé à une discussion ultérieure; 2° que sa majesté danoise, pour éviter les évèneinents pareils à celui de la frégate la Freya, se dispenserait de convoyer aucun de ses båtiments marchands, jusqu'à ce que des explications ultérieures, sur cet objet, eussent pu effectuer une convention définitive; 3o que la Freya et le convoi seraient reláchés; que la frégate trouverait, dans les ports de sa maiesté britannique, tout ce dont

« ZurückWeiter »