Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Pages 36 à 55. Ouverture des débats à la chambre des communes.— Le nouveau ministre, M. Addington, se démet de sa charge d'orateur de la chambre. — Emprunt de 28 millions sterlings demandé par le ministère. — Opposition de M. Harrisson. — Réponse de M Pitt. — Discours de MM. Withbread, Dundas et Nichols. — Sortie de M. Sheridan contre M. Pitt.— Réplique de ce dernier, et explication de sa conduite ministérielle. — La chambre vote les subsides. — Force numérique des armées de terre et de mer.

— Réflexions sur les débats parlementaires. — Division des trois partis.

CHAPITRE II.

Efforts et intrigues du premierConsul pourdétacher le Portugal de V Angleterre.Déclarations simultanées de l'Espagne et du Portugal. Plan concerté entre l'Espagne et la France.Hostilités. Campagnes du Prince de la Paix. Refus du premier Consul d'accéder au traité de paix separée. Marche d'une armée française sous les ordres du général Leclerc. — Madère occupée par les Anglais. Paix forcée entre la France et le Portugal.

Pages 55 à 64. La France et l'Angleterre, seules puissances belligérantes. — Le système continental est repris avec une nouvelle vigueur. — Résistance du Portugal, vaincue par la force des armes. — Ambassade de Lucien Bonaparte à Madrid. — Intrigues du Prince de la Paix. — Le gouvernement français les seconde. — Réunion d'un corps d'observation à Bordeaux. — Préparatifs de l'invasion concertée entre la France et l'Espagne. — Ferme contenance du Portugal. — Secours promis à cette puissance par l'Angleterre.

Pages 64 à 73.

Hésitation du roi Charles IV à commencer les hostilités. — Conclusion d'un traité secret d'alliance offensive. — Le Prince de la Paix généralissime des armées espagnoles. — Le général Gouvion-Saint-Cyr envoyé à Madridpour diriger les opérations.— Plan de campagne arrêté par le premier Consul. — Déclaration de guerre. — Rapprochemens historiques.

— Réflexions sur ces événemens.

Pages 73 à 77.

Entrée des Espagnols sur le territoire portugais. — Précipitation du Prince de la Paix pour éviter la coopération des Français. — Jactance de ses rapports officiels. — Importance donnée aux moindres actions. — Soumission des places fortes de XAlentejo. Retraite des Portugais.— Trêve. — Traité de.

Paix conclu à Badajoz entre l'Espagne et le Portugal.

Pages 77 à 85.

Eclat donné à cette pacification. — Le roi et la reine d'Espagne se rendent à Badajoz. — Ridicule triomphe. — Refus du premier Consul de ratifier le traité de Badajoz, conclu sans la participation de la France. — Renvoi du plénipotentiaire portugais débarqué à l'Orient. — Marche de l'armée française sur Lisbonne. — Occupation de l'île de Madère par les Anglais. — Insuffisance des moyens de défense des Portugais. — La cour de Lisbonne cède à la nécessité. — Traité de Paix conclu à Madrid entre la République française et le Prince-Régent.

CHAPITRE III.

Situation de la marine française. Objet de l'expédition de l'amiral Gantheaume. — 77 sort de Brest.— Sa navigation, ses manœuvres dans la Méditerranée. — Il manque son but à la côte d'Egypte, prend un vaisseau anglais et rentre à Toulon.— Glorieux combat du contre-amiral Linois à Algésiras. — Don Juan Moreno sort de Cadix. — Combat désastreux du détroit de Gibraltar.

Pages 85 à 90. Décadence de la marine française. — Ses con.sequences.—Son état florissant sous Louis XVI.—Jalousie de l'Angleterre. — Intérêt de cette puissance à détruire les forces navales. — La guerre avec la France toujours prétexte et moyen. — Accroissement remarquable de la marine britannique dans l'intervalle de 1793 à 1801. — Honneur du pavillon français , conservé intact au milieu des revers. — Comparaison des pertes de la marine française à cette époque, avec celles de la fin du règne de Louis XIV.

Pages 90 à 98. Opinion du premier Consul sur la marine. — Comment les guerres continentales la lui firent négliger. — Dispersion , isolement des vaisseaux dans les ports. — Motif de ses expéditions partielles. — Sa sollicitude pour l'armée d'Egypte,. — Une flotte anglaise se dirige vers Alexandrie. — Le premier Consul tente de la prévenir. — La flotte de Brest est équipée à la hâte. — Elle met à la voile. — Sa rentrée dans la rade. — Nouvelle sortie de l'amiral Gantheaume. — Il échappe aux Anglais. — Engagement de la frégate la Bravoure, avec la frégate anglaise la Phébé. — Arrivée et ralliement de l'escadre au cap de Gates. Pages 98 à 102. Incertitude des Anglais sur la véritable destination de l'eacadre de Brest. — Sir Robert Calder fait voile pour les Indes occidentales. — Warren , témoin du passage de Gantheaume par le détroit, se met à sa poursuite Prise de trois bâtimens anglais.— Gantheaume vire de bord et entre à Toulon.

Pages 102 à 106.

Une seconde division part de Rochefort, sons les ordres du capitaine Saulnier. — La frégate Y A/ri" caine est séparée par un coup de vent du reste de la division. — Elle est atteinte par la frégate anglaise la Phébé. — Combat acharné entre ces deux bâtimens. — Courageux et inutiles efforts des troupes embarquées. — Leur impétuosité cause la perte de Y Africaine. —- Le capitaine Saulnier est tué.— La frégate française amène son pavillon.

Pages 106 à 109.

L'amiral Gantheaume remet à la voile. — Instructions du premier Consul. — Warren poursuit l'escadre française, qui l'évite et rentre à Toulon.

Pages 109 à 114. ,

Troisième tentative de Gantheaume. — Il arrive à la côte d'Egypte. — Débarquement tenté à l'ouest A'Alexandrie. — Apparition subite de la flotte de l'amiral Keith. — Gantheaume lui échappe. — Il s'empare du vaisseau anglais le Swiftsbury, et rentre encore à Toulon.

« ZurückWeiter »