Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

jih

*Preprises les plus hardies. on til War' name's per la pression d'envahir et de With the letter wiewiel a roulu rappeler la

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
[graphic]

» L'Autriche elle-même, après deux guerres malheureuses, a obtenu l'état de Venise. Dans tous les temps, elle eût échange de gré à gré Venise contre les provinces qu'elle a perdues. .

» A peine conquise, la Hollande a été déclarée indépendante, quoique sa réunion à la France eût été le complément de notre système commercial.

» La réunion de la Suisse eût également complété notre frontière militaire ; toutefois la Suisse est libre et indépendante par l'acte de médiation.

» La réunion de l'Italie à la France eût été favorable au progrès de notre agriculture; cependant pous ayons, après la seconde conquête, confirmé à Lyon son indépendance. Nous faisons plus aujourd'hui, nous proclamons le principe de la séparation des couronnes de France et d'Italie , en assignant pour l'époque de cette séparation l'instant où elle deviendra possible et sans danger pour nos peuples d'Italie,

» Nous avons accepté, et nous placerons sur notre tête, cette couronne de fer des anciens Lombards, pour la retremper, pour la raffermir, et pour qu'elle ne soit pas brisée au milieu des tempêtes qui la menaceront, tant que la Méditerranée ne sera pas rentrée dans son état habituel.

» Le génie du mal cherchera en vain des prétextes pour remettre le continent en guerre : ce qui a été réuni à notre empire par les lois constitutionnelles de l'état y restera réuvi. Aucune nouvelle

province n'y sera incorporée; mais les lois de la république batave , l'acte de médiation des dix-neuf cantons suisses, et ce premier statut du royaume d'Italie, seront constamment sous la protection de notre couronne , et nous ne souffrirons jamais qu'il y soit porté atteinte,

» Dans toutes les circonstances, dans toutes les transactions, nous montrerons la même modération; et nous espérons que notre peuple n'aura plus besoin de déployer ce courage et cette énergie qu'il a toujours montrés pour défendre ses droits légitimes. »

Le 3o du mois, il était déjà sur la route de Milan. On lui donna partout des fêtes magnifiques. Le 26 mai, il fut sacré roi d'Italie, avec la plus grande pompe. Quand il eut prêté son serment sur l'Evangile , à l'instar de ce qui s'était fait à Paris, le chef des hérauts d'armes cria avec forçe : Napoléon, empereur des Français , et roi d'Italie, est couronné et intronisé; vive l'empereur et roi.

Dans la même cérémonie , l'impératrice fut couronnée reine d'Italie.

Bonaparte, ayant nommé son beau-fils, Eugêne Beauharnais, déjà congu dans les armées françaises pour sa bravoure et ses talens militaires , vice-roi de son nouveau royaume, resta encore quelque temps en Italie, pour y, pourvoir aux formes du gouvernement et aux détails de l'administration. Il ne quitta cette belle contrée où il venait de se fonder une autorité si extraordinaire , qu'après s'être fait demander et avoir décrété la réunion de Gênes à la France.

Il n'était pas probable que de tels changemens, dans lesquels on doit voir de véritables infractions au traité de Lunéville , se feraient sans réclamations de la part de certains souverains. Bientôt en effet, l'empereur d'Allemagne et celui de Russie firent notifier au nouvel empereur une convention , qu'ils avaient signée en commun avec l'Angleterre, et dont l'objet, était de garantir l'indépendance de l'Allemagne et de la Suisse. Cette notification ayant été repoussée avec hauteur, il fallut songer à combattre. · La majeure partie de l'armée française était toujours campée à Boulogne, menaçant la Grande-Bretagne, d'une invasion.

Le 2 janvier 1805, Bonaparte avait écrit la lettre suivante au roi d'Angleterre.

« Monsieur MON FRÈRE; » Appelé au trône de France par la Providence et par les suffrages du sénat, du peuple et de l'armée, mon premier sentiment est un veu de paix, La France et l'Angleterre usent leur prospérité; elles peuvent lutter des siècles; mais leurs gouvernemens remplissent-ils bien le plus sacré de leurs devoirs ? et tant de sang versé inutilement, et sans la perspective d'aucun but, ne les accuse-t-il pas dans leur propre conscience? Je n'attache point de dés

« ZurückWeiter »