Correspondance inédite officielle et confidentielle de Napoléon Bonaparte avec les cours étrangèrs, les princes, les ministres et les généraux français et étrangèrs, en Italie, en Allemagne, et en Égypte ...

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 345 - France eût été aussi sage, aussi modéré, aussi attaché aux principes de l'Evangile, la religion romaine n'aurait subi aucun changement en France ; mais la corruption de la monarchie avait infecté jusqu'à la classe des ministres de la religion ; l'on n'y voyait plus des hommes d'une vie exemplaire et d'une morale pure, tels que le cardinal Mattei, le...
Seite 557 - Nous sommes à l'article de la reconnaissance. Je leur ai dit que la République Française ne voulait point être reconnue ; elle est en Europe ce qu'est le soleil sur l'horizon: tant pis pour qui ne veut pas la voir et ne veut pas en profiter.
Seite 561 - Je me suis précipité dans l'Allemagne pour dégager les armées du Rhin , et empêcher l'ennemi d'y prendre l'offensive. Je suis aux portes de Vienne ; et cette cour insolente et orgueilleuse a ses plénipotentiaires à mon quartier-général. Il faut que les armées du Rhin n'aient point de sang dans les veines : si elles me laissent seul , alors je m'en retournerai en Italie.
Seite 411 - Alvinzi de ne pouvoir la secourir , nous offrent des chances favorables pour attendre sa reddition. Il est vrai que le fort de Kehl est dans une situation fâcheuse, et à la veille de nous être enlevé; mais le prince Charles ayant refusé d'accepter un armistice sur le Rhin, basé sur le statu quo , il est à croire qu'il poursuivra son siége avec opiniâtreté.
Seite 410 - ... premières entrevues avec son envoyé , pour nous fixer une opinion que nous n'admettrions qu'à regret. Si la maison d'Autriche joignait en ce moment, aux vues ambitieuses qui l'ont toujours caractérisée , une connaissance exacte de la tendance générale de l'Europe vers des innovations politiques plus ou moins analogues à celles que la France a éprouvées , elle sentirait que son système de prépondérance , fondé actuellement sur la constitution germanique, demande un autre appui. Cet...
Seite 314 - L'on hait ici et l'on est prêt à combattre les nouveaux révolutionnaires, quel que soit leur but. Plus de révolution, c'est l'espoir le plus cher du soldat. Il ne demande pas la paix, qu'il désire intérieurement, parce qu'il sait que c'est le seul moyen de ne la pas obtenir , et que ceux qui ne la désirent pas l'appellent bien haut pour qu'elle n'arrive pas. Le soldat se prépare à de nouvelles batailles; et, s'il jette quelquefois un coup...
Seite 325 - La république de Venise veut-elle aussi se déclarer contre nous ? Déjà je sais que la plus tendre sollicitude l'a animée pour l'armée du général Alvinzi : vivres, secours, argent, tout lui a été prodigué ; mais , grâce au courage de mes soldats et à la prévoyance du gouvernement français, je suis en mesure, et contre la perfidie, et contre les ennemis déclarés de la république française. •L'armée française respectera les propriétés , les mœurs et la religion ; mais malheur...
Seite 400 - Corvo, de Bologne et de Ferrare; y ajouter le Siennois, et lui donner le titre de Roi des Romains. Ce projet serait très-agréable à l'Italie , y mettrait nos intérêts à couvert; mais il pourrait déplaire à l'Allemagne. Le moyen de le faire adopter serait de fournir au Roi de Prusse un ample dédommagement: lui satisfait, tout le reste serait réduit au silence.
Seite 343 - Je vous evouerai franchement que j'ai été bien aise de saisir cette circonstance pour chasser de cette ville la grande quantité d'émigrés qui s'y étaient réfugiés, et...
Seite 547 - Sainteté des choses obligeantes contenues dans la lettre qu'elle s'est donné la peine de m'écrire. La paix entre la république française et Votre Sainteté vient d'être signée , je me félicite d'avoir pu contribuer à son repos particulier. J'engage Votre Sainteté a se méfier des personnes qui sont à Rome, vendues aux cours ennemies de la France, ou qui se laissent exclusivement guider par les passions haineuses , qui entraînent toujours la perte des états.

Bibliografische Informationen