Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

coup et la contre-empreinte du fait. Il n'y a ni lettre, ni son, ni couleur entre la chose et le mot : le mot, c'est lui. La phrase concise, mais sculptée sur le nu, rappelle ces temps où Bajazet et Charlemagne ne sachant pas écrire leur nom au bas des actes de leur empire trempaient leur main dans l'encre ou dans le sang, et l'appliquaient avec toutes ses articulations empreintes sur le parchemin. Ce n'était pas la signature, c'était la main même du héros qu'on avait éternellement sous les yeux. Ainsi des pages de ses campagnes dictées par Napoléon. C'est le verbe du mouvement, de l'action et du combat.

XLVIII.

Cette renommée dont il avait fait sa moralité, sa conscience et son principe, il la mérita donc par sa nature et par son intelligence de la guerre et de la gloire. Il en a inondé aussi le nom de la France. La France, obligée d'accepter sa tyrannie et ses crimes, doit aussi accepter sa gloire avec une sévère reconnaissance. Elle ne pourrait séparer ce nom du sien sans diminuer son propre nom. Ce nom s'est incrusté dans ses torts comme dans sa grandeur. Elle a voulu de la renommée, il lui en a donné. Mais ce qu'elle lui doit, c'est surtout un grand bruit.

[ocr errors]

Cet écho qui se continue dans la postérité, et qu'on appelle encore improprement gloire, a été son moyen et son but. Qu'il en jouisse donc ! Homme de bruit, qu'il

retentisse à travers les siècles! Mais que ce bruit ne pervertisse pas la postérité et ne fausse pas le jugement du peuple. Cet homme, une des plus vastes créations de Dieu, s'est mis avec plus de force qu'il ne fut donné à aucun homme d'en accumuler sur la route des révolutions et des améliorations de l'esprit humain comme pour arrêter les idées et faire rebrousser chemin aux vérités. Le temps l'a franchi; les idées et les vérités ont repris leur courant. On l'admire comme soldat, on le mesure comme souverain, on le juge comme fondateur de peuples, Grand par l'action, petit par l'idée, nul par la vertu : Voilà l'homme !

[merged small][ocr errors]

TABLE DES MATIÈRES

DU TOME PREMIER.

Coup d'œil rétrospectif sur le règne de Napoléon. — Napoléon en 1813. -
Son retour à Paris. — Les armées coalisées sur le Rhin. — Convocation
du conseil d'Etat le 11 novembre.— Le conseil d'Etat décrète une levée
de 300,000 hommes. — Etat de la France militaire. — Ouverture du Corps
Législatif. — Discours de l'empereur au Corps Législatif. — Propositions
de Francfort.— Fixation d'un congrès à Manheim. — Choix des commis-
saires chargés par le Sénat et le Corps Législatif de l'examen et du rap-
port des négociations. — Choix hostiles et opposition du Corps Législatif.

| — M. Lainé.'— M. Raynouard. — Adresse de M. de Fontanes, — Cam-

bacérès. — Adresse de M. Lainé. — Indignation de Napoléon. — Savary.

— Suppression de l'adresse du Corps Législatif. — Sa dissolution. — Ré-

ception du 1er janvier 1814. — Discours de l'empereur au Corps Légis-

latif. — Reconstitution de la garde nationale de Paris. — Présentation de

Marie-Louise et de son fils aux officiers de la garde nationale. — Allo-

cution de Napoléon.— Marie-Louise.— Départ de Napoléon pour l'armée

le 23 janvier. — Schwartzenberg et Blücher passent le Rhin le 31 dé-

cembre. — Situation respective des alliés et de l'empereur. — Lassitude

de la France. — Arrivée de Napoléon à Châlons le 25 janvier. 13

LIVRE DEUXIÈME.

Campagne de 1814. - Plan de Napoléon — Marche de l'empereur sur Saint-
Dizier à la rencontre des alliés. — Napoléon se replie sur Brienne. —
Combat de Brienne. — Jonction de Blücher et de Schwartzenberg.
— Bataille de la Rothierre.—Combat de Marmont à Rosnay. — Napoléon
se rend à Troyes. — Son séjour et ses hésitations à Troyes. — Congrès de
Châtillon. - Caulaincourt. — Ultimatum des souverains alliés le 8 jan-
vier. - Correspondance de l'empereur et de Joseph. — Blucher se replie
sur Châlons et marche sur Paris. — Napoléon se porte sur Champ-Aubert

LIVRE TRoISIÈME.

Demande de suspension d'armes par les alliés. — Conférences de Lusigny.—

Prise de Soissons par les alliés. — Blücher réunit tous ses corps d'armée.

– Il marche sur Troyes vers Schwartzenberg. — Rencontre de Napoléon

et de Blücher. — Combat de Méry-sur-Seine. — Blücher abandonne la

vallée de la Seine et s'élance sur Paris par la vallée de la Marne.—Mor-

tier et Marmont se replient sur Paris. — Soissons repris par Mortier. –

Napoléon quitte Schwartzenberg et court sur Blücher. — Il l'atteint à la

Ferté-sous-Jouarre. —Blücher passe la Marne poursuivi par Napoléon.—

Blücher, cerné par l'empereur, Mortier et Marmont, s'échappe par Sois-

sons, abandonne l'Aisne et se retire sur Laon. —1Napoléon franchit l'Aisne

à Béry-au-Bac, et rencontre à Craonne les corps russes et prussiens qui

viennent couvrir Blücher. — Bataille de Craonne. – Bataille de Laon. —

Halte de Napoléon à Reims. — Schwartzenberg marche sur Paris et

s'avance jusqu'à Provins. — Tactique de l'empereur. — Il retourne à

Troyes pour agir sur les derrières de l'ennemi. — Panique des alliés.—

Schwartzenberg recule jusqu'à Troyes et Dijon. — Bataille d'Arcis-sur-

Aube.— Nouveau plan de campagne de l'empereur. —Décret de levée en

masse. — Lassitude de la France. — Marche de Napoléon vers Saint-

Dizier. — Traité de Chaumont. Concentration des armées alliées à

Châlons. - Leurs hésitations. – Elles marchent sur Paris. - Situation

de Paris et de la France. — Fuite de Marie-Louise, 91

LIVRE QUATRIÈME.

Course de Napoléon sur Paris. – Il traverse Troyes et Sens. - Arrivée des
armées coalisées devant Paris. - Bataille de Paris. — Joseph ordonne à
Marmont de capituler. — Proclamation de Joseph. — Fuite de Joseph,
de Jérôme et du gouvernement. — Mortier offre une suspension d'armes.
— Dernière résistance de Marmont. – Il propose une suspension d'armes.
– Députation du conseil municipal près de Marmont. - Capitulation de
Marmont le 30 mars. — MM. de Chabrol et Pasquier au quartier général
d'Alexandre. — Alexandre. — Il reçoit une députation des Parisiens.
Discours d'Alexandre. - Entrée des armées alliées dans Paris. - Phy-
sionomie de Paris. Pétition des maires de Paris à Alexandre. - Mani-
festation royaliste sur le passage des souverains. 1l5

[ocr errors]

LIVRE CINQUIÈME.

Napoléon au village de la Cour-de-France, près de Paris, le 30 mars au
soir. — Rencontre des troupes françaises en retraite, du général Belliard
et de l'empereur. — L'empereur apprend la capitulation de Paris. — Indi-
gnation de Napoléon. — Il envoie Caulaincourt à Paris. — Vaine tenta-
tive de Caulaincourt pour entrer dans Paris. — Son retour près de l'em-
pereur. – Il est renvoyé une seconde fois près des alliés. - Napoléon se
rend à Fontainebleau. — Rencontre du duc Constantin et de Caulaincourt
aux barrières. - Il fait entrer Caulaincourt dans Paris. - Alexandre le
reçoit. — Entrevue d'Alexandre et de Caulaincourt. l4l

LIVRE SIXIÈME.

Alexandre chez M. de Talleyrand. — M. de Talleyrand. — Conférence de
nuit des alliés. - Délibération. — Alexandre. — Le duc d'Alberg. — Pozzo
di Borgo, — M. de Talleyrand. — Déclaration des souverains. — Dépu-
tation royaliste à Alexandre. — Réponse de M. de Nesselrode. — Propa-
gande royaliste. - La presse.— Brochure de M. de Chateaubriand : Bo-
naparte et les Bourbons. — Situation des esprits. — Convocation du
Sénat. — Séance du 1er avril. - Formation du gouvernement provisoire.
– M. de Talleyrand.– Le duc d'Alberg. – M. de Jaucourt. — Le général
Beurnonville. — L'abbé de Montesquiou. - Le conseil municipal. —Ma-
nifeste de M. Bellart. l57

LIVRE SEPTIÈME.

Séance du Sénat le 2 avril. - Déclaration de déchéance. - Séance du Sénat
du 3 avril. - Texte du décret de déchéance. - Adhésion du Corps Légis-
latif. — Manifestations de Paris contre l'empereur. — Ministère. - Pro-
grès de l'opinion. - Adhésion des autres corps constitués. - Manifeste
du gouvernement provisoire. - Situation de l'empereur et des alliés. —
Napoléon à Fontainebleau. — Retour de Caulaincourt à Fontainebleau
dans la nuit du 2 avril.– Proclamation de Napoléon à sa garde le 3 avril.
– Ordre du jour pour la marche de l'armée sur Paris. - Opposition des
maréchaux. - Entrevue de Napoléon et de Marmont. - Adhésion de
Marmont à la déchéance de l'empereur. - Lettre de Marmont au prince
de Schwartzenberg. - Réponse du prince de Schwartzenberg. 199

LIVRE HUITIÈME

Abdication de Napoléon. — Il envoie Caulaincourt et Macdonald comme
plénipotentiaires à Paris. - Conseil des maréchaux et des souverains
alliés le 4 avril. - Rejet de la régence. - Défection du corps d'armée de
Marmont. - Repas de nuit des généraux et des officiers. - Marche du

« ZurückWeiter »