Correspondance inédite officielle et confidentielle de Napoléon Bonaparte avec les cours étrangères, les princes, les ministres et les généraux français et étrangers: en Italie, en Allemagne, et en Égypte, Band 4

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 77 - L'Empire des Turcs s'écroule tous les jours ; la possession de ces îles nous mettra à même de le soutenir autant que cela sera possible , ou d'en prendre notre part.
Seite 78 - J'ai l'honneur de vous annoncer, général, que le Directoire exécutif m'a nommé ministre des relations extérieures. » Justement effrayé des fonctions dont je sens la périlleuse importance, j'ai besoin de me rassurer par le sentiment de ce que votre gloire doit apporter de moyens et de facilités dans les négociations. Le nom seul de Bonaparte est un auxiliaire qui doit tout aplanir.
Seite 170 - La situation de mon âme a aussi besoin de se retremper dans la masse des citoyens. Depuis trop longtemps, un grand pouvoir est confié dans mes mains. Je m'en suis servi, dans toutes les circonstances , pour le bien de la patrie : tant pis pour ceux qui ne croient point à la vertu, et qui pourraient avoir suspecté la mienne.
Seite 384 - ... faits pour en avoir une : la voici : c'est aussi la mienne. Benjamin Constant est un homme à peu près de votre âge, passionné pour la liberté, d'un esprit et d'un talent en première ligne; il a marqué par un petit nombre d'ouvrages écrits d'un style énergique et brillant, pleins d'observations fines et profondes ; son caractère est ferme et modéré; républicain inébranlable et libéral.
Seite 207 - J'ai fait partir, à deux heures , le général Berthier et le citoyen Monge pour vous porter le traité en original. Je me suis référé à vous en écrire ce matin , et je vous expédie , à cet effet , un courrier extraordinaire qui vous arrivera en même temps, et peut-être avant le général Berthier : c'est pourquoi j'y inclus une copie collationnée de ce traité. 1« Je ne doute pas que la critique ne s'attache vivement à déprécier le traité que je viens de signer.
Seite 12 - Je vois que le club de Clichy veut marcher sur mon cadavre pour arriver à la destruction de la République. N'est-il donc plus en France de républicains? et, après avoir vaincu l'Europe, serons-nous donc réduits à chercher quelque angle de la terre pour y terminer nos tristes jours...
Seite 178 - Mais, dans un gouvernement où toutes les autorités émanent de la nation , où le souverain est le peuple , pourquoi classer dans les attributions du pouvoir législatif des choses qui lui sont étrangères? Depuis cinquante ans, je ne vois qu'une chose que nous avons bien définie, c'est la souveraineté du peuple; mais nous n'avons pas été plus heureux dans la fixation de ce qui est constitutionnel que dans l'attribution des différents pouvoirs.
Seite 199 - Naples, a l'instant où il franchirait les limites, que le peuple romain est sous la protection de la république française ; ensuite , en vous rendant de votre personne auprès du général napolitain, vous lui diriez que la république française ne voit pas...
Seite 421 - Lorsque vous vous trouverez à deux journées » de Rome , vous menacerez alors le pape et tous les » membres du gouvernement qui se sont rendus » coupables du plus grand de tous les crimes , afin » de leur inspirer l'épouvante et de les faire fuir. » Si, commele directoire exécutif l'espère, vous » arrivez à Rome, vous emploierez toute votre in» fluence à organiser la république romaine.
Seite 114 - Il me semble que cela se peut faire aisément ; et alors , mon cher général , venez jouir de la bénédiction du peuple français tout entier , qui vous appellera son bienfaiteur; venez étonner les Parisiens par votre modération et votre philosophie. On vous prête mille projets plus absurdes les uns que les autres ; on ne peut pas croire qu'un homme qui a fait de si grandes choses , puisse se réduire à vivre en simple citoyen.