Histoire d'Italie, de 1789 à 1814, Band 5

Cover
P. Dufart, 1824
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 64 - Je me fiai aux paroles de ce prince, et je fus généreux envers lui. « Lorsque la seconde coalition fut dissoute à Marengo, le roi de Naples, qui le premier avait commencé cette injuste guerre, abandonné à Lunéville par ses alliés, resta seul et sans défense. Il m'implora; je lui pardonnai une seconde fois.
Seite 191 - Rome ait cessé pour cela d'être une partie de son empire ; considérant que depuis ce temps l'union des deux pouvoirs, spirituel et temporel, ayant été , comme elle est encore aujourd'hui , la source de continuelles discordes ; que les souverains pontifes ne se sont que trop souvent servi de l'influence de l'un pour soutenir les prétentions de l'autre, et que , par cette raison , les affaires spirituelles , qui , de leur nature , sont immuables, se trouvent...
Seite 64 - J'avais d'assez légitimes raisons, et de suspecter la trahison qui se méditait, et de venger les outrages qui m'avaient été faits. Je fus encore généreux. Je reconnus la neutralité...
Seite 65 - La dynastie de Naples a cessé de régner; son existence est incompatible avec le repos de l'Europe et l'honneur de ma couronne. Soldats, marchez, précipitez dans les flots, si tant est qu'ils vous attendent, ces débiles bataillons des tyrans des mers. Montrez au monde de quelle manière nous punissons les parjures.
Seite 9 - Le partage de la Pologne, les provinces soustraites à la Turquie, la conquête des Indes et de presque toutes les colonies avaient rompu, à notre détriment, l'équilibre général.
Seite 8 - Je la garderai cette couronne, mais seulement tout le temps que vos intérêts l'exigeront ; et je verrai avec plaisir arriver le moment où je pourrai la placer sur une plus jeune tête qui, animée de mon esprit , continue mon ouvrage , et soit toujours prête à sacrifier sa personne et ses intérêts à la sûreté...
Seite 141 - Sa majesté l'empereur et roi Napoléon témoigne sa satisfaction aux troupes de sa sainteté pour leur bonne tenue. Elles ne recevront plus d'ordres à l'avenir ni des prêtres ni des femmes. Des soldats doivent être commandés par des soldats. Les troupes peuvent être assurées qu'elles ne retourneront plus sous les drapeaux des prêtres. L'empereur et roi leur donnera des généraux que leur bravoure a rendus dignes de les conduire (1).
Seite 264 - L'état du clergé de France est-il en général amélioré ou empiré, depuis que le concordat est en vigueur...
Seite 191 - Les Etats du pape sont réunis à l'Empire français. II. La ville de Rome, premier siége du christianisme , et si célèbre par les souvenirs qu'elle rappelle, et les monumens qu'elle conserve, est déclarée ville impériale et libre ; son gouvernement et son administration seront réglés par un décret spécial.
Seite 190 - Français , etc. Considérant que lorsque Charlemagne, empereur des Français, et notre auguste prédécesseur, fit don aux évêques de Rome de diverses contrées, il les leur céda à titre de fief, pour assurer le repos de ses sujets , et sans que Rome ait cesse pour cela d'être une partie de son empire...

Bibliografische Informationen