Histoire diplomatique de l'alliance franco-russe (1873-1893): souvenirs et révélations

Cover
P. Ollendorff, 1894 - 339 Seiten

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 18 - France, telle qu'elle a existé sous ses rois légitimes; ils peuvent même faire plus, parce qu'ils professent toujours le principe que, pour le bonheur de l'Europe, il faut que la France soit Grande et Forte.
Seite 25 - Je veux rester uni à la Russie. Si l'empereur Nicolas attaque l'Autriche, je me tiendrai en mesure et me réglerai selon les circonstances; mais si l'Autriche l'attaque, je ferai marcher immédiatement contre elle. Peut-être qu'une guerre contre la cour de Vienne me sera utile, parce qu'elle fera cesser les dissensions intérieures et occupera la nation en grand comme elle le désire".
Seite 59 - Jamais la Prusse n'oubliera que c'est à vous qu'elle doit que la guerre n'a pas pris des dimensions extrêmes. Que Dieu vous en bénisse. Pour la vie votre ami reconnaissant.
Seite 17 - Ktats la guerre la plus inique, la plus odieuse. Toute réconciliation entre lui et moi est désormais impossible, mais, je le répète, je n'ai en France que cet ennemi. Tous les Français, hors lui, sont bien vus de moi.
Seite 85 - Bismarck ne sont que des ruses employées par lui, pour mieux assurer son pouvoir, en se faisant croire plus nécessaire par l'étalage de dangers imaginaires.
Seite 219 - Bulgarie avec cette idée sérieusement mûrie et décidée, le moment viendra où quelque défavorables ou même hostiles que puissent paraître en ce temps les actes de la politique allemande vis-à-vis de l'entreprise de Votre Altesse, les sentiments que le gouvernement de Berlin nourrit en secret pour le succès de son action monarchique en Bulgarie pourront éclater au grand jour et avoir ainsi toute l'efficacité attachée à l'action ouverte et décidée d'un puissant empire.
Seite 24 - Mais enfin, si vous ne pouvez vider vos différends avec la Porte que par les armes, si vous voulez aller à Constantinople, entrez avec les puissances chrétiennes dans un partage équitable de la Turquie européenne. Celles de ces puissances qui ne sont pas placées de manière à s'agrandir du côté de l'Orient recevront ailleurs des dédommagements. Nous, nous voulons avoir la ligne du Rhin, depuis Strasbourg jusqu'à Cologne.
Seite 100 - C'est égal, laissez-le. Nous ne tirerons pas l'épée et nous n'en aurons pas besoin. Nous arriverons sans cela.
Seite 24 - Rhin. Nous pouvons tenir ce langage à Nicolas : < Vos ennemis nous sollicitent; nous préférons la paix à la guerre, nous désirons garder la neutralité. Mais enfin si vous ne pouvez vider vos différends avec la Porte que par les armes, si vous voulez aller à Constantinople, entrez avec les puissances chrétiennes dans un partage équitable de la Turquie européenne. Celles de ces puissances qui ne sont pas placées de manière à s'agrandir du côté de l'Orient recevront...
Seite 97 - Mais si elle n'était pas prévenue à temps, Elle daignera comprendre et reconnaître qu'Elle aussi aura été trompée et surprise; qu'elle se trouvera pour ainsi dire devenue la complice involontaire du piège qui nous aura été tendu. Et je dois avoir aussi cette confiance qu'Elle vengera ce qui sera devenu son injure propre, et qu'Elle couvrira de son «f/j^eceux qui se sont reposés sur son appui. C'est là, mon cher Général, l'assurance que je voudrais recueillir par vous.

Bibliografische Informationen