Correspondance de l'armée française en Égypte, interceptée par l'escadre de Nelson. Publ. à Londres, avec une intr. et des notes de la chancellerie anglaise, trad.; suivies d'observations par E.T. Simon

Cover

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 173 - Les cultivateurs, appelés communément fellas, sont extrêmement laborieux ; ils vivent de très-peu de chose, et dans une malpropreté qui fait horreur : j'en ai vu boire le surplus de l'eau que mes chameaux et mes chevaux laissoient dans l'abreuvoir.
Seite 263 - Ils prospéreront dans leur fortune et leur rang. Heureux ceux qui seront neutres ! Ils auront le temps de nous connaître , et ils se rangeront avec nous. Mais malheur, trois fois malheur, à ceux qui s'armeront pour les mameloucks , et combattront contre nous : il n'y aura pas d'espérance pour eux ; ils périront.
Seite 84 - Il y aura dans chaque province un aga des janissaires qui se tiendra toujours avec le commandant français. Il aura avec lui une compagnie de...
Seite 170 - ... des hommes à moitié nus, dont le corps ressemble au bronze, la peau dégoûtante, fouillant dans des ruisseaux bourbeux, et qui, semblables à des cochons, rongent et dévorent ce qu'ils y trouvent ; des maisons hautes de vingt pieds au plus, dont le toit est une plate-forme, l'intérieur une écurie, l'extérieur l'aspect de quatre murailles. Voilà les maisons d'Alexandrie. Ajoutez qu'autour de cet amas de misère et d'horreurs sont les fondemens de la cité la plus célèbre de l'antiquité,...
Seite 261 - châtiment est arrivée. Depuis » trop long-temps , ce ramassis » d'esclaves, achetés dans le Cau»case et la Géorgie, tyrannise la » plus belle partie du monde : mais »Dieu, de qui dépend tout, a »ordonné que leur empire fi
Seite 194 - Je ne puis te donner aucun détail, parce que nous ne les connoissons pas encore d'une manière positive: ce qu'il ya malheureusement de trop certain, c'est que le superbe vaisseau l'Orient est sauté dans le combat. Placés sur une éminence qui dominoit la mer, nous avons été témoins de cet affreux spectacle. Le combat a duré plus de vingt-quatre heures ; les Anglais ont dû beaucoup souffrir. Nous ignorons encore combien nous avons perdu de vaisseaux. J'ose espérer que les bruits sinistres...
Seite 254 - Soldats, Vous allez entreprendre une conquête dont les effets sur la civilisation et le commerce du monde sont incalculables. Vous porterez à l'Angleterre le coup le plus sûr et le plus sensible, en attendant que vous puissiez lui donner le coup de mort.
Seite 167 - ... de tués restent à l'instant sur le champ de bataille : les autres, voulant s'échapper, se précipitent dans le Nil, et y périssent tous. Désespérés alors, ils fuient de tous côtés, mettent le feu à leur flotte, en font sauter tous les bâtiments, nous abandonnent leur camp, et plus de quatre cents chameaux chargés de bagages.
Seite 159 - ... Il ne les décharge qu'une fois ; il saisit ensuite deux paires de pistolets qu'il a autour de son corps , puis huit flèches qu'il. porte dans un carquois, et qu'il jette fort adroitement avec sa main , puis se sert de la masse d'armes pour assommer.
Seite 79 - J'attends de vos nouvelles avec quelque impatience. Vous en aurez sans doute en ce moment reçu de France. Nous avons essuyé plus de fatigues que beaucoup de gens n'avaient le courage d'en supporter.

Bibliografische Informationen