La campagne de 1814: d'après les documents des archives imperiales et royales de la guerre à Vienne, Band 4

Cover
Librairie militaire de L. Baudoin, 1896

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 259 - Il est facile à un homme d'honneur de remplir son devoir quand il est tout tracé; mais qu'il est cruel de vivre dans des temps où l'on peut et où l'on doit se demander : où est le devoir? Et ces temps, je les ai vus, ce sont ceux de mon époque ! Trois foisdans ma vie j'ai été misenprésencedecette difficulté!
Seite 108 - Faites partir l'impératrice et le roi de Rome pour Rambouillet ; ordonnez au Sénat, au Conseil d'État et à toutes les troupes de se réunir sur la Loire.
Seite 108 - Conformément aux instructions verbales que je vous ai données et à l'esprit de toutes mes lettres, vous ne devez pas permettre que, dans aucun cas, l'Impératrice et le roi de Rome tombent entre les mains de l'ennemi.
Seite 111 - Oui, je vous parlerai franchement. Si Talleyrand est pour quelque chose dans cette opinion de laisser l'impératrice à Paris, dans le cas où l'ennemi s'en approcherait, c'est trahir. Je vous le répète, méfiez-vous de cet homme ! Je le pratique depuis seize années ; j'ai même eu de la faveur pour lui ; mais c'est sûrement le plus grand ennemi de notre maison, à présent que la fortune l'a abandonnée depuis quelque temps.
Seite 109 - Couronne, le baron de la Bouillerie et le trésor. Ne quittez pas mon fils, et rappelez-vous que je préférerais le savoir dans la Seine plutôt...
Seite 205 - Les armées des puissances alliées ont occupé la capitale de la France. Les souverains alliés accueillent le vœu de la nation française. Ils déclarent : Que si les conditions de la paix devaient renfermer de plus fortes garanties lorsqu'il s'agissait d'enchaîner l'ambition de Bonaparte , elles doivent être plus favorables lorsque , par un retour vers un gouvernement sage , la France elle-même offrira l'assurance de ce repos. Les souverains alliés proclament en conséquence : Qu'ils ne traiteront...
Seite 305 - Président, les assurances de la très haute considération avec laquelle j'ai l'honneur d'être de Votre Excellence le très humble et très obéissant serviteur.
Seite 110 - Vous m'écrivez toujours comme si la paix dépendait de moi; cependant je vous ai envoyé les pièces. Si les Parisiens veulent voir les cosaques, ils s'en repentiront, mais encore faut-il leur dire la vérité. « Je n'ai jamais cherché les applaudissements des Parisiens. Je ne suis pas un caractère d'opéra. D'ailleurs il faut être plus pratique que vous ne l'êtes pour connaître l'esprit de cette ville, qui n'a rien de commun avec les passions de 3.000 ou 4.000 personnes qui font beaucoup...
Seite 437 - ... mais il maintenait l'ordre et la discipline parmi ses soldats , il en était aimé. Ses attaques étaient régulières et faites avec ordre. Il divisait bien ses colonnes , plaçait bien ses réserves , se battait avec intrépidité : mais tout cela ne durait qu'un jour ; vainqueur ou vaincu , il était le plus souvent découragé le soir, soit que cela tînt à la nature de son caractère, ou au peu de calcul et de pénétration de son esprit.
Seite 109 - Paris avec des forces telles que toute résistance devînt impossible, faites partir dans la direction de la Loire, la Régente, mon fils, les grands dignitaires, les ministres, les officiers du Sénat, les présidents du Conseil d'Etat, les grands officiers de la Couronne, le baron de la Bouillerie et le Trésor.

Bibliografische Informationen