Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

chaloupe s'en détacha; elle étoit remplie de matelots qui venoient nous reconnoître et prendre avis sur les Anglais. Nous attendions le canot avec impatience ; enfin il aborde. Un matelot provençal saute à terre , et s'écrie dans son patois: Trondidiou , Bonaparte il est le premier Consul de France.

C'est à Aboukir , sur le champ couvert encore des cadavres et des dépouilles des Ottomans , sur le champ où Bonaparte avoit conquis une seconde fois l'Egypte , que nous apprîmes.la nouvelle de l'événement mémorable de la révolution du 18 brumaire.

Nous accablions les matelots de cent mille questions à-la-lois ; tous nous répondoient avec vivacité: il a sauvé la France; il a fait la paix, battu les Autrichiens ; il va vous envoyer des secours ; il n'y a plus de directoire ; il y a un tribunat, un sénat Les réponses se resscntoient du désordre

des demandes.

Le premier canotier, interrogé avec plus de sangfroid par le général Dugua , lui répondit que YOsiris avoit à son bord le colonel Latour , chargé de dépêches pour le général en chef. Le général Dugua donna de suite l'ordre au canot de retourner à bord et d'amener cet officier. Le colonel Latour arriva bientôt avec des paquets et des journaux. Il entra dans la tente du général Dugua; nous l'entourâmes dans le plus grand silence, et il nous expliqua , à notre grand étonnement, la révolution du 18 brumaire.

Bonaparte, en renversant le directoire , avoit justifié les craintes trop fondées que ces foibles pentartjues avoient conçues de sa gloire naissante et de sa faveur populaire. La constitution française, idole prostituée à laquelle on renouveloit sans cess'e des sermens frivoles , venoit d'être assise sur de nouvelles bases invariables, qu'un simple caprice devoit bientôt changer. Nous avions trois consuls, un sénat , un tribunat, un corps-législatif..... La France croyoit, en sortant de l'anarchie, toucher enfin au terme après lequel elle couroit vainement depuis si long-temps. Le général Berthier étoit minisire de la guerre , et je vis avec ravissement que mon frère , dont j'ignorois la destinée depuis deux ans, avoit été appelé de Hollande à Paris, et qu'il étoit secrétaire-général du ministère de la guerre. Dans les grands changemens , les hommes sont bien aises de trouver quelques circonstances flatteuses pour leurs intérêts particuliers. Je trouvai donc admirables les événemens qu'on nous racontoit.

Bonaparte, dès le commencement de son consulat, s'occupoit tout-à-la-fois et de fermer les plaies encore saignantes de nos divisions intestines , et de rappeler la victoire sous les drapeaux de nos armées, repoussées sur presque tous les points. Son retour en France ne nous surprit pas moins qu'il n'avoit surpris l'Europe et contrarié les Anglais. Nous en recevions les premiers bienfaits , puisque , à peine à la lêle du gouvernement, Bonaparte vouloit rassurer l'armée d'Egypte et lui envoyer des renforts. En effet, le colonel Latour nous annonça qu'il se préparoit une expédition maritime (1).

Des nouvelles aussi agréables m'auroient causé un sommeil bien paisible , si les insectes, dévorant sur les champs d'Aboutir les cadavres desséchés des Ottomans, ne m'eussent réveillé plusieurs fois. Le soleil levé, je parcourus la presqu'île; je revis les positions des deux armées. Celle des Turcs sembloit imprenable. La redoute'derrière leur retranchement existoit encore ; c'est sur cette même redoute que le général Murat fut blessé à la joue, lorsqu'il l'escalada à la tête de sa cavalerie. Tout étoit conserve comme le jour du combat, et l'œil, autour du village , en avant des fossés, près du fort, ne rencontroit que des membres dispersés. Ici je voyois un bras qui sortoit de terre; là, des pieds, des têtes, des jambes au milieu d'une quantité de robes longues, de gibernes, de fusils, de sabres rouillés, de

(i) Jamais Bonaparte n'a renoncé à l'espoir chimérique de conserver l'Egypte, et je n'en veux pour preuve que l'article 7 du traité secret de Tilsitt qui lui en garantissent la possession.

On verra, dans l'Appendice, à quoi aboutit cette seconde expédition maritime.

turbans et de dépouilles de toute espèce. Les rivages de la mer étoient surtout remarquables par la quantité incalculable d'ossemens qu'elle avoit repoussés. Images de la destruction, que de pensées elles faisoient naître ! Rives malheureuses! flotte infortunée de Bruies ! journée éclatante du7thermidor ! Aboukir ! ton nom est gravé dans l'avenir. Si tes bords ont reçu les débris de nos vaisseaux, ils sont cachés par les restes desséchés des Ottomans. Hélas! leurs manes irrités devoient être bientôt vengés sur cette même presqu'île arrosée de tant de sang(1).Je quittai avec plaisir ce séjour trop fameux. Nous partîmes d'Aboukir le soir; en peu d'heures nous arrivâmes à Alexandrie. Le Thésée ne paroissoit plus, mais il ne tarda pas à revenir, et ce fut pour remettre le blocus. Desaix voulut profiter du temps calme qui permettoit un passage facile au boghaze du port d'Alexandrie; et le 12 ventose (3 mars), au lever de l'aurore, le brick marchand ragusais, la SantaMaria delle Grazie et l'aviso l'Etoile, mirent à la voile. Sur le premier j'étois embarqué avec le général Desaix et ses aides-de-camp MM. Savary, Rapp et Clément. L'avisol'Etoile, commandé parle capitaine Rous

(1) Bataille du 21 mars 18o1.

tan , nous suivoit en parlementaire, et portoit le général Davoust. Des pilotes turcs nous guidèrent à la passe, et bientôt deployant nos voiles au vent, nous filâmes au large.

Adieu l'Egypte! adieu Musulmans ! Nous emportons de votre pays, avec le souvenir durable des superbes monumens qui le décorent , le souvenir pénible de vos déserts, de vos tristes cabanes, souvenir, auquel se rattache celui des douleurs, des privations qui nous ont tait payer si cher, la gloire d'avoir troublé votre repos, ensanglanté vos rivages.

Français! dont les manes reposent aux plaines d'Embabé, de Salchiéh, de Sédiman , sous les murs renversés de Saint-Jean-d'Acre, vous êtes morts

pour vos parens, pour vos amis ;vous vivrez

dans les fastes de notre histoire. La France qui dut à votre valeur la grandeur de ses succès, pourroitelle oublier jamais que c'est du sacrifice de votre vie que vous avez payé l'éclat dont brillèrent ses armes!

Le vent de l'ouest souffloit avec force. Le 16 ventose ( 7 mars ), nous aperçûmes des terres à notre avant. Tout nous faisoit croire qu'elles étoient l'île de Candie ; nous fîmes en vain des efforts pour la doubler, et le 18(9 mars) nous reconnûmes une erreur qui ne pouvoit s'expliquer que par la rapidité des courans et la petitesse de nos bâtimens qui tenaient peu la mer. Les nouvelles terres" que nous apercevions à notre réveil étoient l'île de Rhodes,

« ZurückWeiter »