Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

rendre en partie le pouvoir et l'influence dont jouissoit son père , et que la tyrannie de Djezzar Pacha avoit presqu'entièrement aneantie. En général, soit que les habitans, presque tous chrétiens, voulussent paroître nos amis, ou que véritablement ils fussent fatigués du joug sous lequel ils vivaient alors, ils prononçoient le desir de voir prospérer nos ar

et sa vigueur lui laissoient encore une longue carrière à parcourir. Il parvint d'abord a appaiser la Porte, toujours disposée à lolérer ce qu'elle ne peut empêcher, et devint le paisible possesseur d'Acre. Il la fit fortifier, et sous le prétexte de se bâtir une maison , il construisit a l'angle du nord , un palais qu'il garnit de canons. Enfin , il enferma la ville par un mur du côté de terre, et ne laissa que deux portes pour les communications.

Après avoir soumis la Palestine et le pachaliq de Saïde. à son autorité, après des guerres intestines et des combats sanglans , dans lesquels il signala son courage et la constance de son caractère, il fut attaqué à son tour dans Saint-Jean-d'Acre parune flotte turque soutenue des barbaresques. Il se seroit sans doute défendu jusqu'à la dernière extrémité, si, s'appercevant bientôt qu'il étoit trahi par ses gens, qui refusoient de tirer sur l'escadre ennemie, il ne se fût décidé à prendre la fuite. Il monta à cheval et sortit par une porte secrète de son jardin , pour gagner la campagne. Un barbaresque l'apperçut , lui tira un coup de fusil dans les reins et le jetla à terre. Sa tête fut coupée sur-le-champ et portée au capitan-pacha, commandant mes, et faisoient des vœux pour la prise d'Acre. Ils venoient souvent devant nos tentes s'accroupir et considérer, en fumant leurs pipes, les eflorts de nos guerriers pour pénétrer dans la place. Loin de rencontrer parmi ces habitans ces dispositions hostiles que nous cachoient politiquement les Egyptiens, nous ne trouvâmes parmi eux que cordialité et hospitalité ; j'en citerai des exemples. Jamais ils ne commirent sur les Français aucun assassinat ; les Arabes seuls , voleurs et pillards comme partant, continuèrent à nous piller et à épier toutes nos démarches. C'est avec cette persévérance et leur adresse onli-* naire, qu'ils immoloient sans cesse quelques Français à leur cupidité.

L'ouverture de la tranchée fut plus longue que celle de Jaffa, et les soldats , prévoyant que le siége

de l'expédition , qui , selon la coutume odieuse des Turcs, la fit saler pour la conserver jusqu'à son retour à Constantinople.

Telle fut la fin tragique de ce vieux guerrier ( il pourvoit avoir à sa mort 90 ans ), homme digne à bien «les égards d'un meilleur sort. Depuis cette époque, la Syrie n'a point vu de chef développer une aussi grande énergie.

Djezzar qui avoit contribué à la chûte de Dâher , fut établi pacha d'Acre , par le capitan-pacha qui commandoit l'escadre du Grand - Seigneur. ( Voyez Vçlney. )

dureroit au moins quelques jours, creusèrent dans la terre des cabanes qu'ils garnirent bientôt de rameaux , coupés dans les bois des premières montagnes situées à l'autre côté de la plaine. C'étoit là aussi que nous allions aux provisions pour le bois de chauffage. Le fleuve de Kerdanné fournissoit de l'eau à la gauche de l'armée , et un autre ruisseau, appelé Tanous, alimentoit la droite. Dans cette position j et au moyen des magasins trouvés à Caïffa et dans le fort de Chcifamrs, où l'on plaça en garnison les Maugrabins qui nous avoient suivis depuis El-A'rich, nous ne manquâmes de rien au commencement du siége. La troupe avoit du pain passable, et le soldat , avec le secours de quelques figues qu'il achetoit, vivoit encore assez bien. La cavalerie avoit aussi de l'orge , et les plaines" qui nous environnoient nous offroient des pâturages.

Dans cette maison carrée , sise à côté du pont dë bois, sur le Kerdanné, on avoit établi l'ambulance, et ce petit fleuve fournissoit en abondance l'eau si nécessaire da.ns un hôpital.

Le 1" germinal (22 mars ), nous vîmes reparoître les vaisseaux le Tigre et le Thésée. Ils s'approchèrent d'abord avec précaution de la ville , craignant sans doute que nous ne nous en fussions déjà emparés ; mais bientôt les communications les rassurèrent , et ils mouillèrent dans la rade à la gauche d'Acre. Ils avoient avec eux, des avisos et des chaloupes canonnières qui ancrèrent à une certaine distance , et formoient ainsi une ligne de Caïffa à la ville assiégée.

Le 2 au matin ( 23 mars ), les petits bâtimens se mirent en mouvement et s'approchèrent de Caïjfa. Les avisos se tinrent en panne , et par un feu suivi et bien nourri , canonnèrent pendant quelques heures. Le chef d'escadron Lambert parut ne pouvoir faire aucune résistance. 11 resta derrière ses murailles, et ne démasqua point l'obusier et le canon de trois qu'il avoit fait mettre en batterie. Les Anglais encouragés par cette première attaque , ne voyant aucune pièce riposter, se crurent assurés de la victoire , et voulurent tenter le débarquement. Leur but étoit, sans doute, de nous enlever ou de détruire les magasins considérables et précieux que nous avions trouvés dans la place. Lambert, avec sa garnison , forte de soixante à quatre-vingts hommes , les laissa s'avancer, et lorsqu'ils fureut à la portée du fusil, il fit faire si à propos une décharge, que la première chaloupe canonnière amena son pavillon et se rendit. Le feu de l'obusier et de la petite pièce força les autres à s'éloigner promptement. Il se rendit maître ainsi d'une caronade de trente-six que portoit cette chaloupe, etl'équipage, commandé parun jeune aspirant tué dans cette affaire, fut fait prisonnier. Je partis dans l'après-midi, par ordre de l'ordonnateur en chef, pour aller voir si les magasins de Caïffa avoieut été endommagés : quelques maisons avoieut un peu souffert, mais nos fours n'avoient rien éprouvé.Lambert, en rendant compte augénéral en chef de son opération, avoit demandé un chirurgien pour panser les prisonniers. Ils étoient encore ivres lorsque j'arrivai ; je couchai chez le chef d'escadron Lambert, fort satisfait de sa victoire , et nous bûmes d'excellent rhum, dont il avoit trouvé plusieurs bouteilles dans la chaloupe , avec de beau biscuit. Il paroît que dans les combats, les Anglais ont l'habitude de distribuer aux équipages une grande quantité de liqueur forte. Notre armée peut se vanter de s'être toujours battue de sang-froid pendant son séjour en Egypte et en Syrie ; elle ne buvoit jamais que de l'eau, et souvent n'en avoitelle pas autant que de besoin.' Le 7 germinal (27 mars), veille du premier assaut donné à la ville d'Acre, je trouvai dans la principale rue du camp l'adjoint aux adjudans-généraux , Mailly , qui tristement, mais avec calme , contemploit, en fumant sa pipe , la ville de Saint-Jeand'Acre: je le connoissois depuis notre entrée en Syrie. « Eh quoi! lui dis-je en l'abordant; tu me

» parois bien mélancolique Ce n'est pas sans rai

» son, mon cher, me répondit-il ; je porte dans ma » poche un brevet de chef d'escadron , ou mon arrêt » de mort. C'est demain qu'on donne l'assaut, et » voici une lettre du général Berthier qui me dési» gne pour y monter à la tête des grenadiers. » —«

« ZurückWeiter »