Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

près de la mare d'eau. Nos soldats avoient épuisé leurs cartouches ; il fallut frapper ceux - ci à la bayonnette et à l'arme blanche. Je ne pus soutenir cette horrible vue ; je m'enfuis pâle et prêt à défaillir. Quelques officiers me rapportèrent le soir · que ces infortunés , cédant à ce mouvement irrésistible de la nature, qui nous fait éviter le trépas, même quand nous n'avons plus l'espérance de lui échapper, s'élançoient les uns dessus les autres, et recevoient dans les membres les coups dirigés au cœur , et qui devoient sur-le-champ terminer leur triste vie. Il se forma, puisqu'il faut le dire, une pyramide effroyable de morts et de mourans dégouttant le sang, et il fallut retirer les corps déjà expirés pour achever les malheureux qui, à l'abri de ce rempart affreux , épouvantable, n'avoient point encore été frappés. Ce tableau est exact et fidèle, et le souvenir fait trembler ma main qui n'en rend point toute l'horreur (1).

, (1) Le lieutenant-colonel Robert - Thomas Wilson rapporte ee fait avec d'autres détails, dans son ouvrage de l'expédition de l'armée britannique en Egypte. Il fait monter le nombre des prisonniers à 38oo. Je crois me rappeler qu'il n'étoit pas aussi considérable. Bonaparte, premier consul, se plaignit amèrement de cet ouvrage qui fut accueilli avec avidité en Angleterre. Il fut le sujet d'un des principaux griefs que notre Gouvernement exprima contre celui de la Grande Bretagne.

-

Jaffa pris , les divisions s'étoient rapprochées de la place. Il faut croire que les maladies qui régnoient déjà dans la troupe, prirent un caractère plus alarmant", quand nos soldats eurent communiqué fréquemment avec Jaffa qui contenoit probablement des miasmes de peste. La quantité des morts qui restèrent long-temps sans sépulture, sous les murs de la ville et dans ses environs, ne contribua pas peu à rendre l'air malsain et dangereux. Si la maladie qdi nous enlevoit tant de monde n'étoit point la peste, elle en avoit du moins le caractère principal, c'est-à-dire le bubon.

Jaffa es* l'ancienne Joppée. C'étoit une des principales ville de Phénicie. Elle fut prise par Jonatbam , fils d'Asalom. Il en chassa les habitans*et la peupla de Juifs. Cette place devint alors le port de mer le plus considérable de la Judée.

Maintenant il est comblé, mais nettoyé il pourroit recevoir environ une trentaine de bâtimens. Jaffa a deux sources d'eau vive. C'est dans ses niurs qu'arrivent les riz de Damiette , et aussi par son commerce que sortent tous les cotons filés de la Palestine.

Avant de quitter la position qu'il occupoit à Misky , Kleber fit pousser une reconnoissance dan* les montagnes qu'il avoit à sa droite : elles avoisinent le pays de Nablous et de Jérusalem. Le territoire de Nablous fut célèbre anciennement sous le nom de royaume de Samarie. Le général Damas '}

\

l5o EXPÉDITION EN SYRIE.

commanda cette reconnoissancc, mais à peine le petit nombre de troupes qui l'accompagnoient s'étoit-il engagé dans des défilés étroits et pénibles, que les Nablousins vinrent les assaillir, et blessèrent dangereusement au bras le général Damas. Habitués à faire la guerre dans leurs montagnes, ils se cachoient derrière des rochers ou des arbres , et leurs coups étaient presque toujours assurés. Les Français furent obligés de se retirer au camp ; et le 24 ventose ( i4 mars) , les divisions qui avoient formé le blocus de Jaffa , arrivèrent avec le quartier-général au camp de Kleber. Nous rencontrâmes en route le général Damas porté sur un-brancard , et qui, ne pouvant suivre l'armée , retournoit à JatTafour passer ensuite en Egypte.

Le 2.5, les divisions se mirent en marche sur Zêta. J'avois d'abord pensé que l'on suivroit la côte , mais je vis bientôt que le général en chef, instruit du mouvement des ennemis , s'avançoit un peu plus sur la droite pour les rencontrer.A midi on distingua quelques cavaliers, et bientôt un corps considérable sur les hauteurs de Korsoum. Les divisions se formèrent en bataillons carrés , et s'avancèrent sur l'ennemi. La division du général Lannes se jeta sur la droite d'une vallée qui séparoit Korsoum et les montagnes de Nablous. Elle attaqua ces mêmes Nablousins, qui, ronnoissant mieux que nous les défilés, les chemins couverts , tout en se retirant devant nos troupes, se battoient

avec un certain avantage. La division du général Lannes perdit plusieurs soldats et un colonel de son infanterie. Pendant cette affaire, les autres divisions, gravissant les hauteurs de Korsoum avec la cavalerie , faisoient fuir devant elles les Mamelouks à coups de canon et d'obusiers. Arrivés à la position de l'ennemi , nous l'aperçûmes dans la vallée à nos pieds, se retirant au petit galop. C'étoit toujours un spectacle superbe que cette cavalerie marchant sans ordre, et ces drapeaux de diverses couleurs qui s'agitoient au milieu d'elle. L'armée descendit la montagne de Korsoum, et vint camper à la tour de Zéta où l'on pansa les blessés de la division du général Lannes. Le lendemain nous couchâmes à l'entrée de la plaine de Saint-Jean d'Acre, après une route bien pénible dans des terres imbues de la pluie abondante tombée depuis plusieurs jours. Les chevaux, les ânes, les chameaux enfonçoient à près d'un pied, et plusieurs, épuisés déjà par la fatigue , ne purent se retirer de ce limon. Les difficultés pour faire avancer l'artillerie étoient plus grandes encore, et l'on étoit obligé souvent de mettre dix à douze chcvaux sur une petite pièce. Nos chameaux habitués à vivre sous un ciel plus serein , avoient presque tous de la peine à résister à l'humidité qu'ils redoutent. Quoique cet animal ne paroisse pas exigerbeaucoup de soins, il dépérit si on ne le protège,

surtout contre les insectes qui viennent assiéger sa moindre plaie.

Le 26 au soir ( 16 mars) , nous aperçûmes deux voiles de guerre louvoyant dans la rade , entre Acre et Caïffa. C'étoient les vaisseaux le Tigre et le Thésée. Le commodore Sidney Smith les commandoit. Il étoit arrivé depuis deux jours. Sa présence avoit donne de la confiance à Djezzar , qui, d'après ses conseils, se décida à défendre la place qu'il paroissoit d'abord résolu d'abandonner.Sidney Smith débarqua aussitôt le colonel français Phelipeaux qui s'occupa de réparer et mettre en bon état les fortifications.

Kleber avoit marché sur Caïffa. L'ennemi l'évacua à son approche, et nous livra des magasins où nous trouvâmes du biscuit et du riz en assez grande quantité. Caïffa est au pied du mont Carmel , d'où le prophète Elie s'éleva vers le ciel, et où séjourna l'illifttre philosophe Pythagore , lorsqu'il fit ses voyages en Egypte eten Phénicie (1).Cette montagne est presque vis-à-vis Saint-Jean-d'Acre , qu'elle voit de l'autre côté de la rade qui les sépare.

On établit une garnison dans la place , on y fit construire des fours, et Caïffa devint bientôt pour nous un point fort intéressant. Son commandement, ainsi que celui du petit fort qui la domine , situé sur

(1) Voyez Jamblique , Fie de Pythagore.

« ZurückWeiter »