Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

» connoître plusieurs fois que mon intention n'étoit

[ocr errors]
[ocr errors]

point de vous faire la guerre, que mon seul but étoit de chasser les Mamelouks ; vous n'avez répondu à aucune des ouvertures que je vous ai faites. » Je vous avois fait connoître que je desirois que vous éloignassiez Ibrahim-Bey des frontières de » l'Egypte. Bien loin de là......... » Les provinces de Ghazah, Ramléh et Jaffa sont en mon pouvoir. J'ai traité avec générosité celles de vos troupes qui s'en sont remises à ma discrétion : j'ai été sévère envers celles qui ont violé les droits de laguerre. Je marcherai sous peu de jours sur Saint-Jean-d'Acre. Mais quelles raisons ai-je d'ôter quelques années de vie à un vieillard que je ne connois pas ? Que sont quelques lieues de plus à côté du pays que j'ai conquis? Et puisque Dieu me donne la victoire, je veux, à son exemple, être clément et miséricordieux , non-seulement envers le peuple, mais encore envers les grands...... » Redevenez mon ami, soyez l'ennemi des Mamelouks et des Anglais, je vous ferai autant de bien » que je vous ai fait et que je peux vous faire de » mal........ » Le 24 de ce mois (8 mars), je serai en marche sur Saint-Jean-d'Acre : il faut donc que j'aie votre réponse avant ce jour. » C'est ici que je dois faire un récit bien pénible.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

La franchise , j'oserai dire la candeur qu'on a pti observer dans ces mémoires., me font un devoir de ne pas passer sous silence l'événement que je vais rapporter , et dont j'ai été temoin.

Si j'ai pris, en écrivant cet ouvrage, l'engagement de ne pas juger les actions de l'homme qui sera jugé par la postérité, j'ai pris aussi l'engagement de révéler tout ce qui peut éclairer l'opinion sur son compte. Il est donc juste de rappeler les motifs qu'on fit valoir dans le temps, pour autoriser une détermination aussi cruelle, que celle qui décida du sort des prisonniers de Jaffa. \oici les considérations qui semblent l'avoir provoquée.

L'armée affoiblie déjà par les pertes des siéges d'El-A'rich et de Jaffa, l'étoit encore par des maladies dont les rafcàges devenoient de jour en jour plus effrayans. Elle avoit de grandes difficultés pour vivre, et le soldat recevoit rarement sa ration complète. Ces difficultés de subsistance devoient s'augmenter à cause des mauvaises dispositions des habitans à notre égard. Nourrir les prisonniers de JalFa en les gardant avec nous, étoit non-seulcmen- accroître nos besoins , mais de plus nous donner une gêne cons.tante dans nos mouvenlens; les renfermer dans Jalfa, c'étoit, sans détruire le premier inconvénient , faire naître celui de la possibilité d'une révolte , vu le peu de monde qu'on pouvoit laisserpour garder k place ; les renvoyer en Egypte, c'é-*

toit s'obliger à faire un détachement considérable, qui réduiroit de beaucoup les troupes de l'expédition; leur laisser laliberté sur parole, c'étoit, malgré tousles engagemens qu'ils pouvoientprendre, les envoyer grossir nos ennemis, et particulièrement la garnison de Saint-Jean-d'Acre; car Djezzar n'étoit point homme àrespecter lespromesses faitesparses soldats, peu religieux eux-mêmes sur un point d'honneur dont ils ignorent la force. Il ne restoit donc qu'un parti qui conciliât tout ; il étoit affreux, et cependant on se crut à se qu'il paroît obligé de le prendre.

, Le 2o ventose (1o mars), dans l'après-midi, les prisonniers de Jaffa furent mis en mouvement au milieu d'unvaste bataillon carré formépar des troupes de la division du général Bon. Un bruit sourd'du sort qu'on leur préparoit me détermina, ainsi que beaucoup d'autres personnes, à monter à cheval et à suivre cette colonne silencieuse de victimes, pour m'assurer si ce qu'on m'avoit dit étoit fondé. Les Turcs marchant pêle-mêle, prévoyoient déjà leur destinée ; ils ne versoient point de larmes , ils ne poussoient point de cris; ils étoient résignés.Quelques-uns blessés, ne pouvant suivre aussi promptement, furent tués en route à coup de bayonnette. Quelques autres circuloient dans la foule, et sembloient donner des avis salutaires dans un danger aussi imminent. Peut-être, les plus hardis, pensoient-ils qu'il ne leur étoit pas impossible d'en

foncerle bataillon quiles enveloppoit ; peut-être espéFoient-ils qu'en se disséminant dans les champs qu'ils traversaient, un eertain nombre éeliapperoit à la mort. Toutes les mesures avoient été prisesà cet égard, et les Turcs ne firent aucune tentative d'évasion.

Arrivés enfin dans les dunes de sable au sudouest de Jaffa, on les arrêta auprès d'une mare d'eau jaunâtre. Alors l'officier qui commandoit les troupes, fit diviser la masse par petites portions, et çcs pelotons conduits sur plusieurs points différens y lurent fusillés. Cette horrible opération demanda beaucoup de temps, malgré le nombre des troupes réservées pour ce funeste sacrifice, et qui, je dois le déclarer , ne se prètoient qu'avec une extrême répugnanec, au ministère abominable qu'on exigeoit de leurs bras victorieux.il y avoit près de la mare d'eau, un groupe de prisonniers, parmi lesquels étoientjquclques vieux chefs au regard noble etassuré, et un jeune homme dont le moral étoit fortement ébranlé. Dans un âge si tendre , il devoit se croire innocent, et ce sentiment le porta à une action qui parut choquer ceux qui Tentouroient. Il se précipita dans les jambes du cheval que montoit le chef des troupes françaises; il embrassa les genoux de cet officier , en implorant la grace de la vie. Il s'écrioit : « De quoi suis-je cou».pable ? quel mal ai-je fait ? Les larmes qu'il versoit, ses cris touchans furent inutiles; ils ne purent changer le fatal arrêt prononcé sur son sort. A-i'cxception de ce jeune homme , tous les autres Turcs firent avec calme leur ablution dans cette eau stagnante dont j'ai parlé, puis, se prenant la main , après l'avoir portée sur le cœur et à la bouche , ainsi que se saluent les Musulmans , ils donnoient et recevoient un éternel adieu. Leurs ames courageuses paroissoient défier la mort ; on voyoit dans leur tranquillité la confiance que leur inspiroit, à ces derniers momens , leur religion et l'espérance d'un avenir heureux. Ils sembloient se dire : « Je quitte ce »> monde pour aller jouir auprès de Mahomet d'un » bonheur durable. » Ainsi, ce bien-être après la vie , que lui promet le Qorân, soutenoit le Musulman vaincu , mais fier dans son malheur.

Je vis nn vieillard respectable dont le ton et les manières annonçoient nn grade supérieur, je le vis..., faire creuser froidement devant lui, Hans le sable mouvant, un trou assez profond pour s'y enterrer vivant : sans doute il ne voulut mourir que par la main des siens. Il s'étendit sur le dos dans cette tombe tutélaire et douloureuse, et ses camarades, en adressant à Dieu des prières suppliantes , le couvrirent bientôt de sable, et trépignèrent ensuite sur la terre qui luiservoitde linceul, probablement dans l'idée d'avancer le terme de ses souffrances.

Ce spectacle qui fait palpiter mon cœur et que je peins encore tropfoiblement, eût lieu pendant l'exécution des pelotons répartis dans les dunes. Enfin il ne restoit plus de tous les prisonniers que ceux placés

« ZurückWeiter »