Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

» Je ne puis vous embrasser tous; mais je » vais embrasser votre chef. Venez, général.(Il » embrasse le général Petit). Qu'on apporte » l'aigle. (Et en l'embrassant, il dit ) : Cher ai»gle, que ces baisers retentissent dans le coeur » de tous les braves ! , » Adieu, mes enfants! Adieu mes braves ! » entourez-moi encore une fois. »

Ce perfide discours nous paraît être la preuve que Napoléon avait déjà conçu le dessein de s'emparer de nouveau du pouvoir. Sans ce puissant motif, il se fût épargné des adieux qui auraient dû lui être aussi pénibles qu'à ceux auxquels il les adressait.

Nous ne retracerons pas les particularités de sa route. Il n'est personne qui ne soit instruit des dangers qu'il y a courus, et qui ne sache à quel degré de violence la haine publique se ma- nifesta contre lui dans les provinces du midi de la France. Il s'embarqua le 28 avril à St.Rapheau, et il débarqua le 4 mai suivant dans son île, où il passa dix mois à méditer et préparer son retour.

[ocr errors]
[ocr errors]

| Traité conclu à Paris, le 11 avril 1814, entre : , . '

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

# ART. I". S. M. l'empereur Napoléon renonce pour lui, ses

•- . /
, successeurs et descendants, ainsi que pour tous les membres

| de sa famille, à tous droits de souveraineté et de pouvoir, non

seulement sur l'empire français et le royaume d'Italie, mais
sur tout autre pays. " .
· lI. LL.MM. l'empereur Napoléon et Maric-Louise conser-

...veront leurs titres et leur rang pendant leur vie entière.— La ' mère, les frères, sœurs, neveux et nièces de l'empereur con

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

soient les lieux où ils résident.

| III. L'île d'Elbe, choisie par S. M. l'empereur comme le
eu de sa résidence, formera durant sa vie une principauté sé-
. parée, qu'il possédera en toute souveraineté et propriété. Il · · -
sera, en outre, accordé en toute propriété à l'empereur Napo- -

- # # serveront aussi les titres de princes de sa famille, quels que i%

· léon un revenu annuel de deux millions de francs en rentes sur
| le grand-livre de France, desquels un million sera reversible sur

, IV. Les duchés de Parme, Plaisance et Guastalla seront ac- · · · cordés en toute propriété et souveraineté à S. M. l'impératrice Marie-Louise. Ils passeront à son fils et à ses descendants en - n : directe. Le prince, son fils , prendra en conséquence le " titre de pit ce de Parme, Plaisance et Guastalla.

,v. foutes les puissances s'engagent à employer leurs bons
offices pour que le pavillon et le territoire de l'île d'Elbe soient
respectés par les puissances barbaresques. A cet effet, les rela-
tions avec les puissances barbaresques seront assimilées à celles
de France. -
VI. Dans les territoires auxquels il est renoncé ci-dessus, il

[ocr errors]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic][graphic][graphic][graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic][graphic][graphic]

sera reservé pour S. M. l'empereur Napoléon et sa famille, en domaines ou en rentes sur le grand-livre, un revenu libre de toutes déductions et charges de 2,5oo,ooo francs. Ces domaines ou rentes app.rtiendront en toute propriété et pour en être disposé comme ils le jugerontà propos, aux princes et princesses de sa famille, et seront divisés entre eux, de telle manière que le revenu de chacun d'eux soit dans les proportions suivantes ; savoir : à Madame mère , 5oo,ooo fr.; au roi Joseph . et à la reine, 5oo, ooo ; au roi Louis, 2oo,ooo ; à la reine Hortense et ses enfants, 4oo, ooo; au roi Jérôme et à la reine, .

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Les princes et princesses de la maison de l'empereur Napo- : '

léon conserveront, en outre, les propriétés en meubles et immeubles de quelque nature qu'ils puissent être, qu'ils se trouvent posséder par droit public et individuel, et les rentes dont ils jouissent aussi comme individus.

VII. La pension de l'impératrice Joséphine sera réduite à ::

un million en domaines ou en inscriptions sur le grand-livre de
France ; elle continuera de jouir en toute propriété de toutes
les propriétés particulières en meubles et immeubles, avee le
droit d'en disposer conformément aux lois françaises.
VIII. Il sera accordé au prince Eugène, vice-roi d'Italie,
un établissement convenable hors de France.
IX. Sur les propriétés que S. M. l'empercur Napoléon pos-
sède en France, soit comme domaine extraordinaire on privé,
attachés à la couronne, et les fonds placés par l'empereur ,
soit sur le grand-livre de France, dans la banque de France ,
dans les actions des forêts ou de toute autre manière, et que
S. M. abandonne à la couronne, il sera réservé un capital qui
n'excédera pas deux millions de fr., pour être distribué comme
gratifications, en faveur de telles personnes dont les noms se-

• •

ront contenus dans une liste qui serasignée par l'empereur Napoléon, et qui sera transmise au gouvernement français. X. Tous les diamants de la couronne resteront en France. XI. S. M. l'empereur Napoléon fera rentrer au trésor et dans toutes les autres caisses publiques toutes les sommes et effets qui en auront été distraits d'après ses ordres, à l'exception de ce qui a été approprié pour la liste civile. XII. Les dettes de la maison de S. M. l'empereur Napoléon, telles qu'elles étaient à la signature duprésenttraité,seront immédiatement payées sur l'arriéré dû par le trésor public à la liste civile, suivant un état qui sera signé par un commissaire nommé pour cet effet. , XIII. Les obligations du Mont-Napoléon de Milan, envers tous les créanciers, soit Français, soit étrangers, seront exactement remplies, à moins qu'il n'y ait quelques changements de faits à cet égard. XIV. Il sera délivré tous les passe-ports nécessaires pour le libre passage de S. M. l'empereur Napoléon et pour celui de l'impératrice, des princes et princesses, et de toutes les personnes de leur suite qui desireront les accompagner ou s'établir hors de France, aussi-bien que pour le passage de tous les équipages , chevaux et effets leur appartenant. Les puissances alliées fourniront en conséquence des officiers et soldats pour 6SCOrte. XV. La garde impériale française fournira un détachement de 12oo à 15oo hommes de toute arme , pour servir d'escorte à l'empereur Napoléon jusqu'à Saint-Tropez, lieu de son embarquement. (Ce lieu a été changé.) XVI. Il sera fourni une corvette et les bâtiments de transport nécessaires pour conduire au lieu de sa destination S. M. l'empereur Napoléon et sa maison, et cette corvette appartiendra en toute propriété à S. M. l'empereur Napoléon.

XVII. Il sera permis à l'empereur Napoléon de prendre avec lui et de retenir, comme sa garde, qua re cents hommes volontaires , officiers, sous-officiers et soldats. XVIII. Aucuns des Français qui auraient suivi l'empereur Napoléon ou sa famille ne pourront être considérés comme ayant perdu leurs droits de Français en ne retournant pas en France dans l'espace de trois ans; mais au moins ils pourront n'être pas compris dans les exceptions que le gouvernement français se réserve d'accorder après l'expiration du présent terlne. XIX. Les troupes polonaises de toute arme au service de France seront libres de retourner dans leur patrie, et conserveront leurs armes et bagages comme un témoignage de leurs honorables services. Les officiers, sous-officiers et soldats conserveront les décorations qui leur auront été accordées et les pensions attachées à ces décorations. XX. Les hautes-puissances alliées garantissent l'exécution de tous les articles du présent traité, et s'engagent à obtenir qu'il soit accepté et garanti par la France. XXI. Le présent acte sera ratifié et les ratifications échangées à Paris sous deux jours, ou plus tôt s'il est possible.

Fait à Paris, le 1 1 avril 1814.

Signés le prince DE METTERNICH ;S. S. comte DE STADIoN ; Lord CAsTLEREAcu; ANDRÉ, comte DE RAsoUMoFFsKY; CHARLEs-RoBERT, comte DE NEssELRoDE; CHARLEs-AUGUsTE, baron DE HARDENBERG; maréchal NEY; CAULINCOURI'.

[ocr errors]
« ZurückWeiter »