Coup d'oeil sur le mouvement Européen de 1790 à 1814, justifiant l'invasion d'Espagne de 1808, ou notice sur le Marquis de Spoleta, conseiller d'État du Roi d'Espagne Joseph Napoléon

Cover
L. Janet, 1855 - 240 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 148 - Elle doit avoir acquis la preuve, dans les papiers qu'elle a eus du roi son père, de l'intérêt que je lui ai toujours porté. Elle me permettra, dans la circonstance actuelle, de lui parler avec franchise et loyauté.
Seite 150 - Altesse Royale comme roi d'Espagne. Je désire donc causer avec elle sur cet objet. La circonspection que je porte depuis un mois dans ces affaires doit lui être garante de l'appui qu'elle trouvera en moi si , à son tour, des factions, de quelque nature qu'elles soient, venaient à l'inquiéter sur son trône.
Seite 151 - Votre Altesse Royale avait bien des torts : je n'en veux pour preuve que la lettre qu'elle m'a écrite, et que j'ai constamment voulu ignorer. Roi à son tour , elle saura combien les droits du trône sont sacrés. Toute démarche près d'un souverain étranger, de la part d'un prince héréditaire, est criminelle.
Seite 151 - Elle peut être certaine que, dans tous les cas , je me comporterai avec elle comme envers le roi son père. Qu'elle croie à mon désir de tout concilier , et de trouver des occasions de lui donner des preuves de mon affection et de ma parfaite estime. — Sur ce, je prie Dieu, mon frère, qu'il vous ait en sa sainte et digne garde. — NAPOLÉON (*). » Ferdinand arriva , le 20 , à Bayonne ; quelques jours après , (*) Voyez les mémoires de Savary.
Seite 149 - Altesse déchire par là ses droits. Qu'elle ferme l'oreille à des conseils faibles et perfides. Elle n'a pas le droit de juger le prince de la Paix ; ses crimes, si on lui en reproche, se perdent dans les droits du trône. J'ai souvent manifesté le désir que le prince de la Paix fût éloigné des affaires; l'amitié du roi Charles m'a porté souvent à me taire et à détourner les yeux des faiblesses de son attachement. Misérables hommes que nous sommes i Faiblesse et erreur, c'est notre devise!
Seite 148 - Je ne suis point juge de ce qui s'est passé et de la conduite du prince de la Paix ; mais ce que je sais bien, c'est qu'il est dangereux pour les rois d'accoutumer les peuples à répandre du sang et à se faire justice eux-mêmes ; je prie Dieu que Votre Altesse Royale n'en fasse pas elle-même un jour l'expérience.
Seite 159 - ... passer cette couronne sur la tête de son petit-fils. Cet acte de sa prévoyante politique a valu aux deux contrées un siècle de paix, après trois siècles de guerre. Mais cet état de choses a cessé avec la cause qui l'avait fait naître. La révolution française a brisé le lien permanent qui unissait les deux nations. Et lors de la troisième coalition, lorsque l'Espagne prodiguait à la France, les protestations d'amitié, elle promettait secrètement son assistance aux coalisés, comme...
Seite 161 - ... chargé d'une dette énorme, est. sans crédit; les produits de la vente des biens du clergé destinés à diminuer cette dette , ont une autre destination ; enfin , dans la pénurie de ses moyens, l'Espagne , en abandonnant totalement sa marine , s'occupe cependant de l'augmentation de ses troupes de terre.
Seite 46 - L'ami secret, On se donne tant de souffrance Pour peu d'effet : Une si douce fantaisie Toujours revient; En songeant qu'il faut qu'on l'oublie, On s'en souvient.
Seite 150 - ... mon allié et mon ami. Comme souverain voisin, il m'est permis de vouloir connaître, avant de reconnaître cette abdication. Je le dis à votre altesse royale, aux Espagnols, au Monde entier: si l'abdication du roi Charles est de pur mouvement, s'il n'ya pas été forcé par l'insurrection et l'émeute d'Aranjuez, je ne fais aucune difficulté de l'admettre, et je reconnais votre altesse royale comme roi d'Espagne. Je désire donc causer avec elle sur cet objet. La circonspection que je porte...

Bibliografische Informationen