Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

d'opposer sa volonté à la volonté qui l'eût fait fusiller, en juillet 1854, si au lieu d'être vainqueur il eût été vaincu.

Cette situation est si compliquée que, bien qu'O'Donnell paraisse tout-puissant et qu'Espartero ne soit plus rien, il faudrait être aveugle pour ne pas préférer encore de beaucoup la position du second à la position du premier.

XVIII.

· 30 juillet 1855. Les hommes peuvent être inconséquents; les faits peuvent le paraître, mais ceux-ci ne le sont jamais, parce que jamais un effet ne saurait être en contradiction avec sa cause.

La royauté dite constitutionnelle étant en Espagne ce qu'elle est, le maréchal Espartero devait être logiquement chassé par le maréchal O'Donnell, comme le maréchal O'Donnell sera logiquement chassé par le maréchal Narvaez, lequel à son tour sera non moins logiquement chassé de nouveau par le comte de San-Luis. Contre-révolution et révolution sont des courants qui reprennent toujours leur niveau, quoi qu'on fasse.

Il y a une façon de prévoir avec certitude, c'est de raisonner avec justesse.

Le jour où S.M. la reine Isabelle appellera le maréchal Narvaez à succéder au maréchal O'Donnell, que fera, que devra faire le maréchal O'Donnell ? S'effacera-t-il comme vient de s'effacer le maréchal Espartero, ou résistera-t-il les armes à la main comme a tenté de résister le capitaine général Falcon ?

Et s'il ne s'efface pas, le maréchal O'Donnell sera voué au même sort que le capitaine général Falcon, qui est condamné à l'une de ces quatre alternatives : ou vaincre, ou être tué, ou s'enfuir, ou être fusillé.

XIX.

2 août 1855. Le Constitutionnel, à l'occasion des réflexions qui précèdent, rend l'arrêt suivant contre la logique :

« Un homme d'État n'est pas un professeur de logique, et malheur à lui s'il s'avise d'agir exactement comme il pourrait raisonner dans une chaire de philosophie ou dans un livre de dialectique. C'est par ce chemin qu'on arrive à conclure avec des énergumènes qu'il vaut mieus laisser périr une colonie qu'un principe. »

En faussant un principe, vaut-il donc mieux laisser périr une société qu'une colonie ?

Mais où les principes sont sauss, il n'y a pas de danger que périssent jamais ni société ni colonie.

Qui ne sait rien prévoir ne sait rien prévenir. Le Constitutionnel a beau condamner souverainement la logique et placer au dessus d'elle les hommes d'Etat, la logique finit toujours par avoir raison même contre eux. Qu'importe qu'ils la bannissent de leurs lois ! Elle est la loi des lois.

XX.

13 octobre 1856. Le maréchal Narvaez, duc de Valence, remplace le maréchal O'Donnell, comte de Lucena, en qualité de président du conseil des ministres.

Le maréchal Narvaez n'arrive pas constitutionnellement au pouvoir par le jeu régulier des ressorts constitutionnels; par lui-même, il est donc sans aucune force; il partira, comme il arrive, par le bon plaisir de la reine, qui daignera le renvoyer dérisoirement compulser à Vienne les archives d'Autriche, dès qu'il tentera de faire obstacle à ses volontés de reine ou à ses caprices de femme. Ne sera-t-elle pas, en effet, fondée à lui dire : « Ingrat! comment, c'est » toi qui me contraries, toi que j'ai choisi, que j'ai rappelé » de l'exil, toi qui n'as le pouvoir entre les mains que parce » que je te l'ai rendu ! Va-t-en ! » Il ne faut pas que le maréchal Narvaez s'abuse; il n'est que le précurseur du comte de San-Luiz, et, logiquement, la royauté ne sera vengée de l'échec et des humiliations qu'elle a essuyés en juillet 1854 qu'après qu'elle aura rétabli hommes et choses à la même place et au même point qu'avant la trahison des généraux Dulce, O'Donnell et autres vicalvaristes. Le maréchal Narvaez tombera en vertu de la même loi de gravitation qui a fait tomber le maréchal O'Donnell.

De fait ni de nom, le gouvernement constitutionnel n'existe plus en Espagne, et si le maréchal Narvaez a la prétention de l'y rétablir, il échouera; il n'y a plus en Espagne qu'une royauté intérimaire. Le comte de San-Luiz ne sera que le précurseur de la royauté légitime ou de la révolution nouvelle, au même titre que le duc de Valence n'est que le précurseur du comte de San-Luiz.

On a vu où la révolution de 1848 a conduit la France en 1852! On voit où la révolution de 1854 a déjà conduit l'Espagne en 1856 ! Il en sera pareillement de toutes les révolutions inconséquentes qui se condamneront à l'impuissance en reniant la Liberté, au nom de qui elles se seront accomplies; car l'inconséquence elle-même a sa logique. Révolutionnaires qui avez peur d'avancer trop loin dans l'avenir, vous n'êtes que des réactionnaires sans le vouloir ! Réactionnaires qui avez peur de reculer trop en arrière dans le passé, vous n'êtes que des révolutionnaires sans le savoir ! Si opposés que vous paraissiez, vous êtes solidaires comme Je sont entre elles les deux roues du cbar qui verse dans l'ornière. Vous y verserez sans cesse, vous y verserez sans fin aussi longtemps que le pouvoir rationnel ne l'aura pas définitivement emporté sur le pouvoir traditionnel, le droit humain sur le droit divin, comme le rail l'a emporté sur l'ornière.

Entre le pouvoir rationnel et le pouvoir traditionnel, entre le droit humain et le droit divin, il n'y a plus de place, il n'y a plus de durée pour les gouvernements neutres qui ne sont ni la liberté inviolable ni l'autorité irresponsable.

Trois révolutions en France, six révolutions en Espagne en sont la preuve.

FIN DU VOLUME.

TABLE DES MATIÈRES.

[ocr errors]
[ocr errors]

86

94

Pages.
1848. Des Constitutions.

Avant la Constitution de 1848. ....
- I. Pourquoi une Constitution ?...

II. Objections et Réponses. .........

III. La Constitution est faite. ....
- IV. Epitre à Timon. ..

Avant la Constitution de 1852. .....

I. Pourquoi une Constitution ?, .....
- JI. Pourquoi un Sénat ?.........
- III. Pourquoi un Corps législatif ? ....

- IV. Conclusion, ..
- A quoi servent les Constitutions ?...
1849. De l'Adminislration de la chose publique.

- Lettre au général de Mylius. ....

Lettre au général Cavaignac, ........
Le Gouvernement le plus simple . ...

100
Les Deux Systèmes contraires . ....
Les Quatre Systèmes . ............

120
Lettre à M. P. Lavergne ...........

130
Du Gouvernement direct du Peuple. ......
L'Abolition de l'autorité par la simplification du

gouvernement ...............
Autorité et Liberté séparées .......... 239
Liberté du Pouvoir et Pouvoir de la Liberté, .. 250

L'Assemblée de Posieux, ....
- De la Souveraineté.. .............

279
- La Liberté coutenue.. ............ 310

- Le Pouvoir divisé, .............. 321
Controverse monarchique.

Illusions et Erreurs de la Presse légitimiste . . .
- Légitimité : Nécessité. .

400
- Royauté : Liberté. .............. 409
- Légitimisme ou Socialisme. ..........

417
- Les Deux Unités. ...............

112

[ocr errors]

133

160

[ocr errors]
[ocr errors]

269

331

« ZurückWeiter »