Fouché (de Nantes).: Sa vie privée, politique et morale, depuis son entrée à la Convention jusqu'à ce jour

Cover
G. Mathiot, 1816 - 204 Seiten

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 133 - ... et le consolider ; elles emploieront tous leurs moyens et réuniront tous leurs efforts , pour que la paix générale, objet des vœux de l'Europe et but constant de leurs travaux , ne soit pas troublée de nouveau...
Seite 43 - Les démolitions sont trop lentes , il faut des moyens plus rapides à l'impatience républicaine. L'explosion de la mine , et l'activité dévorante de...
Seite 62 - Soyons terribles, pour ne pas craindre de devenir faibles ou cruels ; anéantissons dans notre colère et d'un seul coup tous les rebelles, tous les conspirateurs, tous les traîtres, pour nous épargner la douleur, le long supplice de les punir en rois. Exerçons la justice à l'exemple de la nature, vengeons-nous en peuple ; frappons comme la foudre, et que la cendre même de nos ennemis disparaisse du sol de la liberté.
Seite 133 - ... les souverains de l'Europe , animés des mêmes sentimens , et guidés par les mêmes principes , déclarent que si , contre tout calcul , il pouvait résulter de cet événement un danger réel quelconque , ils seraient prêts à donner au roi de France et à la nation française, ou à tout autre gouvernement attaqué , dès que la demande en serait formée , les secours nécessaires pour rétablir la tranquillité publique , et à faire cause commune contre tous...
Seite 34 - Ville-Affranchie1'1: j'accepte avec courage cette mission; je n'ai plus les mêmes forces, mais j'ai toujours la même énergie. Les offrandes continuent d'abonder à Nevers sur l'autel de la patrie; je vous fais passer un quatrième envoi d'or et d'argent, qui s'élève à plusieurs millions. Le mépris pour le superflu est tel ici, que celui qui en possède croit avoir sur lui le fléau de la réprobation.
Seite 37 - Nous le jurons : le peuple sera vengé; notre courage sévère répondra à sa juste impatience; le sol qui fut rougi du sang des patriotes sera bouleversé; tout ce que le vice et le crime avaient élevé sera anéanti; et sur les débris de cette ville superbe et rebelle, qui fut assez corrompue pour demander un maître, le voyageur verra avec satisfaction quelques...
Seite 131 - Les puissances qui ont signé le Traité de Paris, réunies en congrès à Vienne, informées de l'évasion de Napoléon Bonaparte et de son entrée à main armée en France, doivent à leur propre dignité et à l'intérêt de l'ordre social une déclaration solennelle des sentiments que cet événement leur a fait éprouver.
Seite 134 - Vienne, dans sa séance du 13 mars 1815, sera rendue publique. » Fait et certifié véritable par les plénipotentiaires des huit puissances signataires du traité de Paris.
Seite 139 - ... dû être considérée comme digne d'un profond mépris ; qu'elle n'a été jugée devoir fixer l'attention du ministère, que lorsque des rapports officiels, venus de Strasbourg et de Metz, ont fait connaître qu'elle a été apportée en France par des courriers du prince -de Bénévent ; fait constaté par le résultat de l'enquête qui a eu lieu et des interrogatoires qui ont été subis ; qu'enfin il est démontré que cette pièce, qui ne peut pas avoir été signée par les ministres de...
Seite 69 - Trois décharges de mousqueterie étaient préparées pour terminer leur sort; le feu du canon s'y joignit ce jour-là; mais ces dispositions terribles ne furent pas assez rapides, et leur mort a duré trop longtemps. Deux d'entre eux s'étaient échappés, ils ont été fusillés en fuyant, à quelque distance du lieu de l'exécution. Voilà la vérité. Nous avons regretté nous-mêmes que toutes les précautions nécessaires n'eussent pas été prises. Le...

Bibliografische Informationen