Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Ie corps du général Yorck. Ce maréchal avait perdu 5ooo hommes, 15o caissons et 4o bouches à feu. D. Quelle influence eut-il sur les résolutions de l'empereur ? R. Aucune, si l'on en juge par les ordres qu'il donna. Laon fut attaqué dans tous les sens avec un acharnement et un courage dont l'histoire des nations offre peu d'exemples ; · mais ce fut en vain que les premiers soldats de · la terre se surpassèrent pendant deux jours, dans la proportion d'un contre quatre , pour emporter cette position. Ce que n'avaient pu jusqu'alors vingt peuples conjurés , un roc l'effectua, et, frémissant de son impuissance, Napoléon se vit forcé d'ordonner la retraite. Tandis qu'elle s'opérait sur Soissons, Marmont, que sa défaite avait séparé de l'armée · impériale, quitta le confluent de la Suippe pour porter son quartier-général dans Fismes. D. L'empereur ne donnait-il aucun repos à l'armée ? R. Ce repos que nécessitaient et les fatigues inouies essuyées jusqu'alors, et le besoin de réorganiser l'armée, commençait à rétablir les forces épuisées de nos soldats, lorsque l'empereur apprit que Reims venait d'être enlevé au général Corbineau par le transfuge SaintPriest. Il lui parut alors digne de lui de reconquérir cette ville importante sous les yeux mêmes de l'armée victorieuse, et il quitta Soissons pour accomplir son projet. Instruit de ce mouvement, Marmont s'ébranla pour agir de concert ; le corps ennemi fut écrasé . dans sa conquête; Saint-Priest lui-même fut blessé mortellement , et vers une heure du matin, nous rentrâmes dans les murs de Reims guidés par les acclamations de nos concitoyens, et surtout éclairés par les feux éclatans d'une illumination générale. D. Instruit de l'échec des Français contre le roc de Laon, que fit le prince de Schwartzenberg ? R. Il reprit l'offensive contre les maréchaux Oudinot et Macdonald qui opéraient séparé ment, et qui dans cette circonstance firent briller de tout son éclat la gloire du nom français. Surpris dans Bar, les 15,ooo hommes d'Oudinot en tuèrent 24oo aux 4o,ooo que le généralissime commandait en personne ; et, attaqués spontanément dans La Ferté , les 1 o,ooo de Macdonald ne se retirèrent devant les forces triples du prince de Wurtenberg, , qu'après avoir vengé la mort de 6oo des leurs

par celle d'un nombre au moins égal d'ennemis. Bientôt après les champs de Bar-sur-Seine virent réitérer ces hécatombes d'une manière non moins sanglante. D. Quelle influence ces combats eurentils sur nos opérations ? R. Celle de prouver aux maréchaux que, privés des secours de l'empereur, ils ne pouvaient que périr sur la rive droite de la Seine. Macdonald venait alors de prendre le commandement en chef des deux corps dont la force totale n'excédait pas 25,ooo hommes. Il évacua Troyes que l'ennemi pilla immédiatement, et porta sa ligne de défense entre Nogent et Montereau. D. Que faisait l'empereur ? R. Il voyait tout de Reims où nous l'avons laissé. Jugeant qu'il fallait interdire à la grande armée des alliés toutes communications avec l'armée de Silésie , il se porta rapidement contre elle. On se battit à La Fère Champenoise , à Plancy, à Méry , et notamment à Arcis-sur-Aube, où le corps de Macdonald se joignit à l'armée impériale. L'issue de ce dernier combat n'ayant pas été favorable aux Français, l'empereur ordonna la retraite, ct prit immédiatement l'habile résolution de manœuvrer sur les derrières de l'ennemi. , D. Quel était son but ? R. De creuser un abîme aux alliés en soulevant contre eux la masse entière d'une population belliqueuse, ce qui les eût totalement isolé des seules ressources auxquelles leur existence tenait encore. D. Quel parti prit l'ennemi ? R. De marcher droit sur la capitale sans s'inquiéter de ce qui se passait sur ses derrières. Mais comme il fallait masquer cette manœuvre à l'empereur, on détacha contre lui un corps - d'environ 12 à 15,ooo hommes avec ordre de présenter constamment un front supérieûr à son importance réelle. Napoléon crut en effet avoir à sa suite toute l'armée des alliés, et continua de se replier sur les Vosges. D. Où étaient les corps des maréchaux Marmont et Mortier ? R. Entre Reims et Soissons. Forcés par des masses trop nombreuses, et guidés d'ailleurs par des ordres positifs, ils manœuvrèrent de manière à rejoindre au plutôt l'armée impériale. D. Que se passait-il dans les Pays-Bas ?

R. Le général Maison y disputait le terrain pied à pied aux forces immenses déployées devant lui ; et celles - ci bombardaient vainement Anvers que défendait avec l'ardeur d'Achille le bras sexagénaire du citoyen Carnot. D. Aucune autre place ne fit-elle comme Anvers de résistance marquée. R. Berg-op-Zoom s'est acquis un grand nom dans l'histoire. Surpris dans ses murs par 5ooo Anglais qui parvinrent à y pénétrer, 27oo Français firent de leurs nombreux ennemis le plus effroyable carnage. Ce qui surtout doit ajouter à l'admiration qu'on leur porte , c'est qu'indépendamment de fortifications qui n'exigeaient pas moins de 12,ooo hommes , ces 27oo braves avaient encore vingt-six bastions à conserver. Nous devons au colonel Legrand une excellente notice sur la surprise de Berg-op-Zoom : modeste autant qu'intrépide, ce savant officier n'a oublié que lui dans sa relation. D. Que se passait-il en Italie ? R. Chargé de défendre cette antique et superbe contrée, le prince Eugène Beauharnais attendait pour attaquer l'armée autrichienne campée sur l'Adige, que le roi Murat eût joint ses forces aux siennes, lorsqu'il ap

« ZurückWeiter »