Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

mes qu'aucune passion ne domine la voient dans la promesse saite par Napoléon de maintenir l'intégrité de territoire de l'Autriche et de la Prusse : promesse qu'il aurait ouvertement violée en retirant à chacune de ces puissances la portion de territoire qui lui était échue lors du démembrement de la Pologne. D. Où et quand commencèrent les hostilités ? R. Le 28 juin, à Devoltovo. Le maréchal Oudinot força le général Wittgenstein à repasser la Dwina, pour se renfermer dans un camp retranché préparé sous Drissa. Les Russes furent pressés avec tant d'ardeur qu'ils n'eurent pas même le temps d'en faire sauter le pont. D. Que fit ensuite Wittgenstein ? R. Ignorant le but des Français, il se jeta sur la route de Saint-Pétersbourg pour couvrir au moins la capitale de l'empire. Oudinot l'y suivit, et une campagne distincte s'ouvrit entre eux. D. Cette séparation dut affaiblir le corps principal des Russes ? R. Oui, mais Alexandre espérait voir incessamment arriver l'armée du prince Bagration. Pressé par trois corps français qui l'at

taquaient vers Minsk, en front, en queue et en flanc, Bagration se voyait sur le point d'être pris, lorsqu'il se vit sauvé par l'hésitation du roi Jérôme Bonaparte. D. Où se trouva-t-il rejeté? R. Sur le Dniéper. Sa retraite détermina celle des troupes du camp de Drissa, qui s'efforcèrent de se joindre à lui pour agir concurremment. D. Que pensait Alexandre de nos succès rapides ? R. Rien de bon pour ses états. C'est alors qu'il sit un appel à la grande nation pour renverser le tyran qui voulait renverser toute la terre ? Il se rendit même dans les murs de Moscou afin d'activer par sa présence l'exécution des mesures offensives. D. Qui prit, en son absence, le suprême commandement ? , R. Barclay de Tolly. Se retirant dans la direction de Dunabourg, il fit mine de vouloir nous arrêter sur la Disna ; mais bientôt il changea de plan pour continuer sa retraite ; et l'armée, qui commençait à manquer de tout, se ravitailla dans les magasins de l'ennemi. D. Où était Napoléon ?

R. Toujours à Wilna. Il en partit, le 1o juillet, pour Gloubokoe. Là, il trouva répandue une lettre par laquelle les Russes excitaient les Français à la désertion. « Retournez chez vous, disaient-ils ; ou si vous voulez en attendant un asile en Russie, vous y oublierez les mots de conscription, de ban, d'arrièreban, et toute cette tyrannie militaire qui ne vous laisse pas un instant sortir de dessous le

joug. » , D. Que faisait l'armée ? R. Son avant-garde, que le roi Murat commandait en personne, culbutait dans les champs d'Ostrowno, le corps ennemi du général Ostermann. Incertaine dunombre d'hommes qui se trouvait devant elle , cette avantgarde attendait des ordres ultérieurs, lorsque Napoléon leva tous les doutes en ordonnant d'avancer. Il avait deviné que la résistance d'Ostermann n'avait pour principal objet que de couvrir la retraite générale des Russes. D. Quel fut le résultat de son ordre ? R. Un succès complet sur tous les peints. Ce fut dans la nuit qui suivit cet engagement que nous perdîmes, par une méprise de factionnaire, l'intrépide général Roussel, occupé de visiter les avant-postes.

f). Qu'aurait-il vu le lendemain si la mort n'avait terminé sa vie ?

R. L'armée russe en pleine déroute, et particulièrement l'arrière-garde. Forcé dans toutes ses positions, le comte Pahlen, qui venait de succéder au général d'Hermann, fuyait écrasé par la cavalerie du roi de Naples.

D. Ce combat n'offrit-il rien de remarquable ?

R. 2oo voltigeurs du 9° régiment d'infanterie légère soutinrent, sans se désunir, le choc réitéré des cosaques de la garde impériale russe. Ils combattaient sous les yeux même de l'empereur et de l'armée. Allez leur dire qu'ils sont de braves gens, dit Napoléon à un officier qui se trouvait près de lui. Parmi eux se trouvait le vaillant capitaine Guyard, dont j'ai parlé au siége de Gaëte : ses compagnons étaient presque tous enfans de Paris.

D. Quel fut pour nous le résultat du dernier engagement ? · R. L'occupation de Witepsk après un violent combat.

- D. Que devenaient Bagration et Barclay de Tolly ?

R. Le premier mandait au second que, trop vivement pressé par le maréchalDavoust, il ne pourrait se rejoindre au gros de l'armée que dans les murs de Smolensk; et trop acca-, blé lui-même pour pouvoir résister, le second se rendait dans ces murs avec la dernière précipitation. D. Nous avons laissé sur la route de SaintPétersbourg , Oudinot et Wittgenstein. Que se passait-il entre eux ? . R. Une série de combats qui coûtèrent plus de 2o,ooo hommes à l'ennemi ; mais dans laquelle le général russe parvint toujours à conserver ses communications. D. Que fit Napoléon en arrivant sous les murs de Smolensk ? R. Présumant que cette ville lui serait vivement disputée, il fit reposer l'armée et se mit à reconnaître les différentes positions de l'enmemi. D. Qu'apprit il? R. Que 5o,ooo Russes étaient renfermés dans les remparts, tandis que le reste de l'armée campait dans de nombreux ouvrages élevés sur la rive droite du Borysthène. D. Après cette reconnaissance quelles dis> positions fit l'empereur ? , R. Voyant que l'ennemi ne s'était mis en défense que sur la rive droite, il fit passer

« ZurückWeiter »