Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

INÉDITE

OFFICIELLE ET CONFIDENTIELLE

DE

NAPOLÉON BONAPARTE

LES COURS ÉTRANGÈRES, LES PRINCES, LES MINISTRES
ET LES GÉNÉRAUX FRANÇAIS ET ÉTRANGERS,

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][graphic]

IMPRIMERIE DE C. L. F. PANCKOUCKE.

INEDITE .

OFFICIELLE ET CONFIDENTIELLE

DE

NAPOLÉON BONAPARTE.

EXPÉDITION D'EGYPTE.

LIVRE QUATRIÈME.

Au Caire, le 5 fructidor an 6 (22 août 1798).

Instructions remises au citoyen Beauvoisin, chef de bataillon à"état-major, commissaire près le divan du Caire.

L/E citoyen Beauvoisin se rendra à Damiette, de là il s'embarquera sur un vaisseau turc ou grec; il se rendra a Jaffa; il portera la lettre ci-jointe à Acb/net-Pacha; il demandera à se présenter devant lui, et il réitérera de vive voix que les musulmans n'ont pas de plus vrais amis en Europe que nous; que j'ai entendu avec peine EGYPTE. 2. f

[ocr errors]

que l'on croyait en Syrie que j'avais dessein de prendre Jérusalem et de détruire la religion mahométane; que ce projet est aussi loin de notre cœur que de notre esprit; qu'il peut vivre en toute sûreté, que je le connais de réputation comme un homme de mérite; qu'il peut être assuré que, s'il veut se comporter comme il le doit envers des hommes qui ne lui font rien, je serai son ami, et que bien loin que notre arrivée en Egypte soit contraire à sa puissance, elle ne fera que l'augmenter; que je sais que les mameloucks que j'ai détruits étaient ses ennemis, et qu'il ne doit pas nous confondre avec le reste des Européens, puisque, au lieu de rendre les musulmans esclaves, nous les délivrons; et enfin il lui racontera ce qui s'est passé en Egypte et ce qui peut être propre à lui ôter l'envie d'armer et de se mêler de cette querelle. Si AeLmet-Pacha n'est pas à Jaffa, le citoyen Beauvoisin se rendra a Saint-Jean d'Acre; mais il aura soin auparavant de voir les familles européennes, et principalement le vice-consul français, pour se procurer des renseignemens sur ce qui se passe a Constantiuople et sur ce qui se fait en Syrie.

BoMAPARTE.

Au Caire, le 5 fructidor an 6 (22 août 1798).

A Achmet-Pacha ', gouverneur de Séid et d'Acra ( Saint-Jean-d'Acre ).

En venant en Egypte faire la guerre aux heys, ['ai fait une chose juste et conforme à tes intérêts, puisqu'ils étaient tes ennemis; je ne suis point venu faire la guerre aux musulmans. Tu dois savoir que mon premier soin, en entrant a Malte, a été de faire mettre en liberté deux mille Turcs, qui depuis plusieurs années gémissaient dans l'esclavage. En arrivant en Egypte, j'ai rassuré le peuple, protégé les muphtis, les imans et les mosquées -t les pélerins de la Mecque n'ont jamais été accueillis avec plus de soin et d'amitié que je ne l'ai fait, et la fête du prophète vient d'être célébrée avec plus de splendeur que jamais.

1 Le même que le célèbre Djeziar pacba.

«Je t'envoie cette lettre par un officier qui te fera connaître de vive voix mon intention de vivre en bonne intelligence avec toi, en nous rendant réciproquement tous les services que peuvent exiger le commerce et le bien des états : car les musulmans n'ont pas de plus grands amis que les Français. Bonaparte.

Au Caire, le 5 fructidor an 6 ( 22 août 1798).
Au grand-visir.

L'armée française que j'ai l'honneur de commander est entrée en Egypte pour punir les beys mauieloùcks des insultes qu'ils n'ont cessé de faire au commerce français.

Le citoyen Talleyrand Périgord, ministre des relations extérieures à Paris, a été nommé, de la part de la France, ambassadeur à Constantinople, pour remplacer le citoyen Aubert Dubayet, et il est muni des pouvoirs

[graphic]
« ZurückWeiter »