Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Etats-Unis, il exercera les plus sévères représailles contre les sujets de ladite puissance, et est autorisé à se saisir de leurs personnes partout où il les trouvera. .. -: 4.o Chaque matelot qui sera pressé à l'avenir, obtiendra la somme de 30 dollars par mois , pendant tout le temps qu'il aura été retenu : · cette somme sera prise sur ce que les citoyens américains doivent aux sujets britanniques.

5.° Le président des Etats-Unis est autorisé à faire enlever , par forme de représailles, en pleine mer ou sur le territoire britannique, autant de sujets anglois qu'il y a de matelots américains pressés au pouvoir de la GrandeBretagne, et de les faire échanger par le moyen de parlementaires. .

6.° Toutes les fois qu'il şera prouvé que le capitaine d'un vaisseau'armé, d'une puissance étrangère, aura enlevé à bord d'un bâtiment américain un matelot, marin ou quelque autre individu ne se trouvant pas au service militaire de l'ennemi de cette puissance, le président sera autorisé à défendre, par une proclamation, à tous les habitans des Etats-Unis ou de leur territoire, de porter secours auxdits vaisseaux, ni de leur fournir des vivres. Chaque pilote ou autre personné, habitant dans les Etats-Unis , qui, après la publication d'une telle proclamation, portera secours à un vaisseau ou lui fournira des vivres, sera condamné

Message du pré. sident du i juin 1812.

à une prison annuelle et à une amende qui ne. passera pas 1,000 dollars.

7.o A dater du 4 du mois de juin prochain, toutes les fois qu'il sera prouvé que les capitaines des vaisseaux armés d'une puissance étrangère auront enlevé du bord d'un bâtiment ou vaisseau, dans les limites de la jurisdiction des États-Unis , ou dans le passage d'un port à un autre, quelque matelot, márin ou autre personne, le président sera autorisé de défendre audit vaisseau étranger de charger des marchandises ou effels quelconques dans les ports

ou sur le territoire des États-Unis. » videos ara da parte Lei“. juin 1812, le président adressa au

congrès un message dans lequel il dépeint, sous les couleurs les plus énergiques, toutes les injures, violences , injustices et cruautés que les Américains reprochoient depuis cinq ans aux Anglois. « Les Etats-Unis d'Amérique, c'est ainsi que M. 'Maddison termine ce tableau, continueront-ils à supporter ces usur pations progressives et ces injustices accumulées ? ou , opposant la force à la force pour défendre leurs droits naturels, confieront-ils leur cause aux mains du suprême régulateur des affaires de ce monde, en évitant toute liaison qui pourroit leur être préjudiciable dans les différends ou dans les intentions des autres puissances, et en conservant leur empressement de coopérer à l'établissement d'une paix honorable? Telles sont les questions solennelles

Les Etats-Unis

re à l'Angleterre.

dont la solution a été sagement confiée , par la constitution , au département législatif. En les recommandant à ses promptes délibérations, je suis assuré d'avance que les résolutions d'un sénat éclairé et patriotique seront dignes d'une nation vertueuse, libre et puissante. » ..

Conformément à la constitution, ce message de la rende la guers fut. renvoyé à un comité, dont le rapport proposoit de déclarer la guerre à la Grande-Bretagne. Après des débats prolongés, pendant sept jours, cet avis fut adopté par une majorité de 79 contre 49, et la guerre fut déclarée le 18 juin 1812, ou plutôt l'acte déclara que la guerre avec la Grande-Bretagne existoit actuel. lement.

Nous abandonnons à la postérité de décider si les circonstances forcèrent les représentans de la république à une démarche que la né- cessité seule peut justifier, ou si la passion, l'esprit de parti et la chimère des conquêtes à faire du côté du Canada , ne contribuèrent pas à faire résoudre une guerre dont l'inutilité et le .. mauvais succès n'ont pas contribué à augmenter la considération politique du gouvernement de l'Union.

Nous disons l'inutilité. En effet, cinq jours Ordre du conaprès que le sénat de Washington eut publié du 23 juin 1818. son acte hostile , le conseil britannique donna, un ordre par lequel l'objet de la guerre cessa. d'exister. Ce conseil déclara, le 23 juin , qu'après avoir pris connoissance d'un décret du

scil britannique

23 juin 1812.

gouvernement françois portant la date du 28 avril 1811, mais qui n'avoit été communiqué au gouvernement anglois que le 20 mai 1812 , par le chargé d'affaires des États-Unis à Londres; décret portant que les décrets de Berlin: et de Milap ont cessé d'être en vigueur par rapport aux vaisseaux américains, le prince-régent a ordonné que les ordres du conseil du 7 janvier 1807 et du 26 avril 1809 sont révoqués, à dater du 1er août 1812, en tant qu'ils concernent les vaisseaux américains et leurs charges, à condition, bien entendu , que les États-Unis révoqueront les actes qui excluent les vaisseaux anglois de leurs ports

On a accusé le gouvernement anglois d'avoir. feint d'ignorer l'existence du décret de Napoléon du 28 avril 1811 jusqu'au 20 mai 1812. Ce reproche n'est pas fondé. Il n'existe probablement pas de décret de Buonaparte du 28 avril 1811. Celui que le ministre des EtatsUnis à Paris réussit à faire signer à Buonaparte, et par lequel celui-ci révoqua purement et simplement, en faveur des Américains, les décrets de Berlin et de Milan, a été donné peu avant son départ pour la Russie, peut-être le 28 avril 1812. Nous ignorons si, dans la copie envoyée à Londres, on a mal mis la date, ou si Buonaparte l'a fait antidater, afin que sa concession eût l'air d'avoir été accordée une année plus tôt.

Voy. mon Recueil de pièces officielles, Vol. IX, p. 366.

1812.

Aussitôt que la nouvelle de la déclaration du congrès, du 18 juin , parvint à Londres, le gouvernement anglois mit, par un ordre du conseil du 31 juillet , un embargo sur tous les vaisseaux et effets américains; et la guerre, qui n'avoit plus d'objet, mais qui avoit un motif subsistant dans l'animosité des parties, se fit avec acharnement. Néanmoins le gouvernement anglois , qui espéroit toujours que l'ordre du conseil, du 23 juin , produiroit un changement en Amérique, n'accorda que le 13 octobre des lettres de représailles contre les vaisseaux, biens et citoyens des États-Unis.. · Nous allons indiquer ici les principaux évé- Campague de némens de cette guerre. Accoutumés, par le récit des batailles de Buonaparte, à des affaires qui moissonnèrent des générations entières , nous trouverons moins d'intérêt à ces combats entre quelques vaisseaux de guerre ou entre quelques milliers de milices; mais il ne faut pas oublier que ces combats furent livrés par ordre d'un état qui n'a qu'une marine naissante, et dont la force de terre n'est mise sur pied que lorsque la patrie se trouve en danger. · · L'amiral Hope, avec une escadre de 5 vaisseaux, partit d'Angleterre, en juillet 1812, pour bloquer les ports de la république. Les Américains avoient armé une grande partie de leurs bâtimens marchands, et mis en mer une quanlité considérable de corsaires destinés à troubler le commerce anglois dans tous les

« ZurückWeiter »