Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

LES

QUATRE POËTIQUES

DARISTOTE, D'HORACE,
DE VIDA, DE DESPREAUX,
Avec les Traductions & des Remarques,

Par M. l'Abbé BATTEU X, Professeur Royal,
de l'Academie Françoise, & de celle des ins
criptions & Belles - Lettres.

TOME SECOND,

A PARIS,

Chez SAILLANT & NYON, Libraires, rue

Saint-Jean-de-Beauvais.

DESAINT, Libraire, rue du Foin.

M. DCC. LX X I.

AVANT-PROPOS.

MARC-JEROME VIDA naquit à Cremone, ville d'Italie, l'an de Jesus Christ-1507. En 1532, il fut fait Evêque d'Albe, ville du Du→ ché de Montferrat. Aussi bon Théologien qu'excellent Poëte, il eut la science & les vertus de son état. Il mourut en 1566. Il fut honoré de la protection spéciale de Léon X, qui avoit pour les Lettres les sentimens héréditaires dans la Maison des Médicis, & qui profita de son élévation au Pontificat, pour les ranimer en Italie, & leur rendre le lustre qu'elles avoient perdu pendant les siecles de barbaric, qui venoient de s'écouler. Ce fut à la sollicitation de ce Pontife, & de Clément VII, que Vida entre Partie III.

A

prit d'écrire une Poëtique*. Il a fait aussi des Hymnes sacrées, un Poëme sur la Passion de Notre-Seigneur, un autre sur les Vers-à-soie, & un sur les Echecs.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

Auctor te admonitum vult, se non laudis ergo opus adeò periculosum cupidè aggressum, verùm ei honestis propositis præmiis a duob. summis Pontif. deman datum scito Leon. X. priùs, mox Clem. VII. ambob. ex Etrusc. Medicum clariss, familia: cujus liberalitati atque industria hac atas Literas ac bonas Artes, que planè extincta erant, excitatas atque reviviscentes debet. Id volebam nescius ne esses.

On reconnoît dans tous ses ouvrages un génie aisé, une imagination agréable, une élocution legere & facile, quelquefois un peu délayée, & peut-être trop nourrie de la lecture de Virgile: ce qui lui donne en quelques endroits un air de centons.

Son Art Poétique, que Jules Scaliger prefere à celui d'Horace*, est écrit avec autant de methode & de jugement que d'elegance & de goût. Il est divisé en trois chants, Dans le premier, il traite de l'Education du Poëte, de la maniere de luí former le goût & l'oreille: il indique les auteurs qu'il doit lire ; après quoi il crayonne en peu de mots, l'origine & l'histoire de la Poësie. Dans le second, il parle

*Tanto majore laude quam Horatius dignus est, quantò axti

ficiosiùs de Arte agit hic quàm ille. Poet 1. 6.

« ZurückWeiter »