Abbildungen der Seite
PDF

voir, à Alexandrie, 6oo,ooo fr. de contribution extraordinaire destinée, un tiers au service de la marine, un tiers à la solde des troupes, et un tiers aux frais d'administration de l'armée. Bonaparte ayant acquis de nouvelles preuves de la trahison de Koraïm, chargea l'amiral Brueys de le faire mettre aux fers, et de prendre toutes les précautions pour qu'il ne s'échappât pas; de faire arrêter tous les domestiques et autres individus qu'il aurait avec lui, et de les envoyer, sous bonne escorte, au général Kléber. L'on assurait que son argent était dans une citerne ; qu'il avait un registre dans lequel était tout le détail de ses assaires; que plusieurs de ses domestiques étaient au fait de tout; il s'agissait donc de les interroger et de mettre le scellé dans la maison de Koraïm. S'il payait dans les huit jours les 3oo,ooo fr. auxquels il avait été imposé, l'intention du général en chef était qu'on le retînt prisonnier à bord de l'escadre, de manière qu'il ne pût s'échapper, et jusqu'à ce qu'il y eût une occasion sûre de l'envoyer en France. Si dans les cinq jours, il n'avait pas payé le tiers au moins des 3oo,ooo fr., Bonaparte ordonnait à Kléber de le faire fusiller ". Mais dans ce moment, Koraïm n'était plus à bord de la flotte. Dès le 1 1 thermidor, Brueys écrivit au général en chef : « Le schérif d'Alexandrie, détenu à mon bord, a le plus grand désir d'aller vous rejoindre. J'attends vos ordres. » Cependant il ne les attenlit pas. Cédant aux

* Lettres du 14 thermidor.

instances de Koraïm, l'amiral le relâcha le 13,
et l'envoya à Rosette. Il s'y promena quelques
heures en attendant le général Menou qui, en
rentrant d'une course, le fit consigner à bord
d'un aviso, et l'envoya au Kaire sous bonne et
sûre escorte, ·
Menou était parti d'Alexandrie, pour se rendre
à Rosette, avec les guides à pied et à cheval qui
étaient restés en arrière et avec des employés.
Les vents étant contraires, il avait failli échouer,
et s'était vu contraint de rentrer. Il était reparti
le 23 messidor, et y était arrivé après une navi-
gation extrêmement pénible. Les communications
de Rosette avec l'armée, étaient, ainsi que celles
d'Alexandrie, interrompues par les Arabes et les
habitans. Ils attaquaient les bateaux expédiés sur
le Nil, principalement dans les villages de Tfemeh
et de Métoubis. On envoya contre eux un aviso
et quelques troupes ; ils se soumirent et four-
nirent des otages.
, Quelques jours après, une barque fut attaquée
devant la ville de Fouèh, dans le territoire de
Rosette. Les Français qui la montaient furent ar-
rêtés, conduits à Salmieh et fusillés. Menou vou-
lut faire un grand exemple. Il partit avec deux
cents hommes sur des barques, descendit à une
demi-lieue de Salmieh, et trouva les insurgés à
cheval en bataille; ils attaquèrent les premiers,
furent reçus à coups de fusils et de canons, et
bientôt mis en déroute. Le village fut livré au pil-
lage et incendié.En revenant de cette expédition,
Menou et sa troupe furent reçus en triomphe dans

[ocr errors][graphic]

les villages et les villes de la province, notamment à Fouèh, où ils furent traités par les principaux du pays. Bonaparte ordonna à Menou de lever sur les habitans de Rosette une contribution de 1oo,ooo f. dont le tiers était destiné à l'ordonnateur en chef, pour les dépenses de l'administration, et les deux autres tiers à la solde des troupes ". Tous les généraux auraient voulu être constamment auprès de Bonaparte. Kléber espérait bientôt rejoindre sa division ; Menou demandait à reprendre le commandement de la sienne. Le général en chef lui répondit que sa présence était encore , pendant quelques jours , nécessaire à Rosette pour l'organisation de cette province. Desaix, chargé de poursuivre Mourad et de le tenir en échec, était dans son camp retranché, en avant de Gizeh , sur la rive gauche du Nil. Ses avant-postes et ceux de Mourad étaient en présence. Ibrahim-Bey attendait à Belbeïs le retour de la caravane de la Mekke pour se renforcer des Mamlouks qui l'escortaient, et exécuter une attaque combinée avec Mourad. Pendant ce temps-là, il soufflait la révolte parmi les fellâh du Delta et les habitans du Kaire. - La situation des Français était précaire, tant que les Mamlouks ne seraient pas chassés de l'Égypte ou au moins éloignés de la capitale; mais avant de les poursuivre, il fallait laisser l'armée se reposer de ses fatigues, établir une administration provisoire du pays, organiser les divers services, et se mettre, par une position retranchée à l'abri de toute surprise.

* Lettre du 12 thermidor.

Le 15 thermidor, le général Leclerc fut envoyé à El-Kanqah pour y prendre position et observer Ibrahim-Bey, avec un corps de cavalerie et d'infanterie et deux pièces d'artillerie légère, tirés de la division Reynier qui était à la Koubeh. Leclerc arriva le 16 à El-Kangah, situé à moitié chemin du Kaire à Belbeïs , sans rencontrer l'ennemi, et y fit bâtir des fours. L'intention du général en chef était de faire constamment occuper ce village. Il ordonna qu'on y établît une boulangerie et qu'on y réunît le plus de légumes , blé et riz que possible, qu'on s'y retranchât en crénelant quelques maisons et en creusant des fossés. L'exécution de ces mesures fut confiée à Reynier. Il reçut donc l'ordre de se porter sur ce point avec le reste de sa division. Un autre motif décidait Bonaparte à le faire occuper en force. Plusieurs cheicks étaient réunis à Belbeïs avec Ibrahim-Bey et la caravane y était à chaque instant attendue.

« A El-Kanqah , écrivit le général en chef à Reynier, vous vous trouverez au milieu de plusieurs tribus d'Arabes. Faites ce qu'il vous sera possible pour leur faire entendre qu'ils n'ont rien à gagner à nous faire la guerre; pour qu'ils nous envoient des députations, et pour qu'ils vivent tranquilles sans nous attaquer, vous leur enverrez de mes proclamations.

Vous vous tiendrez en garde contre les attaques ToME I. — GUERRE D'ÉGYPTE. 15

que pourrait vous faire Ibrahim-Bey. Vous vous retrancherez dans le village de manière à être à l'abri de toute insulte, et, une heure avant le jour, vous ferez faire des reconnaissances , afin d'être prévenu , et de pouvoir me prévenir aussi, avant que la cavalerie ne soit sur vous. Vous interrogerez en détail tous les hommes qui viendraient de Belbeïs ou de Syrie, et vous m'enverrez leurs rapports. Si la caravane se présentait pour venir, vous l'accueillerez de votre mieux; mais vous ne dissimulerez pas au bey qui l'escorte, s'il y était encore, que mon intention est, comme je lui ai fait écrire, qu'arrivés à la Koubeh , les Mamlouks livrent leurs armes et leurs chevaux, excepté lui et les siens. Je n'attends pour me mettre en marche et me porter à Belbeïs que la construction des fours et l'établissement de la boulangerie ". » Tandis que le général en chef faisait ces dispositions, Leclerc était attaqué, le 18 au point du jour, par un corps de 4,ooo hommes Mamlouks, Arabes et fellâh ; il les contint par son artillerie et les força enfin, à quatre heures du soir, à se retirer. Mais ayant consommé toutes ses munitions, sa position n'était plus tenable, lui-même fit donc aussi sa retraite. Murat, qui était à Qelioub, entendant la canonnade, marcha avec un bataillon qu'il commandait et en prévint le général en chef, qui donna l'ordre à Dugua de se rendre avec un bataillon de la 75°.

* Lettre du 18 thermidor.

« ZurückWeiter »