Abbildungen der Seite
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Witepsk, le 4 août 1812.

| Onzième bulletin de la grande armée,

Les lettres interceptées du camp de Bagration parlent des

pertes qu'a faites ce corps dans le combat de Mohilow, et de

l'énorme désertion qu'il a éprouvée en route.Tout ce qui était
polonais est resté dans le pays; de sorte que ce corps qui,
en y comprenant les cosaques de Platow, était de cinquante
mille hommes, n'est pas actuellement fort de trente mille
hommes. Il se réunira, vers le 7 ou le 8 août, à Smolensk,
à la grande armée. -
La position de l'armée, au 4 août, est la suivante :
Le quartier-général à Witepsk, avec quatre ponts sur la
Dwina ; - , - -
Le quatrième corps à Souraj, occupant Velij, Porietché
et Ousviath ;
· Le roi de Naples à Roudina, avec les trois premiers corps
de cavalerie ; X -
Le premier corps, que commande le maréchal prince d'Eck-
mühl, est à l'embouchure de la Beresina dans le Borysthène,
avec deux ponts sur ce dernier fleuve, un pont sur la Bere-
sina, et des doubles têtes de pont;
· Le troisième corps, commandé par le maréchal duc d'El-
chingen, est à Liozna ; -

Le huitième corps, que commande le duc d'Abrantès, est

à Orcha, avec deux ponts et des têtes de pont sur le Borysthène ; - -

Le cinquième corps, commandé par le prince Poniatowsky, est à Mohilow, avec deux ponts et des têtes de pont sur le Borysthène ; - • Le deuxième corps, commandé par le maréchal duc de Reggio, est sur la Drissa, en avant de Polotsk, sur la route de Sebej;

Le prince de Schwartzemberg est avec son corps àSlonim; Le septième corps est sur Rozana ; Le quatrième corps de cavalerie, avec une division d'infanterie, commandé par le général comte Latour-Maubourg, est devant Bobruisk et Mozier; Le dixième corps, commandé par le duc de Tarente, est devant Dunabourg et Riga ; Le neuvième corps, commandé par le duc de Bellune, se réunit à Tilsitt; Le onzième corps, commandé par le duc de Castiglione, est à Stettin. S. M. a mis l'armée en quartier de rafraîchissement. La chaleur est excessive, et plus forte qu'en Italie. Le thermomètre est à vingt-six et vingt-sept degrés : les nuits même sont chaudes. Le général Kamenski, avec deux divisions du corps de Bagration, ayant été coupé de ce corps, et n'ayant pu le rejoindre, est rentré en Volhynie, s'est réuni à des divisions de recrues commandées par le général Tornazow , et a marché sur le septième corps ; il a surpris et cerné le général de brigade Klengel, saxon, ayant sous ses ordres une avantgarde de deux bataillons et de deux escadrons du régiment du prince Clément.Après six heures de résistance, la plus grande partie de cette avant-garde a été tuée ou prise : le général comte Reynier n'a pu venir que deux heures après à son secours. Le prince Schwartzemberg s'est mis le 3o juillet en marche pour rejoindre le général Reynier et pousser viveTment la guerre contre les divisions ennemies. Le 19, le général prussien Grawert a attaqué les Russes à Ekan en Courlande, les a culbutés, leur a fait deux cents prisonniers et leur a tué bon nombre d'hommes. Le général Grawert se loue du major Stiern, qui, avec le premier régiment de dragons prussiens, a eu une grande part à l'affaire. Réuni au général Kleist, le général Grawert a poussé vivement l'ennemi sur le chemin de Riga et a investi la tête de pont. Le 3o, le vice-roi a envoyé à Velij une brigade de cavalerie légère italienne. Deux cents hommes ont chargé quatre bataillons de dépôt qui se rendaient à Twer , les ont rompus, ont fait quatre cents prisonniers et pris cent voitures chargées de munitions de guerre.

Le 31, l'aide de-camp Triaire, envoyé avec le régiment de dragons de la Reine de la garde royale italienne, est arrivé à · Ousviath, a fait prisonniers un capitaine et quarante hommes,

et s'est emparé de deux cents voitures chapgées de farine. Le 3o, le maréchal duc de Reggio a marché de Polotsk sur Sebej. Il s'est rencontré avec le général Wittgenstein, dont le corps avait été renforcé de celui du prince Repnin. Un combat s'est engagé près du château de Jacoubovo. Le vingtsixième régiment d'infanterie légère s'est couvert de gloire. La division Legrand a soutenu glorieusement le feu de tout

le corps ennemi. · Le 31 , l'ennemi s'est porté sur la Drissa pour attaquer le duc de Reggio par son flanc pendant sa marche. Le maréchal

a pris position derrière la Drissa. • • • • • • • Le 1" août, l'ennemi a fait la sottise de passer la Drissa, et de se placer en bataille devant le deuxième corps. Le duc de Reggio a laissé passer la rivière à la moitié du corps ennemi, et quand il a vu environ quinze mille hommes et quatorze pièces de canon au-delà de la rivière, il a démasqué une batterie de quarante pièces de canon qui ont tiré pendant une demi-heure à portée de mitraille. En même temps, les divisions Legrand et Verdier ont marché au pas de charge la baïonnette en avant, et ont jeté les quinze mille Russes dans la rivière. Tous les canons et caissons pris, trois mille prisonniers, parmi lesquels beaucoup d'officiers, et un aide-decamp du général Wittgenstein, et trois mille cinq cents hommes tués ou noyés sont le résultat de cette affaire.

- Witepsk, 7 août 1812. Douzième bullettn de la grande armée.

Au combat de la Drissa, le général russe Koulniew, officier de troupes légères très-distingué, a été tué. Dix autres généraux ont été blessés; quatre colonels ont été tués.

Le général Ricard est entré avec sa brigade dans Dunabourg le 1er août. Il y a trouvé huit pièces de canon ; tout le reste avait été évacué. Le duc de Tarente a dû s'y porter le 2.Ainsi Dunabourg, que l'ennemi travaillait à fortifier depuis cinq ans, où il a dépensé plusieurs millions, qui a coûté la vie à plus de vingt mille hommes de troupes russes pendant la durée des travaux, a été abandonné sans tirer un coup de fusil, et est en notre pouvoir, comme les autres ouvrages de l'ennemi, et comme le camp retranché qu'il avait fait à Drissa.

En conséquence de la prise de Dunabourg, S. M. a ordonné qu'un équipage de cent bouches a feu qu'il avait fait former à Magdebourg , et qu'il avait fait avancer sur le Niémen, rétrogradât sur Dantzick et fût mis en dépôt dans cette place. Au commencement de la campagne, on avait préparé deux équipages de siége, l'un contre Dunabourg et l'autre contre Riga.

Les magasins de Witepsk s'approvisionnent; les hôpitaux s'organisent; les manutentions s'élèvent. Ces dix jours de repos sont extrêmement utiles à l'armée. La chaleur est d'ailleurs excessive. Nous avons ici plus chaud que nous ne l'avons eu en Italie. Les moissons sont superbes ; il paraît que cela s'étend à toute la Russie. L'année dernière avait été mauvaise partout. On ne commencera à couper les seigles que dans huit ou dix jours.

S. M. a fait faire une grande place devant le palais qu'elle occupe à Witepsk. Ce palais est situé sur le bord de la rive gauche de la Dwina.Tous les matins à six heures il y a grande parade, où se trouvent tous les officiers de la garde. Une des brigades de la garde, en grande tenue, défile alternativement.

Smolensk, 21 août 1812Treizième bulletin de la grande armée.

Il paraît qu'au combat de Mohilow gagné par le prince d'Eckmühl sur le prince Bagration, le 23 juillet, la perte de l'ennemi a été considérable. Le duc de Tarente a trouvé vingt pièces de canon à Dunabourg, au lieu de huit qui avaient été annoncées. Il a fait retirer de l'eau plusieurs bâtimens chargés de plus de quarante mille bombes et autres projectiles. Une immense quantité de munitions de guerre a été détruite par l'ennemi. L'ignorance des Russes, en fait de fortifications, se fait voir dans les ouvrages de Dunabourg et de Drissa. S. M. a donné le commandement de sa droite au prince Schwartzenberg, enmettant sousses ordres le septième corps. Ce prince a marché contrelegénéralTormazow, l'a rencontré le 12, et l'a battu. Il fait le plus grand éloge des troupes autrichiennes et saxonnes. Le prince Schwartzenberg a montré dans cette circonstance autant d'activité que de talent. L'empereur a fait demander de l'avancement et des récompenses pour les officiers de son corps d'armée qui se sont dis-, tingués. Le S, la grande armée était placée de la manière suivante : Le prince vice-roi était à Souraj avec le quatrième corps, occupant par des avant-gardes Velij, Ousviath et Porietch.

« ZurückWeiter »