Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

se replièrent dans la ville ; et après s'y être défendues pendant une demi-journée, elles capitulèrent le soir. L'ennemi fit ainsi prisonniers sept cents Saxons et deux cents Français. Une partie des prisonniers ont été repris. Le lendemain, le général Montbrun, commandant l'avantgarde du corps du prince d'Eckmühl, arriva à Lunebourg. L'ennemi, instruit de son approche, avait évacué la ville en toute hâte et repassé l'Elbe. Le prince d'Eckmühl, arrivé le 4, a forcé l'ennemi à retirer tous ses partis de la rive gauche de l'Elbe, et a fait occuper Stade. . * • Le 5, le général Vandamme avait réuni à Brême les divisions Saint-Cyr et Dufour. Le général Dumonceau, avec sa division , était a Minden. Le vice-roi a rencontré, le 2 avril, une division prussienne en avant de Magdebourg sur la rive droite de l'Elbe, l'a culbutée, l'a poursuivie l'espace de plusieurs lieues, et lui a fait queiques centaines de prisonniers. La brigade bavaroise, qui fait partie de la division du général Durutte, a eu, le 29 mars, une affaire à Coldiz avec la cavalerie ennemie. Cette infanterie a repoussé toutes les charges que l'ennemi a tentées sur elle, et lui a tué plus de cent hommes, parmi lesquels on a reconnu un colonel et plusieurs officiers. La perte des Bavarois n'a été que de seize hommes blessés. Depuis lors le général Durutte a continué son mouvement sans être inquiété, pourse porter sur la Saale à Bernbourg. Un détachement de cavalerie ennemie était entré le 5 dans Leipsick. Le duc de Bellune était en observation à Calbe et Bernbourg sur la Saale.

A S. M. l'impératrice-reine et régente.

SITUATION DES ARMÉEs FRANçAIsEs DANs LE NoRD , AU o I O · AVRIL .

Le 5, la trente-cinquième division, commandée par le général Grenier, a eu une affaire d'avant-postes sur la rive droite de l'Elbe, a quatre lieues de Magdebourg. Quatre bataillons de cette division seulement ont été engagés. L'insanterie a montré son intrépidité ordinaire, et l'ennemi a été repoussé, Le 7, le vice-roi étant instruit que l'ennemi avait passé l'Elbe à Dessau, a envoyé le cinquième corps et une partie du onzième pour appuyer le deuxième corps, commandé par le duc de Bellune. Lui-même il s'est porté à Stassfurt, où son quartier-général était le 9, et il a réuni son armée sur la Saale, la gauche à l'Elbe, la droite appuyée aux montagnes , du Hartz, et la réserve à Magdebourg. Le prince d'Eckmühl, qui le 8 avait son quartier-général à Lunebourg, se mettait en marche pour se rapprocher de Magdebourg. . > . ' 'L'artillerie des divisions du général vandamme arrivait à Brême et à Minden. - · · · · · , La tête d'un corps composé de deux divisions, qui doit prendre position à Wesel, sous les ordres du général Lemarrois, commençait à arriver. | | | Le 1o, le général Souham avait envoyé un régiment à · Erfurt, où on n'avait pas encore de nouvelles des troupes légères de l'ennemi. · - Le duc de Raguse prenait position sur les hauteurs d'Eisenach. L'armée française du Mein paraissait en mouvement dans différentes directions.

Le prince de Neufchâtel était attendu à Mayence. Une partie de l'état-major de l'empereur y était arrivée, ce qui faisait présumer l'arrivée prochaine de ce souverain.

A S. M. l'impératrice-reine et régenté.

61TUATION DES ARMÉEs FRANçAIsEs DANs LE NoRD , AUf 20 AVRIL.

Dantzick, Thorn, Modlin, Zamosc, étaient dans le même état. Stettin, Custrin, Glogau, Spandau, n'étaient que faiblement bloqués. Magdebourg était le point de réserve du vice-roi. Wittemberg et Torgau étaient en bon état. La garnison de Wittemberg avait repoussé l'attaque de vive force. Le général Vandamme était en avant de Brême; le général Sébastiani entre Celle et le Weser; levice-roi dans la même position, la gauche sur l'Elbe, à l'embouchure de la Saale, et la droite au Hartz, occupant Bernbourg, sa réserve à Magdebourg. Le prince de la Moskwa était à Erfurt; le duc de Raguse à Gotha, occupant Langen-Saltza; le duc d'Istrie à Eisenach; le comte Bertrand à Cobourg. · • Le général Souham était a Weymar. La ville avait été occupée par trois cents hussards prussiens, qui furent éparpillés dans la journée du 19 par un escadron du dixième de hussards, et un escadron badois, sous les ordres du général . Laboissière. On leur a pris soixante hussards et quatre officiers, parmi lesquels se trouve un aide-de-camp du général

Blucher.

Mayence, le 24 avril 1813.

· A S. M. l'impératrice-reine et régente.

S. M. l'empereur a passé, le 22 du mois, la revue de quatre beaux régimens de la vieille garde; il a témoigné sa satisfaction du h-l état des ces troupes ; elles sont arriveés à Mayence en poste, et n'ont mis que six jours pour faire la route; elles étaient si peu fatiguées, qu'elles ont passé le Rhin sur-le-champ. Le général Curial est arrivé à Mayence avec les cadres des douze nouveaux régimens de la jeune garde qui s'organisent en cette ville. Toutes les fournitures destinées à l'équipement de ces troupes sont arrivées à Mayence par les transports accélérés. • ·

Le duc de Castiglione a été nommé gouverneur militaire des grands-duchés de Francfort et de Wurtzbourg. La citadelle de Wurtzbourg a été armée et approvisionnée.

Les bruits qui avaient été répandus sur une prétendue défaite du général Sébastiani et sur la mort de ses aides-decamp, sont faux et controuvés ; au contraire, se proposant d'attirer l'ennemi à lui, il ordonna au général Maurin d'évacuer Celle; douze cents cosaques s'y jetèrent sur-le-champ. Le 28, le général Maurin rentra précipitamment dans Ceile, pêle - mêle avec l'ennemi, qui fut mis dans une déroute compète, et perdit une cinquantaine de tués, grand nombre de blessés et une centaine de prisonniers.

Pendant ce temps, le général Sébastiani se portait sur

IJeltzen ; il chassa de Gros-OEsingen un parti de six cents cosaques, qui se reploya sur Sprakensehl, où l'ennemi avait réuni quinze cents cavaliers. Le général Sébastiani les fit aussitôt charger et enfoncer ; on leur a tué vingt-cinq hommes, blessé beaucoup plus, et pris une vingtaine de cosaques; les fuyards ont été poursuivis jusque près d'Ueltzen.

Le général Vandamme commande a Brême; il a sous ses ordres les trois divisions Dufour, Saint-Cyr et Dumonceau. L'effervescence des esprits se calme dans la trente-deuxième division militaire; la quantité de forces qu'on voit arriver de tous côtés, les exemples sévères qu'on a faits sur les chefs des complots, mais surtout le peu de monde que l'ennemi a pu montrer sur ce point, ont comprimé la malveillance. Le duc de Reggio est parti le 23 de Mayence pour prendre le commandement du douzième corps de la grandearmée. Au 24, la plus grande partie de l'armée avait passé les montagnes de la Thuringe. Le roi de Saxe ayant jugé convenable de s'approcher le plus possible de Dresde, s'est porté sur Prague. S. M. l'empereur est parti le 24, à huit heures du soir, de Mayence. Le duc de Dalmatie a repris les fonctions de colonel-général de la garde. S. M. a envoyé à Wetzlar le duc de Trévise pour organiser le corps polonais du général Dombrowski, et en former deux régimens d'infantere, deux régimens de cavalerie et deux batteries d'artillerie. S. M. a pris ce corps à sa solde depuis le premier janvier. Le prince d'Eckmühl s'est rendu dans la trente-deuxième division militaire, pour y exercer, vu les circonstances, les pouvoirs extraordinaires délégués par le sénatus-consulte du 3 avril.

Le 25 avril 1813. #. A S. M. l'impératrice-reine et régente.

La place de Thorn a capitulé : la garnison retourne en Bavière; elle était composée de six cents Français et de deux mille sept cents Bavarois : dans ce nombre de trois mille trois

« ZurückWeiter »