Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Même jour. — Napoléon donne une première audience à Mouhed-Effendi, ambassadeur extraordinaire de la PorteOttomane.

11 juin. Décret portant organisation du eonseil-d'état et fixant ses attributions.

, 16 juin. — Institution à l'école d'Alfort d'une chaire.d'économie rurale.

24 juin. - Suppression des maisons de jeu dans tout l'empire. "

4 juillet. - Loi qui organise les haras dans tous les départemens, et nomme les chefs de ces établissemens.

6 juillet. —Combats contre les Russes et les Monténégrins par les Français commandés par les géneraux Lauriston et Molitor.

17 juillet. Un traité solennel établit la confédération du Rhin : les rois de Bavière, de Wurtemberg, les électeurs archi-chancelier de Bade, le duc de Berg et de Clèves, et plusieurs autres princes d'Allemagne, composent cette confédération et se séparent à perpétuité de l'empire germanique. L'empereur Napoléon est proclamé protecteur de cette confédération, qui change entièrement l'état politique de l'Europe et tend à une pacification plus durable.

2o juillet. Traité de paix signé à Paris entre la France

et la Russie; mais l'empereur Alexandre, influencé par l'Angleterre, refuse de le ratifier au terme convenu.

26 juillet. — Première assemblée des Juifs, convoqués à Paris par Napoléon, d'après son décret du 5o mai, sous le nom de Grand-Sanhédrin juif, et dont le but est de fixer le sort de cette nation errante et malheureuse.

5 aoat. — Lord Lauderdale arrive à Paris en qualité

d'ambassadeur, pour remplacer M. Fox dans les négociations ouvertes entre la France et l'Angleterre.

2o septembre. — L'empereur Napoléon réclame contre la

| Prusse, des princes liés par la confédération du Rhin, le

contingent auquel chacun d'eux s'est obligé, dans le cas de guerre.

25 septembre. L'empereur part de Saint-Cloud pour se mettre à la tête de ses armées, et combattre la quatrième coalition formée contre la France par la Prusse, la Russie, la Suède et l'Angleterre. 28 septembre. — Arrivée de Napoléon à Mayence, avec l'impératrice son épouse. 3o septembre. — L'électeur de Wurtzbourg accède à la confédération du Rhin, et prend le titre de grand-duc. 1er octobre.— Napoléon passe le Rhin avec son état-major. 7 octobre. — Message de l'empereur au sénat, dans lequel il annonce la nécessité de recommencer la guerre, et les dispositions qu'il vient de faire pour lui donner une issue favorable. 8 octobre. — L'empereur quitte Bamberg pour se porter à la tête de son armée. 9 octobre. — Combat de Saalbourg, et enlèvement des magasins de l'ennemi à Hoff. 1o octobre. Combat de Saalfeldt; le prince Ferdinand de Prusse y est tué. 14 octobre. — Bataille d'Iéna. L'armée prussienne essuie une déroute complète, ou plutôt elle est anéantie, tant en hommes que sous le rapport du matériel. Le duc de Brunswick et le prince Henri de Prusse sont grièvement blessés ; la reine n'échappe qu'avec peine à la poursuite des vainqueurs.

16 octobre. — Capitulation de la place d'Erfurt. Le prince

d'Orange et le feld-maréchal Mollendorf sont faits prisonniers.

Méme jour. Le roi de Prusse demandeun armistice , qui est refusé par Napoléon. - A

17 octobre. — Combat de Halie. Le prince Eugène de Wurtemberg, général de l'armée de réserve prussienne, a son corps d'armée presque entièrement détruit.

18 octobre.— Prise de Leipsick par le maréchal Davoust.

21 octobre. — Après une série de succès non interrompus, les Français interceptent la route de Magdebourg, où les Prussiens comptaient se rallier. Le duc de Brunswick met ses états sous la protection de l'empereur.

24 octobre. — Prise de Potsdam; l'empereur y établit son , quartier-général le lendemain, visite le tombeau du grand Frédéric, et envoie à l'Hôtel des Invalides de Paris l'épée de ce fondateur de la monarchie prussienne.

25 octobre. — Capitulation de Spandau. 26 octobre. Blocus de Magdebourg.

27 octobre. — Napoléon fait son entrée solennelle dans Berlin. Acte de clémence de l'empereur envers la femme du prince d'Haztfeld, gouverneur de cette capitale.

28 octobre. Prise de Prentzlow. Le grand-duc de Berg

fait capituler le corps d'armée commandé par le prince de Hohenlohe.

29 octobre. — Prise de la forteresse de Stettin. 1er novembre. Capitulation de la forteresse de Custrin.

Le maréchal Mortier s'empare de la Hesse au nom de l'empereur des Français. .

6 et 7 novembre. — Bataille de Lubeck. Après des faits

d'armes inouïs, onze généraux prussiens, à la tête desquels se

trouvaient Blücher, devenu depuis si fameux, et le prince de Brunswick-Oels, cinq cents dix-huit officiers, quatre mille chevaux, plus de vingt mille hommes et soixante drapeaux, sont les trophées de cette victoire. Lubeck, pris d'assaut, devient un horrible champ de carnage.

1o novembre. — Suspension d'arme entre l'empereur et le roi de Prusse, elle reste sans effet. Prise de la ville de Posen.

1 1 novembre. Prise de la ville et forteresse de Magdebourg.

19 novembre. L'empereur reçoit à Berlin une députation du sénat d'Hambourg. — Obligation imposée à toutes les villes occupées par les Français, de déclarer les marchandises et propriétés anglaises.

2o novembre. — Capitulation de la place d'Hameln.

25 novembre. — Capitulation de celle de Niembourg. L'empereur rend à Berlin le fameux décret qui déclare les îles britanniques en état de blocus, et interdit avec elles tout commerce et toute communication.

27 novembre.—Napoléon, résolu de pousser avec vigueur la guerre contre la Russie qui venait d'accourir, quoique tardivement, au secours de la Prusse, établit son quartier-général à Posen.

28 novembre. — Combat de Lowiez, où le général russe Benigsen est battu.

29. — Occupation de Varsovie par les Français.

2 décembre. Décret impérial qui ordonne l'érection sur l'emplacement de l'église de la Magdelaine, d'un monument à la gloire de l'armée, sous le nom de Temple de la gloire , et devant porter cette inscription : L'empereur Napoléoï: aux soldats de la grande armée.

3 décembre. — Capitulation de la forteresse le Glogau.

4 décembre. — Une levée de quatre-vingt mille conscrits est mise à la dispositon de l'empereur par le sénat conserVateur. 6 décembre. Passage de la Vistule par les Français, ' à Thorn. - \ 11 décembre. Passage du Bug à Ockecmin. Traité de paix et d'alliance entre l'empereur Napoléon et l'électeur de Saxe, qui accède à la confédération du Rhin, et prend le titre de roi de Saxe. Son contingent, en cas de guerre, est de vingt mille hommes. 16 décembre. L'empereur part de Posen.

19 décembre. — Il arrive à Varsovie, et visite les retranchemens élevés dans le faubourg de Praga pour protéger cette ville.

23 décembre. — Il passe le Bug, fait jeter à l'embouchure de l'Wkra, dans cette rivière, un pont qui est achevé en deux heures, y fait passer une division du corps d'armée du maréchal Davoust, qui met en déroute quinze mille Russes à Czarnowo.

24 décembre. — Combat de Nazietzk; le général russe Kamenskoi est défait.

25 et 26 décembre. Bataille de Pulstuck, retraite de l'armée russe après avoir perdu quatre-vingt pièces d'artillerie, tous ses caissons, douze cents voitures, et dix à douze mille hommes.

[ocr errors]

5 janvier. — Capitulation de Breslau.

7 février. — Bataille de Preusch-Eylau; l'armée russe est de nouveau obligée de battre en retraite.

« ZurückWeiter »