Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

latinis militaribusque imcuerunt. » Sidonius lui-même epousa, ainsi que Tonantius Ferréol, une fille de l'empereur Avitus, et fut préfet de Rome sous Anthemius ( Scr. fr. I, 783 ). , Tous ils employèrent leur puissance à soulager leur pays accablé par les impôts et la tyrannie des gouverneurs. — En 469, Tonantius Ferréol fit condamner le préfet Arvandus, qui entretenait des intelligences avec les Goths. — Sidon. 1. I. ep. VII : Legati provincial Galliœ Tonantius Ferreolus praetorius, Afranii Syagrii consulis è filia nepos. Thaumastus quoque et Petronius, verborumque scientiâ praediti, et inter principalia patriae nostrae decora ponendi, praevium Arvendum publico nomine accusaturi cum gestis decretalibus insequntur. Qui inter cetera quae sibi provinciales agenda

mandaverant, interceptuas litteras deferebant Haec ad regem

Gothorum charta videbatur emitti, pacem cum graeco imperatore (Anthc mio) dissuadens, Britannos super Ligerim sitos oppugnari oportere demonstrans, cum Burgundionibus jure gentium G allias dividi debere confirmans. » — Ferréol avait lui-même administré la Gaule et diminué les impôts. Sid. 1. VII, ep. XII : «... Praetermisit stylus noster Gallias tibi administratas tune quùm maxime incolumes erant... propterque prudentiam tantam providentiamque, carrum tuum provinciales cum plausum maximo accentu spontaneis subiisse cervicibus; quia sic habenas Galliarum moderabere, ut possessor exhaustus tributario jugo relevaretur. » -—Avitus, dans sa jeunesse, avait été député par l'Auvergne à Honorius, pour obtenir une réduction d'impôts (Panegyr. Aviti, vers 207). Sidonius dénonça et fit punir (4-71 ) Seronatus, qui opprimait l'Auvergne et la trahissait comme Arvandus. L. H, ep. I : Ipse Catilina saeculi nostri... implet quotidiè sylvas fugientibus, villas hospitibus , altaria reis, carceres clericis : exultans codés , insultansque Romanis, illudens praefectis, colludensque numerariis : leges Theodosianas Galons, Theodoiïcianasque proponens veteresque culpas, nova tributa perquirit. — Proindè moras tuas chus explica,

et quicquid illud est quod te retentat, incide. »

Ces derniers mots s'adressent au fils d'Avitus, au puissant Kcdicins...« Te expectat palpitantium civium extrema libertas. distingue pourtant les Cagots des lépreux, le port d'armes leur est défendu , et il est permis aux ladres.

De Bosquet, lieutenant-général au sie'ge de Narbonne, dans ses notes sur les lettres d'Innocent 111, croit reconnaître les Capots dans certains marchands juifs, designes dans les capitulaires de Charles-le-Chauve par le nom de Capi (Capit. ann. 877, c. 31).

Dralet pense que ce furent des goitreux qui formèrent ces races. Les premiers habitans , dit-il, durent être plus sujets aux goitres , parce que le climat dut être alors plus froid et plus humide. En effet , on trouve peu de goitreux sur le versant espagnol; les nuits y sont moins froides, il y a moins de glaciers et de neiges, et le vent du sud y adoucit le climat. Selon M. Boussingault cette maladie vient de ce qu'on boit les eaux descendues des hautes montagnes, où elles sont soumises à une très faible pression atmosphérique et ne peuvent s'imprégner d'air. (De même on voit beaucoup de goitres à Chantilly , parce qu'on y boit l'eau de conduits souterrains où la pression de l'air a peu d'action. Annal, de Chimie, février 1852),

Au reste, peut-être doit-on admettre à la fois les opinions diverses que nous avons rapportées; tous ces élémens entrèrent sans doute successivement dans ces races maudites , qui semblent les Parias de l'Occident.

[ocr errors]

TABLE

DES MATIÈRES.

LIVRE I. — Celtes. Ibères. Romains.

Chapitre Ier. Celtes et Ibères I

Race Gauloise ou Celtique; génie sympathique;

tendance à l'action; ostentation et rhétorique, ibid.

Race Ibérienne; génie moins sociable; esprit de

résistance 5

Les Galls refoulent les Ibères, et les suivent au-
delà des Pyrénées et des Alpes. . . '. . T

Colonies dans le midi de la Gaule 8

1 ° Établissemens des Phéniciens ibid.

If' Établissemens des Ioniens dePhocée. Marseille. 9

Invasions celtiques dans le nord de la Gaule. ... 10

1° Invasion et établissement des Kymry. Supério-
rité morale des Kymry sur les Galls. Druidisme. Ibid.

Passage des Galls, puis des Kymry, en Italie.
Guerre contre les Étrusques. Lutte de la Tribu

contre la cité 12

Intervention des Romains. Prise de Rome, 388. 13

Revers des Gaulois; victoires de la Cité sur la

Tribu 15

2° Invasion des Belges ou Bolg. Leurs établisse-
mens dans le Languedoc 16

Expéditions des Gaulois en Grèce et en Asie . . ibid.

Gaulois mercenaires . 19

Insurrection des Gaulois d'Italie, Boies etlnsubres. 20

222. Rome accable les Boies, puis les Insubres. . . 22
pereur avec le titre de Patrice. ( Sidon. 1. V, ep. 16; 1. V1I1, ep. 7; Jornandes, c. 45. ). — Euric relegua Sidoine dans le château de Livia , à douze milles de Carcassonne , mais il recouvra la liberté en 478 , à la prière d'un Romain, secrétaire du roi des Goths , et fut rétabli dans le siège de Clermont ( Sidon. 1. VIII, ep. 8). Lorsqu'il mourut ( 484 ), ce fut un deuil public : « Factum est post haec, ut accedente febre œgrotare cœpisset; qui rogat suos ut eum in ecclesiam ferrent. Cumque illuc inlatus fuisset, conveniebat ad eum multitudo virorum ac mulierum, simulque etiam et infantium plangentium atque dicentium : « Cur nos deseris, pastor bone, vel cui nos quasi orphanos derelinquis ? Numquid erit nobis post transitum tuum vita ?... Haec et his similia populis eum magno fletu dicentibus... » Greg. Tur. , 1. II, c. 25.

Malgré la conquête d'Euric, les Arvernes durent jouir d'une certaine indépendance. — Alaric , il est vrai, les enrôle dans sa milice pour combattre à Vouglé ( 507 ); mais on les voit pourtant élire successivement pour cvêques deux amis des Francs, deux victimes des soupçons des Ariens , Burgundes et Goths; en 484, Apruncule, dont Sidoine mourant avait prédit la venue ( Greg. Tur., 1. II, c. S3 ), et saint Quintien en 507 , l'année même de la bataille de Vouglé.

Les grandes familles de Clermont conservèrent aussi sans doute une partie de leur influence. On trouve parmi les évêques de Clermont un Avitus « non influas nobilium natalibus ortus. » ( Scr. fr. II, 220, note ), qui fut élu par « l'assemblé de tous les Arvernes. » ( Greg. Tur. , 1. IV, c. 35 ), et fut très populaire ( Fortunat, 1. III, carm. 26 ), Un autre Avitus est évêque de Vienne. — Un Apollinaire fut évêque de Reims. Le fils de Sidonius fut évêque de Clermont après saint Quintien; c'était lui qui avait commandé les Arvernes à Vouglé: « Ibi tune Arvernorum populus, qui eum Apollinare venerat, et primi qui erant ex senatoribus, conrucrunt. » ( Greg. Tur., 1. II, c. 57 ).

De ce passage et de quelques autres encore, on pourrait induire que cette famille avait été originairement à la têlc des clans Ar. vernes:

Les Gaulois du Nord se coalisent contre César, appelé par les Édues, les Sénons et les Rhèmes. 56 57. Guerre pénible de César contre les peuples de la

Belgique 57

56. Il réduit les tribus des rivages et l'Armorique. . 58 55. Il fallait frapper les deux partis qui divisaient la

Gaule, dans la Germanie et dans la Bretagne.

1 ° César passe le Rhin 59

Il'' Il passe en Bretagne 60

54-55. L'insurrection éclate en Gaule de toutes parts . 62 Soulèvement et extermination des Éburons. . . Ibid. 52. Soulèvement des deux partis, kymrique et galli

que (Carnutes, Arvernes, etc.) 63

César accourt de l'Italie, prend Genabum et No

viodunum 64

Soulèvement des Édues 65

César assiège dans Alésia le vercingétorix. . . 66 51. Il la prend et réduit rapidement la Gaule. . . Ibid. Chapitre III. La Gaule sous l'Empire. Décadence de

l'Empire. Gaule chrétienne .... 69 César, génie cosmopolite, favorable aux vaincus ,

fait entrer les Gaulois dans la Cité. . . . Ibid. Antoine , imitateur de César. Réaction d'Octave;

il repousse les Gaulois de la Cité, et impose à

la Gaule la forme romaine 70

Association du paganisme romain à la religion gal

lique 71

Persécution du druidisme. La Gaule soulevée par

les Trévires et les Édues 72

Caligula, Claude, Néron, descendants d'Antoine ,

favorables aux vaincus 75

Caligula, né à Trêves, institue les jeux du Rhône

à Lyon 77

Claude né à Lyon; il rouvre la Cité aux Gaulois. 78
Persécution desdruides. Réduction de la Bretagne. 79

« ZurückWeiter »