Histoire des chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem: appelés depuis chevaliers de Rhodes, et aujourd'hui chevaliers de Malte, Band 2

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 166 - BICvE. l ar g e playe dont il sortit des flots de sang. Le monstre, blessé à mort, tombe sur le chevalier qu'il abat une seconde fois; et il l'auroit étouffé par le poids et la masse énorme de son corps, si les deux domestiques, spectateurs de ce combat, voyant le serpent mort, n'étoient accourus au secours de leur maître.
Seite 164 - Le chevalier employa plusieurs mois à faire tous les jours cet exercice ; et il ne vit pas plutôt ses dogues dressés à ce genre de combat, qu'il retourna à Rhodes. A peine fut-il...
Seite 189 - GoZon plein de zèle, et animé de l'esprit [de son institut, ne crut pas devoir abandonner des Chrétiens à la fureur de ces barbares. Il détermina le Conseil de l'Ordre à faire passer des troupes dans l'Arménie: on équipa une puissante flotte : les plus braves chevaliers s'y embarquèrent avec un corps considérable d'infanterie. Toutes ces troupes, ayant abordé les côtes de l'Arménie, se joignirent à l'armée de Constant, qui s'étoit avancé pour faciliter leur descente.
Seite 167 - Conseil , où il représenta que l'Ordre ne pouvoit se dispenser de punir rigoureusement une désobéissance plus préjudiciable à la discipline , que la vie même de plusieurs serpens ne l'auroit été aux bestiaux et aux habitans de ce canton ; et, comme un autre Manlius, il opina hautement à rendre cette victoire funeste au vainqueur. Le Conseil obtint qu'il se contentât de le priver de l'habit de l'Ordre ; Gozon eut la douleur de s'en voir dépouillé ; et il se passa peu d'intervalle entre...
Seite 91 - Tune papa et cardinales venerunt Pictavim, ubi longiorem moram, ut dicitur, quàm voluissent fecerunt, rege Francorum et ejus complicibus et ministris illic eos quasi detinentibus violenter. Nam papa, ut dicitur, sub...
Seite 68 - ... et la ville de Rhodes, et prendre, sur leurs avis, les dernières mesures pour le débarquement. Ce fut apparemment de cet endroit où, au rapport de l'historien Pachimère (i), il dépêcha des ambassadeurs, au nom de tout l'Ordre, à l'empereur Andronic, pour lui faire part de son entreprise, et pour lui demander l'investiture de Rhodes, qui relevoit à la vérité de l'empire, mais dont les Grecs rebelles, de concert avec des Sarrasins, s'étoient emparés, et qui, pour se fortifier dans leur...
Seite 74 - ... avoir laissées se rafraîchir pendant quelques jours, déterminé à vaincre ou à mourir, il sortit de ses retranchemens, marcha droit à ses ennemis, et leur présenta la bataille. Le combat fut sanglant; et on se battit, de part et d'autre, avec cette animosité qui se rencontre entre des troupes étrangères , qui veulent s'emparer d'un pays, et des habitans qui défen*dent leurs maisons, leurs terres, leurs femmes et leurs enfans : tous motifs les plus puissans pour animer les peuples,...
Seite 13 - Des riches étoffes qu'ils trouvoient dans leurs prises, ils commencèrent à s'habiller plus magnifiquement qu'il ne convenoit à des religieux. La délicatesse de leurs tables étoit égale à la richesse de leurs habits ; la dépense qu'ils faisoient en chevaux répondoit à cette profusion, et l'air dangereux d'une isle que l'aveugle gentilité avoit consacrée à Vénus, faisoit de fâcheuses impressions parmi la jeunesse de l'Ordre. On s'apperçut bientôt que plusieurs Hospitaliers, pour soutenir...
Seite 141 - Villaret, ébloui de la gloire qu'il venoit d'acquérir par ses conquêtes, ne put soutenir une fortune trop favorable; il se pressa de jouir du fruit de ses travaux; et, toujours environné d'une troupe de flatteurs, il passoit ses jours dans une indigne oisiveté : sa table étoit servie avec autant de délicatesse (i) que de profusion; il...
Seite 101 - Les prisons étoient remplies de ces chevaliers, qui tous, excepté ceux qui volontairement se reconnurent pour criminels, furent exposés à la question la plus rude. On n'entendoit que cris, que gémissemens de ceux qu'on tenailloit, qu'on brisoit et qu'on démembroit dans la torture. Un grand nombre, pour éviter des tourmens si cruels, passèrent d'abord toutes les déclarations qu'on exigea d'eux; mais il se trouva aussi un grand nombre de ces Templiers qui, au milieu des plus affreux supplices,...

Bibliografische Informationen