Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

when the overwhelming and tyrannical supremacy of France may yet again be held in check by some illustrious Nassau. Earnestly do I pray, that if ever, through the insane imbecility of our rulers, the very existence of our country may be again a struggle, - earnestly do I pray, and sincerely do I believe, that in that agony of the English cause the aggrieved and insulted Hollanders will have the mercy to distinguish between the ministry who betrayed them and the nation that even now yearns for their alliance.

As Belgium is the great end of all English politics, here also let this volume terminate, — written with a rapidity which I regret; but in which, I trust, the novel and authentic facts may be some compensation for the absence of the graces of composition and the charms of language. I have, in these pages, endeavoured to elucidate that obscure subject, which all men talk about and very few understand - French Politics. I have endeavoured to explain the causes and consequences of that at once mean and monstrous incident, which hitherto we have been pleased to style, a Glorious Revolution. I have endeavoured to throw some light upon the characters and conduct of the public men who are regulating, or may regulate, the destinies of France. I have en

deavoured to show, how far the great change that has occurred was in accordance with the wishes of the great body of the people; and how far its subsequent results have satisfied their wants. I have endeavoured to show, that the English Minister, in sacrificing all the ancient principles of our policy to ally himself with our hereditary foe, has not even succeeded in the object for which he has imprudently and previously paid the dearest price; and that we have, in fact, deserted Portugal, and outraged Holland, not for the friendship of the French nation, but for a mere transient connection with two individuals, - the French King, and the French Minister : one of whom that nation despises, and the other of whom that nation detests. And what is the result? After two years of semi-peace, in which we have experienced all the injurious effects of war, except absolute slaughter, war, at no moment, more decidedly threatened us. And what a war ! A war in which we must find ourselves in one of two situations : either we must support our hereditary foe, and present friend in her morbid desire of conquest and aggrandisement, or, throwing off in our despair her fatal embrace, we shall find, once more, the whole world arrayed against our envied supremacy; - Austria bribed with Italy; Russia with Turkey; Prussia with Hanover; Holland with Brabant and Holstein ; the tricolor flag waving on the citadels of Namur and Antwerp, and planted on the plains of Waterloo ; and the fleets of paramount and imperial France secure in the harbours of Lisbon and of Cadiz, and bounding triumphant on the waves of Trafalgar!

APPENDIX.

RAPPORT AU ROI.

SIRE, Vos ministres seraient peu dignes de la confiance dont Votre Majesté les honore, s'ils tardaient plus long-temps à placer sous vos yeux un aperçu de notre situation intérieure, et à signaler à votre haute sagesse les dangers de la presse périodique.

A aucune époque, depuis quinze années, cette situation ne s'était présentée sous un aspect plus grave et plus affligeant. Malgré une prospérité matérielle dont nos annales n'avaient jamais offert d'exemple, des signes de désorganisation et des symptômes d'anarchie se manifestent sur presque tous les points du roy

aume.

Les causes successives qui ont concouru à affaiblir les ressorts du gouvernement monarchique, tendent anjourd'hui à en altérer et à en changer la nature : déchue de sa force morale, l'autorité, soit dans la capitale, soit dans les provinces, ne lutte plus qu'avec désavantage contre les factions ; des doctrines pernicieuses et subversives, hautement professées, se répandent et se propagent dans toutes les classes de la population ; des inquiétudes trop généralement accréditées agitent les esprits et tourmentent la société. De toutes parts on demande au présent des gages

de sécurité pour l'avenir.

Une malveillance active, ardente, infatigable, travaille à ruiner tous les fondemens de l'ordre et à ravir

S

à la France le bonheur dont elle jouit sous le sceptre de ses rois. Habile à exploiter tous les mécontentemens et à soulever toutes les haines, elle fomente, parmi les peuples, un esprit de défiance et d'hostilité envers le pouvoir, et cherche à semer partout des germes de troubles et de guerre civíle.

Et déjà, Sire, des événemens récens ont prouvé que les passions politiques contenues jusq'ici dans les sommités de la société, commencent à en pénétrer les profondeurs et à émouvoir les masses populaires. Ils ont prouvé aussi que ces masses ne s'ébranleraient pas toujours sans danger pour ceux-là même qui s'efforcent de les arracher au repos.

Une multitude de faits, recueillis dans le cours des opérations électorales, confirment ces données, et nous offriraient le présage trop certain de nouvelles commotions, s'il n'était au pouvoir de Votre Majesté d'en détourner le malheur,

Partout aussi, si l'on observe avec attention, existe un besoin d'ordre, de force et de permanence, et les agitations qui y semblent le plus contraires n'en sont en réalité que l'expression et le témoignage.

Il faut bien le reconnaître: ces agitations qui ne peuvent s'accroître sans de grands périls, sont presque exclusivement produites et excitées par la liberté de la presse. Une loi sur les élections, non moins féconde en désordres, a sans doute concouru à les entretenir; mais ce serait nier l'évidence que de ne pas voir dans le journaux le principal foyer d'une corruption dont les progrès sont chaque jour plus sensibles, et la première source des calamités qui menacent le royaume.

L'expérience, Sire, parle plus hautement que les

« ZurückWeiter »