Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

>> servent leur indépendance , ou que le roi de » Prusse prenne possession de la ville de Bremen, » conime le roi de Danemarck, de Hambourg', » et qu'ils se maintiennent chacun dans leur posses» sion. Les avantages que ces villes ont jusqu'à pré» sent tirés de leur neutralité, quant au commerce, » seraient infailliblement perdus , et le sort de » Dantzick les attendrait dans tous les cas.

» Ainsi la Prússé, maîtresse de toutes les rivières » de l'Allemagne qui débouchent dans la mer, et » de tous les ports , aurait non-seulement le commerce » exclusif de ce pays, mais elle deviendrait encore » ce que depuis si long-temps elle a désiré d'être, une » puissance maritime, et elle trouverait bientôt dans » ses propres états les moyens, tant en hommes qu'en » matériaux, de hisser son pavillon royal, que le » temps rendrait peut-être le plus formidable du » Nord. »

On a long-temps soupçonné le gouvernement prussien de ces vues ambitieuses, et de méditer à la fois l'invasion du Hanovre et l'asservissement des villes anséatiques : mais depuis que la politique anglaise a su le distraire de ses projets d'agrandissement vers le Nord, en facilitant son extension démesurée vers l'Occident jusque dans les frontières ruinées de la vieille France; depuis que la fortune a prodigue aux héritiers du marquis de Brandebourg des faveurs plus

brillantes, mais plus dangereuses et moins lucratives que l'acquisition des provinces maritimes de l'Elbe et du Weser, il semble que ce rêve politique n'a plus d'intérêt : nous n'en aurions pas conservé le sou. venir, si ce mémoire publié pendant la neutralité armée de la Prusse ne donnait la clef des événemens qui précédèrent sa rupture avec la France en 1896. Sans anticiper sur cette époque, nous nous bornons à prévenir nos lecteurs que nous aurons occasion de rappeler utilement ces considérations.

:

TABLE RAISONNÉE

DES CHAPITRES ET DES MATIÈRES

DU TOME 1°T DES CAMPAGNES DE 1803 ET 1804.

CHAPITRE Ier.

La paix de l'Europe est troublée en Suisse. - In

surrection des Cantons démocratiques. Évacuation du territoirc helvétique. - Guerre civile. - Capitulation de Berne. — Bombardement de Zurich. Intervention du premier Consul. Conférence à Paris. --- Acte de médiation,

Pages tre à 10. Errers de la pacification générale. - Subversion de l'ancien système politique de l'Europe. - In tabilité des traités imposés par l'abus de la force. Germes de discordes Éclat des premières dissensions en Suisse. - Formes de l'administration de ce pays' avant la révolution. - Violation de son territoire! - Introduction des doctrines établies en France. Gouvernement militaire organisé par le directoire helvétique. Opposition des cantons démocratiquesi Guerre civile.

[ocr errors]

Il re

Pages 10 à 21. Situation de la Suisse à l'époque du traité de Lunéville. - Division des partis. –unitaires. -— fédéralistes. Diète convoquée à Berne. Nouvelle forme de gouvernement. Aloys Reding se rend à Paris. - Son entrevue avec le premier Consul. tourne en Suisse mettre à exécution les

moyens conciliatoires qui lui ont été suggérés. — Plan de constitution. Il est adopté. Mécontentement des unitaires. Coup d'état. - Révolution du 17 avril. - La faction française triomphe. - Nouvelle constitution. Érection du Valais en république indépendante.

Pages 21 à 37.

Évacuation de la Suisse par les troupes françaises.

Insurrection des cantons de Schweitz, Ury et Underwalden. — Ils demandent leur séparation du corps de la république helvétique. La révolte s'é. tend dans tous les cantons démocratiques. -- Réunion des, insurgens sous les ordres des généraux Watteville et d'Erlach. - Ils s'emparent de Berne. - Les membres du gouvernement se réfugient à Lausanne. :

Bombardement de Zurich par les troupes helvétiques. Le général Audermatt effectue sa retraite. — Proclamation d'Aloys Reding. - ll rétablit le gouvernement fédéral. -- Convocation d'une

diète extraordinaire à Schweitz. Organisation d'une armée fédérale sous le commandement du général Bachmann. — Expiration de la trève de Berne. - Marche des insurgés.- Prise de Fribourg.-Combat d'Avenche. Déroute des troupes helvétiques.

Pages 37 à 49. Arrivée imprévųe du général Rapp à Lausanne.

Proclamation du premier Consul aux habitans de la Suisse. Changement inopiné. – Sommation aux confédérés. - Réponse évasive. - Nouvelle injonction. - Feinte soumission et protestation de la diète de Schweitz.

Pages 49 à 54.

Faible intervention des puissances continentales dans les affaires de la Suisse. Motifs sur lesquels le premier Consul appuie la sienne. -- L'Angleterre seule se prononce en faveur des confédérés. Représentations adressées au gouvernement français.

Mission secrète de M. Moore.

Pages 54 à 6o.

Occupation du territoire helvétique par les troupes françaises et italiennes. — Réinstallation du gouvernement helvétique à Berne. Dernière sommation adressée à la diète de Schweitz par le général Ney.

Cette assemblée se dissout. Désarmement des

« ZurückWeiter »