Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

» la meilleure de l'Allemagne , et dont la bibliothéque. » est justement renommée. Les étudians de cette uni»versité sont préparés dans les gymnases et colléges » de Bremen , Lunebourg, Stade , Verden, Zelle, . » Hanovre, Goettingue, Ilefeld , Ulzen, et dans plu

sieurs autres établissemens de ce genre moins im» portans. Et afin que les sciences soient généralement » répandues et ne se bornent pas à la classe des riches, » il y a des fonds destinés, tant par le gouvernement » que par les états et les villes, à l'éducation classique » des enfans

peu

fortunés. » Quant à l'industrie des habitans, elle est sans > doute très bornée; mais la perfection de plusieurs » manufactures prouve jusqu'à quel point elle pour» rait être portée. La fabrication de la toile est un des » principaux moyens de subsistance des habitans.

» Dans plusieurs villes les femmes fabriquent des

dentelles qu'on vend pour des dentelles de Flan» dre. Goettingue a des fabriques de draps qui ont >> presque la finesse de ceux de l'Angleterre. Eimbeck, » Osterode et Scharmbeck ont également des fabri

de draps qui sont employés à l'habillement de >> l'armée. Plusieurs forges de fer et de cuivre sur le » Harz, fournissent des outils qui sont estimés et re» cherchés par toute l'Allemagne. Lauenstein a une » verrerie célèbre, et Hanovre a la meilleure fabrique » d'Allemagne pour les galons et broderies en or et

» ques

» en argent Nordheim est connu par sa fabrique » d'indiennes; Munden par ses étoffes de soie, et » Duningne par une poterie de grès ; mais aucune de » ces fabriques n'enrichit son propriétaire, parce qu'il » ne trouve pas assez de moyens pour faire

passer >> ses marchandises à l'étranger : les relations com»merciales sont nulles.

» Ce grand ressort qui fait prospérer les états, » tellement inconnu dans celui-ci , que toutes les af» faires de banque s'y traitent par les Juifs.

» Que le roi de Prusse soit mis en possession de ce » pays, cet important objet attirera certainement sa » première attention. Il ne tardera pas à tenter d'éta» blir le commerce dans le duché de Bremen, où nous » avons déjà remarqué qu'il florissait quand ce pays » était une province suédoise. Stade, la capitale , était » en effet depuis 1586 l'entrepôt principal des mar» chandises de l'Angleterre destinées pour l'Alle» magne; mais les divers événemens de la guerre » auxquels cette ville fut exposée avant que les Da» nois, qui s'étaient emparés du duché, le vendissent » à la maison de Brunswick; et enfin l'entière négligence de son souverain l'ont réduit à la misère.

» Stade est cependant de dix lieues plus près de la » mer que Hambourg, et les vaisseaux de guerre » peuvent remonter l'Elbe jusque-là. La Schwinge, » qui traverse cette ville avant de joindre ses eaux à

[ocr errors]

») celles de l'Elbe, avait autrefois, sur une petite ile » à son embouchure, une redoute qui dominait l'Elbe; » il n'en reste à présent presque plus de traces. Une » redoute qui existe encore sur le continent, ne peut » assez flanquer la rivière, qui a ici 2700 toises de » largeur. Cependant les vaisseaux qui viennent de » la mer pour se rendre à Hambourg sont, excepté » les vaisseaux anglais , soumis à un péage, qui ne ») rapporte que 10,000 francs par an ; mais le roi de » Prusse pourrait l'augmenter , surtout s'il se propo» sait, comme il est naturel de le penser, de ruiner », le commerce d'Hambourg pour le tourner vers ses » états. Freybourg, petite villea trois lieues plus proche » de la mer, et vis-à-vis de la forteresse danoise de » Gluckstadt, pourrait également devenir , par son sa heureuse position, une place importante: il n'y a » là aucun banc de sable , et l'ancrage y est encore » meilleur que devant Stade. Quelques lieues encore » plus bas se trouve un autreendroit nommé Neuhuus,

avantageusement situé pour le commerce à l'embou

chure de l'Oste; autrefois il comptait dans son port »» une centaine de vaisseaux, mais à present il n'en » abrite pas un seul. On prétend qu'ils ne peuvent » plus y pénétrer à cause d'un banc de sable qui s'est ...). formé depuis quelques années à l'entrée de l'Oste; » mais on ferait disparaître cet obstacle à peu de frais, »,et Neuhaus pourrait recouvrer son ancien lustre.

» nière

» En tournant autour du bailliage de Rilzbuttel, » appartenant aux Hambourgeois, on entre dans le » Weser, qui est susceptible des mêmes avantages » pourl'électorat d'Hanovre. Le commerce de Bremen » pourrait être détruit de ce côté, de la même ma

que

le serait de l'autre le commerce de Ham» bourg , et cela par le rétablissement de la forte» resse de Carlstadt, à l'embouchure de la Luhe , et » à quatorze lieues de Bremen vers la mer. Les ruines » des remparts et des fossés de cette forteresse rap» pellent seules maintenant le gouvernement de » Charles XI de Suède qui l'avait fait bâtir. Les vais» seaux de guerre ne peuvent remonter la rivière plus » haut, mais ils sont en parfaite sûreté sur ce point; » et Carlstadt rebâti aurait non-seulement un bon » port, mais encore maîtriserait toute la navigation » du Weser. Les vaisseaux marchands, destinés » pour Bremen, vont à présent jusqu'à Vegesack, å ».quatre lieues de cette ville, et y envoient leur car» gaison sur des bateaux. Quel avantage ne serait-ce

» donc pas pour les vaisseaux, s'ils trouvaient un port . » aussi rapproché? Il y a quelques années que les

» états d'Hanovre eurent le projet de joindre, par » Carlstadt et par Stade, l'Elbe avec le Weser, » au moyen d'un canal qui aurait réuni la Luhe, » l'Oste et la Schwinge. On avait déjà bâti à cet effet >> une belle écluse à Stade; mais l'exécution rencontra

» les

» une multitude d'obstacles à cause du terrain très► marécageux. Cependant le roi de Prusse, qui a des») séché les marais de la Nouvelle-Marche et les a » rendus fertiles et habitables, trouvera sans doute moyens

de vaincre ces obstacles. Par cette réu» nion des deux rivières, les vaisseaux n'auraient » plus besoin de gagner la pleine mer pour aller de » l'une dans l'autre.

» Les autres rivières qui croisent l'électorat d'Ha» novre, et parmi lesquelles on remarque la Leine » et l'Aller, se perdent, soit dans l'Elbe , soit dans » le Weser, et favorisent ainsi la communication » entre les diverses principautés. Il en est de même » des rivières qui croisent les états héréditaires de la » maison de Brandebourg, elles se perdent pour la » plupart dans l'Elbe : ce fleuve communique avec » l'Oder par l'Havel, la Sprée et le canal près de » Francfort sur l'Oder. La Vistule étant réunie par » un canal avec la Netze, celle-ci, après avoir tra» versé les possessions du roi de Prusse dans la ci-dev vant Pologne, jette ses eaux dans la Werta , qui, » se perdant près de Custrin dans l'Oder, produit » enfin une navigation complète depuis le centre de » la Pologne jusque dans la mer du Nord.

» La seule possession de l'électorat, obtenue par » le roi de Prusse , amenerait inévitablement la > perte d'Hambourg et de Bremen, soit qu'elles con

« ZurückWeiter »