Königin Karolina von Neapal und Sicilien im Kampfe gegen die französische Weltherrschaft 1790-1814

Cover
W. Braumüller, 1878 - 641 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 322 - ... les blessés obligés de s'évacuer en traîneaux, en plein air pendant cinquante lieues. C'est donc une mauvaise plaisanterie que de nous comparer à l'armée de Naples, faisant la guerre dans le beau pays de Naples, où l'on a du vin, de l'huile, du pain, du drap, des draps de lit, de la société et même des femmes.
Seite 204 - Je suis résolu à donner le même titre à un autre, s'il m'y force encore. Tous les sentiments d'affection cèdent actuellement à la raison d'État. Je ne reconnais pour parents que ceux qui me servent. Ce n'est point au nom de Bonaparte qu'est attachée ma fortune, c'est au nom de Napoléon.
Seite 214 - Pardonnerons-nous une quatrième fois? Nous fierons-nous une quatrième fois à une cour sans foi, sans honneur, sans raison? Non! non! La dynastie de Naples a cessé de régner; son existence est incompatible avec le repos de l'Europe et l'honneur de ma couronne.
Seite 204 - Naples, et que je sois instruit, dans le courant de février, que mes aigles flottent sur cette capitale. Vous ne ferez aucune suspension d'armes ni capitulation. Mon intention est que les Bourbons aient cessé de régner à Naples; et je veux sur ce trône asseoir un prince de ma Maison, vous d'abord, si cela vous convient; un autre, si cela ne vous convient point. Je...
Seite 239 - ... lettres de change de Naples sur ici. Prenez garde que je sois obligé à des dépenses immenses, et que je serais dans l'impossibilité d'y faire face. J'ai ordonné qu'on acquittât les deux millions neuf cent mille francs de lettres de change que vous m'avez annoncées il ya un mois ; mais ayez soin que les états en règle en soient envoyés par le payeur à la Trésorerie. Il ya des formes dont moi-même je ne suis pas exempt, et c'est là le palladium de l'État. Il faut que je sois assuré...
Seite 382 - Enfin, soutenez de toutes les manières l'attention publique sur l'expédition de Sicile, afin que l'on puisse y croire à Londres et que cela puisse les alarmer. Ceci doit être bien mené, être le résultat de l'opinion venant de tous côtés et l'ouvrage d'une douzaine d'articles bien combinés dans différents journaux.
Seite 303 - Calabre. Ne pardonnez pas, faites passer par les armes au moins six cents révoltés ; ils m'ont égorgé un plus grand nombre de soldats. Faites brûler les maisons de trente des principaux chefs des villages et distribuez leurs propriétés à l'armée.
Seite 389 - Vous aurez vu par mes décrets que j'ai fait beaucoup de bien au Pape , mais c'est à condition qu'il se tiendra tranquille. S'il veut faire une réunion de cabaleurs, tels que le cardinal Pacca, etc., il n'en faut rien souffrir, et agir à Rome comme j'agirais...
Seite 352 - Des troubles en Espagne ne peuvent servir que les Anglais, qui ne veulent pas de paix, en altérant les ressources que je trouve dans cet allié pour continuer la guerre contre eux.
Seite 178 - ... l'Empereur de Russie, il serait en mesure de mettre son royaume à l'abri des agressions de son ennemi naturel » . Napoléon ne s'en faisait aucune illusion. Alquier, d'ailleurs, l'en avait averti* : « Si les choses sont mal ici, ce mal est dans les maîtres. Il n'ya rien non plus à attendre du prince héréditaire : l'avenir est fermé pour nous; on sera constamment opposé à notre système ; il est donc désirable que le gouvernement de ce pays passe en d'autres mains. » Donc un coup de...

Bibliografische Informationen