Abbildungen der Seite
PDF

quant et quant, deliberant de celluy qui se devra envoyer, Le tout toutesfois soubz correction et meilleur advis de vostredicte mate.

Et pour le premier me semble monss" selon que jen ay tousiours fait instance des le commancement quil ne pourroit que bien convenir que envoiant de ma part commisaire devers lesdicts princes electeurs il y en eust aussi quant et quant vng de la part de vostre mate. tant pour donner plus de faveur et reputacion a la negociation par lintervention de vostredict commis, comme aussi que lesdicts electeurs prendroient facillement occasion de penser que vostre mate et le dict Sieur prince ne prinssent laffaire tant a cueur ou sen pourroient tenir pour desestimez ou vilipendez, entendans principallement que vostredicte mate. eust fait ou feist mener ceste negociation par ses commis devers ung chacun des autres quatre electeurs a part et que vers ceulx nen fut venu aucun, ains se feist par moy seul.

Pour le second Monss". je delaisse vostre mate. considerer sil seroit bon de negocier avec lesdicts deux princes electeurs mesmes celluy de saxen durant cestuy siege et expedicion contre magdemburg ou le differer jusques a lacheuement dicelle, Et mesmes sil failloit user envers ledict de saxen du dernier poinct contenu au memorial apart de vostre mate., estans les affaires dudict coustel de magdembourg comme jentens encores assez en trouble, ainsy que ne doubte vostre mate. aussi souffissamment advertye par le Sieur de swendy que pourroit par aventure donner audict de saxen commil est de nature chault occasion de changer ses desseings et ymaginer choses nouvelles, acquoy me semble monss" fault avoir bon et soigneux regard et quil merite bien que vostre mate. y pense et se resoulde comme lon S devra conduyre pour le mieulx.

Pour le III. je crains aussi Monss" en cas quil soit force d'user envers ledict de saxen dudict dernier poinct que les commis ne facent difficulte et estiment chose dangereuse de le mectre en avant en leur propre nom et comme non en avoir charge principallement envers ung prince chault et colericque. commil est, aquoy fauldra aussi Monss" avoir tout bon regard.

Pour le IVe semble aussi monss" que es instructions des commis se pourroit exprimer silz devront proposer leur charge ausdicts princes electeurs, presens ou absens ceulx de leur conseil, aussi silz doibuent bailler leur proposition par escript ou

copie de leur principalle instruction silz en sont requis, et si lesdicts princes electeurs ou lung deulx reffusoit absolutement leur demande ou se referoit aux autres quatre electeurs et sur leur commune assemblee et delibration, silz se debvront a ce arrester, ou ce que leur devront replicquer en cas susdict, Vous suppliant Monss". tres humblement quil plaise a vostre mte. me mander sur lesdicts articles et le surplus vostre bon vouloir et plesir, pour selon ce me conduire et vous obeyr ainsy que Dieu sçait je y suis tres affectionne.

J'envoye aussi Monss". au licenciado gamez loriginal de la relation de mon conseillier pappenhaim, que par vostre commandement javois envoye devers le marquis albert de brandenburg, et estant ledict de pappenhaim en allant arrive a prag et illec entendu que ledict marquis estoit ja alle au service de vostre mate. devant magdenburg, et mesmes quil sçavoit les letres de vostre mate contenir quelque peu d'aigreur, il me scripvit que luy voulsisse mander sil luy debuoit encores presenter lesdictes letres de vostre mate., surquoy luy respondis monss" puisquil estoit ja au service de vostre inate. quil seroit mieulx point presenter lesdict letres, aquoy ledict pappenhaim sest conforme, Esperant que vostre maté. ne le prendra de mauvaise part, comme laiant fait faire pour tout bon respect, et renvoye lesdicts letres aussi avec cestes audict licenciado,

Monseigneur je supplie etc. De Vienne ce IIIe. de Juing 1551.

(Leg. 646. fol. 25.)

5. Carl an Ferdinand. Augsburg, 21. Juni 1551.

Monseigneur mon bon frere. Ceste sera pour respondre a voz letres du IIIe de ce mois delaissant ce que touche laiude de costa de nostre fille la Royne de boheme, puisque avec ce que je vous ay escript vous demeurez satisfait et aussi certes me suis je mis le plus avant quil ma este possible, tenant regard a la disposition presente de mes affaires, et je ne fais doubte quelle vous sera la bienvenue et que vous estant si bonne fille, vous luy ferez le traictement que contiennent voz letres, Et aussi de mon coustel ny aura y faulte que je ne respecte et le Roy son mary et elle en ce que saddonnera comme il convient et me treuveront toux deux bon pere.

Le surplus de vosdictes letres est sur ce que touche la negociation de lelection pour le prince mon filz, sur lequel poinct avant vostre partement dicy nous avons resolu avec intervention de la Royne madame nostre seur et en presence de nostredict filz ce que de vostre part il convenoit vous feissies pour gaigner les deux electeurs de saxen et brandenbourg selon le credit que vous avez envers lung et lautre, avec entiere. confiance que prenant la chose a cueur et la negociant, selon ce comme vous nous en avez assheure et je le confie entierement, la chose pourra de brief avoir lyssue que lon desiroit, Et mesmes quilz ne pourront alleguer que cecy soit chose nouvelle, actendu quilz ont si franchement et sans en estre requis ny sollicite offert la mesme pour le Roy de boheme vostredict filz; et de faire changement en la resolucion que nous y avons prins apres si longue deliberation, je ne puis penser quil puist bien convenir, mesmement pour la satisfaction et contentement de toutes parties. Vray est que ce que touche le conseillier gienger il ne se peult excuser tenant regard à ce que escripvez quil luy seroit impossible faire le voiage en la disposition en laquelle il se treuve, et il me greveroit trop de vous faire perdre ung si bon serviteur, Mais puisque ainsy est, je vous prie Monss":, mon frere vous souvenir des causes pour lesquelles lon feit le choix de la personne dudict gienger que fut tant pour ses bonnes qualitez et dexterite que pour le credit quil a vers vous et lesdicts electeurs et que ny allant perssonnaige auquel concurrent les mesmes respectz, la chose ne se pourroit conduyre avec si grande satisfaction de tous et nous, avec l'espoir que nous debvons avoir que par vostre moyen nous doibvons venir a chief de ce que nous pretendons, par ou il ne ma peu sembler que personne des quatre que vous mectez en avant puisse estre convenable pour ceste negociation, Non pas quilz ne soient personnaiges telz que vous les jugez, mais pour estre certain et cler que vers lesdicts electeurs ilz ne seront en opinion davoir vers vous le credit que a ledict gienger, Et ny envoiant personne des plus proches de vous et de meilleur credit vers lesdicts electeurs, ilz pourroient juger que vous neussies laffaire tant a cueur, comme je confie que vous avez; et davantaige qui que ce soit que lon y envoye, nosera sans le port dudict credit sadvancer a dire de soy mesmes, ce quest contenu au billet particulier, que toutesfois il emporte se dye ainsy, plustot que de la part de nous deux, puisque sur ce le duc mauris pourra fonder moins de sentement, que sy clerement il se disoit de vostre part ou de la mienne, Et se peult bien dire de telle modestie et dexterite que ledict duc mauris le devra plustot tenir a obligation pour le preadviser afin quil pourvoye a ses affaires et sassheure du danger et inconvenient que luy pourroit advenir, que den avoir aucun sentement contre celluy qui fera devers luy ce bon office, Et pour retourner au choix de la personne qui pourroit aller cellepart au lieu de ce que lon avoit resolu ce seroit ledict gienger, je nen y vois autre que le sieur hans ofman pour le grand credit quil a vers ledict duc et le lieu quil tient aupres de vostre personne. Et comme ceste negociation emporte tant a lestablissement de nostre maison, jespere que vous nen vouldrez faire difficulte ny prendre aucune excuse pour bonne que ledict ofman voulsise faire, et que vous trouverez moyen de remedier la faulte que cependant il pourroit faire á vostre service, et que tiendrez consideration a ce que ceste negociation est lune de celles pour lesquelles il peult convenir desloingner de soy pour quelque brief temps ceulx qui sont plus avant en la masse des affaires, et ledict gienger qui en ce cas demeurera vers vous avec vostre vice-chancellier jonas et autres qui ont entremise en voz affaires pourront suppler ce pendant son absence, Et comme ledict ofman est bien en langaige dextre et aiant le credit susdict tant envers vous que ledict duc, il pourra beaucop faire en le acheminement de cestdicte negociation, yoyre et comme jespere lachever briefvement, et si ne se pourront plaindre lesdicts electeurs, que lon ne tienne le compte deulx que des autres, y envoiant personnaige de telle qualita, Et si ne sera besoing que personne autre y voise, puisque lambassade se fait de la part de nous deux, estans signees les letres et instructions, tant de vostre main que de la mienne, Et aussi vers les autres electeurs ne mectons nous ceste difficulte puisque celluy ou ceulx que y yront auront commission de la part de nous deux comme vous sçavez.

Et au regard de ce que vous mectez en doubte si lon devra promptement entendre en ceste negociation ou la differer jusques lon voye quelle sera lissue de laffaire de magdembourg pour doubte que vous avez que ladicte negociation ne puist alterer le duc mauris aiant charge principalle de lemprinse dudict magdembourg, le fondant sur ce que quelquefois ledict duc se demonstre estrange et plain de ressentemens, je ne puis monss". mon bon frere veoir causes pour les quelles ledict duc se doige alterer de cestedicte negociation, pour les mesmes raisons cy dessus touchees, davoir demonstre ci devant de gouter ce que lon pretend pour mon filz en la personne dudict Roy de boheme nostredict filz, avec ce que en ceste emprinse de magdembourg il luy va plus que a nul autre, pour avoir ses pays si voisins et sy estre mis si avant, et ce quil y peult pretendre de linterest ou de nostre part il y a seullement la reputacion avec ce que je ne puis penser comme il se pourroit descontenter de nous aiant tant sollicite vers les estatz quil fust assiste pour mener a bonne fin cestedicte emprinse, laquelle si elle se conduyt avec lissue desiree comme je lespere mectra et lesdicts deux electeurs et vous aussi hors dune grande seynderese quest de veoir continuellement ce coustel de saxen en revolucion et trouble, Et je ne laisse dappercevoir que dois que le marquis albert est la, ledict duc mauris se demonstre en aucune chose plus difficille, Dont me doubtant jay tousiours solicite soubz couleur de non charger les estatz de fraiz quil print yng autre lieutenant, mais quoy que je luy aye escript, jl sest resolu a choisir ledict marquis albert, ce que pour bon respect je ne luy ay voullu ny appreuver ny rebouter, mais qui len pourroit mectre dehors sans luy donner sentement et par quelque bon moyen, ce seroit bien ce que plus conviendroit et vous povez assez juger par la responce quil a donne a pappenhaim, les termes quil tient et combien ilz sont esloingnez de la modestie que nous debvons esperer de luy, tenant regard a la devocion de ses predecesseurs et a ce que particulierement jay fait pour luy, mais je congnois bien quil fault eviter de luy donner occasion de faire le sault plus a la desesperee, Et pour ce jay trouve daustant meilleur que ledict de papenhaim vous aye consulte pour sçavoir sil donneroit mes letres, et que par vostre commandement il laye delaisse.

Et quant a ce que finablement vous dictes en vosdictes letres, que desirez sçavoir si celluy qui yra la pourra donner copie de son instruction et sil declairera sa charge ausdicts electeurs seul ou en presence de leurs conseilliers et desquelz, je ne treuve au premier poinct aucune difficulte en ce que concerne

« ZurückWeiter »