Histoire de la république de Venise, Band 8

Cover
Firmin Didot, père et fils, 1821
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 404 - S'il arrivait qu'à notre paix avec l'Angleterre , nous fussions obligés de céder le cap de Bonne-Espérance , il faudrait alors nous emparer de l'Egypte. Ce pays n'a jamais appartenu à une nation européenne ; les Vénitiens seuls y ont eu une prépondérance précaire.
Seite 391 - Les iles de Corfou, de Zante et de Céphalonie sont plus intéressantes pour nous que toute l'Italie ensemble. Je crois que si nous étions obligés d'opter, il vaudrait mieux restituer l'Italie à l'Empereur et garder les quatre îles, qui sont une source de richesse et de prospérité pour notre commerce.
Seite 260 - fois dans sa campagne. On gâte tout en Italie, » le prestige de nos forces se dissipe: l'on nous » compte. Je crois imminent et très imminent » que vous preniez en considération la situation » de votre armée en Italie, que vous adoptiez » un système qui puisse vous donner des amis, » tant du côté des princes que du côté des » peuples. Diminuez vos ennemis: l'influence de » Rome est incalculable. On a très mal tait de » rompre avec cette puissance. Si j'eusse été » consulté...
Seite 425 - L'envie de la paix qu'a toute la république, envie qui se manifeste même dans les soldats , qui se battraient , mais qui verront avec plus de plaisir encore leurs foyers , dont ils sont absens depuis bien des années, et dont l'éloignement ne serait bon que pour établir le gouvernement militaire ; 9°.
Seite 398 - ... s'est emparé contre toute espèce de droit. Il faudra , pour cet effet , qu'un article du traité définitif assure l'indépendance de cette petite république , et que l'Empereur s'en dessaisisse tout de suite. Après avoir parcouru les articles relatifs à l'Italie, je passe à ceux qui concernent l'Allemagne. L'Empereur traite avec la république comme roi de Hongrie et de Bohême , et en sa qualité d'empereur d'Allemagne.
Seite 314 - Le sang français a coulé dans Venise, et vous y êtes encore ! Attendez-vous donc qu'on vous en chasse? Les Français ne peuvent plus se promener dans les rues, ils sont accablés d'injures et de mauvais traitements ; et vous restez simple spectateur ! Depuis que l'armée est en Allemagne, on a, en terre ferme, assassiné plus de quatre cents Français; on a assiégé la forteresse de Vérone, qui n'a été dégagée qu'après un combat sanglant, et, malgré tout cela, vous...
Seite 276 - Nous attendons néanmoins les lumières qui doivent rejaillir de vos premières entrevues avec son envoyé, pour nous fixer une opinion que nous n'admettrions qu'à regret, si la maison d'Autriche joignait en ce moment aux vues ambitieuses qui l'ont toujours caractérisée, une connaissance exacte de la tendance générale de l'Europe vers des...
Seite 413 - Quant a l'Egypte, vos idées a cet égard sont grandes , et l'utilité doit en être sentie : je vous écrirai sur ce sujet, au large. Aujourd'hui, je me borne à vous dire que, si l'on en faisait la conquête, ce devrait être pour déjouer les intrigues russes et anglaises, qui se renouvellent si souvent dans ce malheureux pays. Un si grand service rendu aux Turcs les engagerait aisément à nous y laisser toute la prépondérance et tous les avantages commerciaux dont nous avons besoin. L'Egypte...
Seite 321 - Français, et on les obligeait à quitter la ville. Tant d'outrages, tant d'assassinats ne resteront pas impunis. Mais c'est à vous surtout et au Corps législatif qu'il appartient de venger le nom français d'une manière éclatante. Après une trahison aussi horrible, je ne vois plus d'autre parti que celui d'effacer le nom vénitien de dessus la surface du globe. Il faut le sang de tous les nobles vénitiens pour apaiser les mânes des Français qu'ils ont fait égorger. J'ai écrit à des députés...
Seite 267 - ... ont embrassé l'heureux et sage parti de la neutralité. Le moment est donc venu , où il ne peut y avoir aucun intérêt réel à courir de nouvelles chances , où une rixe fatale plus long-temps prolongée serait désormais sans objet , où , quels que puissent être d'ailleurs les griefs réciproques et la diversité des principes politiques des deux...

Bibliografische Informationen