Abbildungen der Seite
PDF

préfecture du département de l'Eure, emploi qu'il rené élit encore aujourd'hui. Le 24 juin 1814 , il pressa .1^ députatioridu conseil de cette préfecture, qui vint déposer au pied du trône l'hommage/ de son respect et de son entier déveûment. 11 prononça l'adresse votée par ce conseil, à laquelle Sa Majesté daigna répondre avec sa honte toute paternelle , en accordant la décoration, du lys au préfet, à la députalion et aux autres 'membre* du conseil de préfecture. Madame accueillit aussi^avec bienveillance , les hommages et les vœux de cette même députation. M. Crétiea de Neufville a épousé , u°.,en «761), demoiselle Rolrou; a0., en HG, demwiseHf» le nez de Coity de Brécourt; 3°.,- en i*hS, dranoiseBe Eugénie de Bosguérard, née en 1796, Fdtfr de M. de fiosguérard, et a demoiselle OJoard de Bois-Milon.

fl a eu deux sœurs ; l'une avait épousé saneoïréih— ôermain,, capitaine d'infanterie. Devenue-veuve., et par"titinièTenTCnt «onsidérée de madame Louise de France, aille se 1h religieuse an couvent des carmélites de Compiègne. Elle fut une des seize du même ordre , qui tombèrent martyres sous la hache révolutionnaire de îlobespierre, peu de jours avant la fin de ce monstre.

L'autre soeur est veuve de M. le Vaillant de Valcourt.

Armes : ■d'afcur., i la Fa se e d'argent, chargée de Irois roses de gueules^, et accompagnée de trois fleurs dé lys. •wourries d'or.

■ r ■; ,'■' •'. ; : "" ^ .,

De CROSEY. L'ancienne maison de ce nom, originaire du comté de Bourgogne, est issue de race cbeva4eresque cet tire son nom des village et fief de Crosey r batfïiafge de Baume, qu'elle a possédés consécutivement depuis plus de six siècles ; elle remonte sa filiation à Valentin de Crosey, écuyer , vivant en l'an 120e, et ia noblesse de son nom à Valérius et Bofiard de Crosey ,. rappelés, parmi d'autres gentilshommes, dans desichartes et fondations de l'abbaye du Lieu-Croissant, ne relu et n33.

Cette maison s'est toujours alliée à des familles distinguées de 1 ancienne "Chevarenc^ elle a ete reçue très— anciennement dans tous les chapitres et corps de noblesse , et notamment au corps de chevalerie de Saint

[ocr errors]

Georges, depuis l'an 1600 , ainsi que dans les armées 41e bourgogne.

Armes : d'argent, à l'ours menaçant de sable.

. Cuissottede GIZAUCOURT;seigneursde Gizaucourt, deBierges, Vouzy, vicomtes de Plivôt, etc. Cette maison qui s'éteint de nos jours , est une des plus anciennes et des mieux alliées de la province de Champagne, d'où elle est originaire. Elle a été maintenue par l'intendant de cette province, au mois de janvier 1667 , sur

- preuves remontées à Robert Cotte , écuyer, époux de Simonne le Pitancier. Jean Cuissotte, son fils, écuyer, seigneur de Gizaucourt, obtint le 20" mai >447 > du prévôt de Château-Thierry, une sentence par laquelle il fut déclaré noble, et issu de noble race, étant descendu de messire Pierre Balussier, chevalier, seUgneur de Dormans , et comme tel exempt des droits qui se levaient au nom du Roi, sur les habitants et bourgeois roturiers. Les descendants de Jean Cuissotte et de Jeanne

.de Nave, son épouse , ont suivi le parti des armes , où plusieurs se sont élevés à des grades supérieurs ; d'autres ont obtenu d'honorables distinctions , dans la haute magistrature; un entr'autres a été conseiller ordinaire du Roi en tous ses conseils, et honoraire au grand conseil. Cette famille s'est alliée aux maisons et familles de le Folmarié, Godet de Soudé , Cajun de Thuisy, Lallemant de Monthelon, Noizette du Bellay, de Tbuisy, de Thurin. etc.

Armes ; écartelé, aux 1 et 4 d'or; à la bande d'azur, ; chargée de trois alertons d'argent ; aux 2 et 3 de gueules; _f l'aigle d'or, sur le tout d'azur; au chevron d or, accompagné de trois Lésants du même.

DALICHOUXj (1) barons. deSenegra; famille ancienne, originaire du Languedoc, qui compte des services militaires distingués et de belles alliances, Elle remonte d'après les preuves qu'elle a faites par devant, l'intendant de cette province, en 1718, et par devant M. Ché

'I I i . ' 1 . 1 1 m

(1) Ce nom se trouve orthographié d'Alichoux, dans "quelques actes. T- ■•

[graphic]

rin, généalogiste des ordres du Roi, en 1788, pour le service militaire, à noble Gui Dalichoux, qui épousa demoiselle Hélix de Malafos, avec laquelle il est rappelé dans le contrat de mariage de noble Amans Dalichoux , leur fils, du 11 octobre i54§. Leurs descendants, après s'être alliés aux maisons et familles de Sebeug, de Seguin, de Saint-Julien , de Pascal de Saint-Juéry , du Claux de la Baume, et, de Manse de Sauvian, se sont partagé, en deux branches , dans l'ordre qui suit :

..,,.. 1 .;, Première Branche.

Nm: Louis-Antoine Dalichoux, baron de Sénégra, - marquis de Saint-Félix, etc., entra garde marine le A ,mai 17^7, et obtint son congé le 27 mars 1766; son 'père lui fit donation de tous ses biens par acte du i4 : mai 1770. Il épousa le P. juin 177$, demoiselle Marie - Jeanne - Françoise - Félicité - Joséphine - Juliette de Savelfy de.Caseneuve, fille de messire JeanPaul-Marie de Savelly de Caseneuve et de Louise-Charlotte de Vanel de l'Isle-Roy.

Leurs enfants furent: -I

i°. Jean-Paul-Marie-Gabriel Dalichoux, baron de Sénégra, qui fit ses preuves de noblesse par devant M. Cherin, généalogiste des ordres du Roi, pour le service militaire , le 10 mai 1788;

a°. Louis - Antoine - Henri - Prosper Dalichoux de «.. Sénégra, qui fit les mêmes preuves pour la ma

rine;

3°. Louis-Marie-Augustin Dalichoux de Sénégra, né le 18 août 1782 , qui fit les mêmes preuves;

4°. Henri-Marie Dalichoux de Sénégra, qui fit les mêmes preuves pour le service militaire, le 10 mai 1788;

5". Armand Dalichoux de Sénégra.

seconde branche.

-?'> 'VIII.'Joseph-Marie Dalichoux, frère de LouisAntoine , chevalier de Saura , capitaine au corps royal d'artillerie au régiment de Grenoble , chevalier de Saint-Louis, épousa, en 17*4» Marie-Antoinette-Charlotte de Recourt, fille de messire Pierre-FlorimondCharles-Joseph de Recourt, chevalier, seigneur du Sart, et de dame Antoinette Frémyn. De ce mariage Mt)t issus: . .

1*. Hettri-Joseph Dalichoux de Sénégra;
P. Jules-Michel Dalicboui de Senegra.

Armes : d'azur à trois croissants d'argent. Supports: deux lions.

Voyez le tome XVI n du Nobiliaire de France.

DE D AMI AN ; seigneur* du Vernegues et de Viasargnn en Provence; famille originaire du Piémont. Charles de France, duc d'Orléans et de Valois, comte d'Ast, aggrégea , le 13 décembre 1460, à la noblesse de son comté, Guillaume Damian, seigneur de Vernegues en Provence, où il était venu s'étalJiren 1 +40.Benoît, son frère , qsi demeura eu Piémont, où il eut u terre de Cas-lelinard, à dix milles de la ville d'Ast, forma une branche qui subsiste avec distinction en la personne des comtes deCasielinard et de Verdun, qui portent les mêmes armes que ceux de Provence. cette famille, outre des alliances considérables, a fourni un maréchal des camps et armées du Roi, plusieurs officiers supérieurs, des gouverneurs de places, des chevaliers et commandeurs .de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et s'est alliée aux maisons d'Agouti d'OÎlicres, d'Afbessy, d'Andréa de Barrême, de Bouchard d'Esparbès, d'Aubeterre , de Castellaue-Adliémar, derCambis, de Chapus, de Châteauneuf-d'Enlragues , 4'ESr*hs » d'Etienne , l'Evêque de Saint-Etienne, de Florence, de Fougasse, deFranconi, de Galiensdeslssards, de Gérenie, de Lauris-Taillades, de Malet, de Manvîlle , le Meingre de Boussicaud , de Panisse, de Ravel, de Hodulph-Urnanï, de Raousset d'Aurons, de Sade, deSeytres, etc.'

Armes: de gueules, à une étoile à huit rais d'argent; au chef d'or, chargé d'une aigle de sable.

BAMBEL1N ; maison d'ancienne chevalerie, qui possédait la seigneurie de Dambelin, village du bailliage de Baume, au comté de Bourgogne , qui relevait du comté de MontbéliaTd. Joseph, Simon, Guy et Jeannon , successivement seigneurs de Dambelin, firent des donations dans le douzième siècle, à l'abbaye du Lîea-(!]rois»a«t, dite depuis des Trois-Rois, et à d'autres monastères, qui en ont conservé les chartes.

Jean de Dambelin, chevalier, reprit en i$i», pour certains fiefs, de Guy de Granges, seigneur de Grammont, et épousa en 1338 Alix de Rai recourt. 11 paraît avoir eu de ce mariage, Marguerite de Dambelin, mariée vers i38o, à Jean de Sainl-Mauris , chevalier, laquelle dut être la dernière de cette maison , puisque, de» cette époque , ses fiefs se trouvent tenus par celle de Saint-Mauris en Montagne , et qu'on ne voit phisdepni* de traces, ni dans les archives, ni dans les auteurs, de la maison de Dambelin.

Armes : d'or , à trois macles de sable.

DE DAMPMARTIN. Jean-Antoine-Roch de Damprnartin , né à Uzès , dans le bas Languedoc (aujourd'hui le département du Gard ) , le zS décembre 1727 , appartenait à la famille de Lacroix de Castries, par une double alliance; son grand-père avait épousé en 1691, demoiselle Anne de Lacroix-Caudillargue, et l'une de ses tantes avait épousé M. le baron de Lacroix, seigneur de Gaugeac. Son père, qui avait accompagné M. le cardinal de Polignac à Rome, en qualité de gentilhomme d'ambassade , le fit, dès 1740, entrer en qualité de sous-lieutenant dans le régiment de Liinosin, infanterie. Devenu capitaine au même corps, il fut pourvu du grade de colonel à la suite de l'infanterie, en 1755, nommé commandant de la ville et pays d'Uzès, en 17^6, et décoré de la croix de Saint-Louis, en 1761. ilépousa, en 1753, mademoiselle Jeanne-Elisabeth-Josephe de Venant, fille aînée du marquis d'Yvergny, d'une des plus anciennes familles de la noblesse d'Artois. De ce mariage sont nés quatre enfants, dont deux morts en bas âge, une fille mariée au baron de Fontarèche, et décédée sans laisser de postérité. Le quatrième suit:

Anne-Henri de Dampmartin, né à Uzès, le 3o juin; 1755, entré au service dans le régiment de Limosin, infanterie, en 1770 f capitaine de cavalerie dans le régi

« ZurückWeiter »