Abbildungen der Seite
PDF

d'argent ; au 4 d'afcur;au mouton d'argent. L'écu timbré d'une couronne de baron. ■ .

VlDARD, seigneurs des Bouchetières, deSt.-Clair, ■St.-Generoux, Lavau la Ferrandière , de Busseroux, etc., •titrés marquis de St.-Clair en Poitou et en Champagne. Cette famille, qui selon la tradition serait originaire du pays basque, s'est illustrée dans la carrière des armes, ayant donné un maréchal de camp et plusieurs officiers supérieurs, décorés de l'ordre royal et militaire de SaintLouis , soit dans les troupes de terre , soit dans celles de la maison du Roi, et enfin plusieurs ofiiciei s distingués dans la marine, entr'autres un capitaine des vaisseaux du roi , puis capitaine-général garde des côtes maritimes à Calais, et ensuite commandant la marine aux départements de Dunkerque et du Havre. Elle a aussi rempli plusieurs emplois dans la magistrature , et a donné un conseiller d'état. Elle remonte, par filiation, à Alexandre Vidard père : i°. de Pierre Vidard, conseiller au pré— sidial de Poitiers, échevin , puis maire de cette ville en i563 , auteur d'une branche connue sous la dénomination de seigneurs des Bouchetières; 20. Jean Vidard , écuyer , seigneur de St.-Clairet de St.-Generoux, chef de la branche existante de cette famille , élu échevin de Poitiers en 1570. Ce fut sur le fondement des privilèges de noblesse affectés à l'exercice de ces charges, qu'elle a -été maintenue par jugement de Mr. Voisin de la Noi— 'tee, intendant en la généralité de Tours, le Ier. août 4670. Cette famille a aussi été maintenue par ordonnances de MM. de Richebourg et de Bernage , intendants à Poiliers et à Amiens, des 9 janvier 1715 et n a 1716. Elle s'est alliée aux familles d'Ajasson , de la Barre de la Jarrie , deBelhoirlat de la Grange, Bonin de Moiilhomas et de Chalucct, du Breuil-Hélion, de Bridier de Mai-soncelles, de Brou, de Chaslenet-Puységur, Duflos •d'Aventon , de la Grange de Fougères, Havetcl de Van;eiennes, Huet, de Gare d'Aubigny , de Marsac, Roussel de Germont, etc., etc.

Armes : De gueules, à trois flèches ou dards ria.. posés 2 et 1 surmontés de trois flèches ou dards du même, empoigné* l'un en palet les deux autres en

sautoir.

[graphic]
[graphic]

supérieurs, des gardes du corps,des pages duRoi,etc'.,etc; d'avoir fourni, de toute ancienneté, des membres à presque tous les chapitres nobles des deux Bourgognes et à ceux de Remiremont, Lyon, Mâcon , et d'avoir possédé, outre leur ancienne barônnie de Villers la Faye, celles de VaUgrenans, du Rousset et autres grandes terres titrées , et contacté les plus hautes et illustres alliances. Tous ces faits sont prouvés par une série non interrompue de titres originaux depuis le 12e. siècle, encore existants, et par les histoires de Bourgogne, celle des états et autres, notamment par le père Anselme, qui cite, dans son théâtre d'honneur, parmi les plus illustres maisons de Bourgogne , auxquelles on décerne des épithètes et attributions; i°. Richers de Châlons; 2°. Fiers de Vienne ; 6°. Preux de Vergy; 4°. Fidelles de Villers la Faye et Bauffremont, les bons barons.

Armes : D'or à la fasce de gueules. Couronne de marquis. Supports : deux lévriers tenant deux bannières aux armes de l'écu. Cimier: un lévrier issant, ayant au col une banderolle flottante, portant îles Fidelles.

DE VINCHEGUERRE, en Provence; noble et ancienne famille originaire d'Italie. Marc-Antoine de Vincheguerre, qui en est la souche, illustra son nom dans les armées navales. Henri IV lui donna le commandement de deux galères et le gratifia d'une pension de 2000 liv. Les services de Marc-Antoine ont été continués par ses descendants. Jacques de Vincheguerre, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, eut le commandement de i5 vaisseaux de guerre, armés contre les corsaires de la côte de Barbarie, par Louis XIH, et par la ville de Marseille en 1616. Charles , Antoine, Jacques et François de Vincheguerre, ses enfants, lors de la recherche des faux nobles, ne voulurent pas produire leurs titres aux commissaires députés à cet effet; ils étaient tous 'quatre au service du Roi ; ils les représentèrent au conseil d'état, et ils obtinrent arrêt, par lequel ils furent maintenus dans leur noblesse. Jacques de Vincheguerre acquit une réputation glorieuse en Italie et en France, par plusieurs actions de valeur; il remporta plusieurs victoires sur les Turcs, et se signala singulièrement dans un combat contre les infidèles, sur lesquels il prit trois vaisseaux chargés de blé, qu'il amena à Malte dans un tems de famine; et, après avoir ainsi signalé son courage, et son habileté, en diverses occasions, il fut tué au siège de la Rochelle en 1622, dans un combat où les Anglais furent défaits, étant pour lors lieuienant-général sous le duc de Guise. Ses fils ont continué la postérité de cette famille, qui a donné plusieurs autres officiers supérieurs, tant sur terre que sur mer; un gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi, un page de la chambre de S. M., un écuyer de la grande écurie. Elle s'est alliée aux familles deCandole, Champenois de Franqui, de Tassi r Vachier, etc. Elle ne subsistait plus en 1762 que dans la personne d'Armand-Joseph de Vincheguerre, prêtre, curé de Saint-Etienne de Senlis, qui n'avait plus alors qu'une sœur, religieuse bernardine, prieure de l'abbaye du Parc.

Armes: Trois dauphins d'or, nageant deux et un dans une -mer de sinople; au chef cousu d'azur, chargé de trois cignes d'argent; ce chef abaissé sous celui de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, par bulle de con^ cession du grand maître de cet ordre du 20 janvier i5g4.

DE VINOLS; seigneurs de la Liégue , d'Aboin , de la Tourette, etc. en Forés. Cette famille a pour auteur Jean de Vinols, écuyer, maître d'hôtel de Jean, duc de Bourbonnais et d'Auvergne, et pourvu parce prince de l'office de capitaine châtelain de Sury-le-Bois, le ,5 janvier i485. Ce Jean de Vinols eut pour fils Nicolas de Vinols, écuyer, sieur de Laincourt, capitaine et châtelain de Sury-le-Bois, pourvu en i522, lequel eut

{>our femme Anne d'Aurelle. On compte au nombre de eurs descendants un chevalier de l'ordre du Roi ef gentilhomme de sa chambre en 1609, et deux capitaines, dont l'un fut tué le 3 octobre 1674, à la bataille de Entsheim en Alsace. Cette famille a été maintenue par ordonnance de Mr. du Gué, commissaire départi dans la généralité de Lyon du 6 avril 1667, et s'est alliée au*familles d'Apchon, Berlthon,. de Chastelus , Domène , de Pinhac de la Borie, etc., etc.

Armes : D'or au cep de vigne de sinople; au chef de gueules, chargé de trois coquilles d'or.

DE VISSAC, maison d'ancienne chevalerite d'Auvcr

« ZurückWeiter »