Oeuvres choisies de l'abbé de Vertot, Band 7

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 165 - ... été aux bestiaux et aux habitans de ce canton ; et, comme un autre Manlius, il opina hautement à rendre cette victoire funeste au vainqueur. Le Conseil obtint qu'il se contentât de le priver de l'habit de l'Ordre ; Gozon eut la douleur de s'en voir dépouillé ; et il se passa peu d'intervalle entre sa victoire et ce genre de supplice , qu'il trouva plus rigoureux que la mort même. Mais le Grand-Maître, après que, par ce châtiment, il eut satisfait à...
Seite 162 - Le chevalier employa plusieurs mois à faire tous les jours cet exercice ; et il ne vit pas plutôt ses dogues dressés à ce genre de combat, qu'il retourna à Rhodes. A peine fut-il...
Seite 197 - CÔRÎÛLL»Î« tion à proportion qu'il se trouveroit autorisé dans le gouvernement. Pendant que ce Grand-Maître étoit tout occupé du rétablissement de la discipline, des ennemis secrets que l'Ordre avoit à la Cour du Pape, reprirent le dessein de tirer des mains des chevaliers de Rhodes tous les biens des Templiers , dont apparemment ils comptoient bien avoir la meilleure part. Mais, pour ne pas se rendre suspects , ils attaquoient l'Ordre avec beaucoup d'art. Les uns disoient simplement...
Seite 327 - Ordre, chargea son nonce d'une bulle authentique, qu'il fit publier, dans toute la Chrétienté, par laquelle il déclaroit que le frère Philibert de Naillac étoit le seul légitime Grand-Maître de tous les chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ; et il enjoignit, en vertu de la sainte obédience, et sous peine d'excommunication, à tous les religieux de cet Ordre, soit chevaliers, soit chapelains , frcres-servans , et en quelque partie du Monde qu'ils habitâssent, de le reconnoître...
Seite 365 - La plûpart de ses officiers, pour le dissuader d'attaquer les infidèles, lui représentèrent leur nombre et leurs forces supérieures à celles de la religion, outre que le fond, en cet endroit, étoit mauvais et rempli d'un sable mouvant et très-dangereux. Tous vouloient qu'on reprît la route de Rhodes ; mais le maréchal, qui ne connoissoit point de péril, leur répondit, que les chevaliers de SaintJean n'avoient jamais compté le nombre de leurs ennemis, et qu'il aimoit mieux être enseveli...
Seite 235 - XI avoit employé contre eux les armes de l'église : ils avoient été excommuniés par une bulle solemnelle ; et, comme ils n'en paroissoient pas fort touchés, le Pape fit passer en Italie une armée que le cardinal Robert de Genève commandoit, en qualité de légat du SaintSiège. Mais ce pontife n'en ayant pas tiré tout le succès dont il s'étoit flatté, il en revint aux armes spirituelles ; et, pour les rendre plus tranchantes, il les aiguisa, pour ainsi dire, d'une manière assez nouvelle....
Seite 295 - Smyrne, ils y envoyè« rent un ambassadeur pour inviter leshabitans « à se faire Musulmans, tant par des menaces, « que des promesses ; mais ,• comme ils étoient « prédestinés à périr, l'un et l'autre furent inu«tiles; et Mahmouy, qui en étoit gouverneur, « avoit envoyé demander du secours à tous les « princes de l'Europe ; en sorte qu'il y assembla « un grand nombre des plus braves capitaines « Chrétiens, ou plutôt une bande de diables en« ragés, qui y mirent des magasins...
Seite 229 - Édouard avoit été l'aggresseur, il se rendit d'abord dans son camp, et lui exposa sa commission. Il vouloit l'engager à une suspension d'armes; mais il trouva le prince Anglois si prévenu de quelques avantages qu'il avoit déjà remportés, qu'il n'en put rien obtenir. Comme il vit qu'il rejettoit, avec hauteur, toutes les propositions de paix , et qu'il faisoit même assez peu de cas de ses offices , le fier Espagnol , irrité du peu d'égards qu'il avoit pour son caractère , lui déclara...
Seite 369 - ... au bailli qu'il pouvoit le conclure, pourvu qu'il fût dressé en des termes convenables à la souveraineté de l'Ordre. Le soudan, par un motif à-peu-près semblable à celui dont nous venons de parler, convint, avec le roi de Chypre, d'une pareille neutralité pour les vaisseaux de Rhodes et d'Egypte, qui entroient dans les ports de son royaume. Cependant, au milieu de ces traités préliminaires, et qui...
Seite 386 - L'empereur Constantin, allarmé de cette entreprise , lui dépêcha des ambassadeurs pour s'en plaindre, comme d une infraction des traités de paix qu'il venoit de renouveller. Mahomet leur répondit d'abord, avec une modération apparente, qu'il n'avoit fait élever ce fort que pour s'opposer aux courses des chevaliers de Rhodes, aussi ennemis des Grecs que des Turcs, et pour mettre, dit-il, les sujets des deux empires à l'abri des incursions des Latins. Mais les ambassadeurs, ayant voulu insister...

Bibliografische Informationen