Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

AVANT-PROPOS.

Mc.

r. Dieterich, libraire à Gottingue, m'ayant prie de continuer le recueil des traités commencé par feu Mr. de Martens, je n'ai pas cru devoir me refuser à un travail qui bien que laborieux et pénible, plus qu'on ne le croiroit d'abord, est cependant d'une utilité reconnue. En redigeant ce sixième tome du nouveau recueil, je me suis tenu aussi strictement que possible au plan que feu Mr. de Martens s'étoit proposé et j'ai taché soigneusement de ne rien admettre qui ne fût d'une importance directe pour la connoissance des rapports extérieures des differens états. Je sais fort bien qn'il est très difficile de renfermer un ouvrage tel qui celui-ci, dans des bornes exactes et précises, cependant je suis persuadé qu'on peut, même sous ce rapport, établir quelques règles générales pour servir de principes à observer rigoureusement et qu'on ne doit pas

violer. C'est ainsi que je n'ai admis des actes promulgués d'un seul coté par une puissance quelconque, qu'autant qu'ils établissoient de nouveaux principes du droit des gens ou renfermoient des modifications essentielles dans les rapports ordinaires des diffe

rens états entre eux. Vouloir admettre tout ce qui | sous un rapport quelconque influe sur les relations

extérieures d'un état, mencroit beaucoup trop loin

sous

et l'on seroit bientôt forcé d'insérer les lois et les tarifs des douanes, les réglemens sur la sortie et l'entrée des marchandises etc. D'un autre coté j'ai cru devoir placer dans ce recueil indistinctement toutes les conventions et tous les traités, que j'ai été à même de me procurer, persuadé qu'il seroit parfois intéressant pour l'homme d'état d'avoir

sa main une collection assez complette de toutes les conventions conclues entre les differentes puissances. C'est pourquoi je ne me suis pas borné à n'admettre que des traités d'un intérêt majeur et général, car un ouvrage tel que celui-ci doit servir également à tous et un arrangement conclu avec un autre état sur un objet en apparence de peu d'importance, peut cependant être très intéressant pour l'application. J'ai taché autant que possible, de donner le texte des differens actes tel qu'il a été publié officiellement; quelque fois cependant, j'ai dù'me contenter de simples traductions, lorsque l'original n'étoit pas à ma portée et que la traduction offroit du reste une garantie suffisante pour son exactitude. Quiconque s'est jamais occupé d'un semblable travail, ne me supposera pas, j'espère, la prétention ridicule de vouloir présenter au public une collection absolument complette; on concevra aisement que tout ce qu'on peut attendre d'un pareil ouvrage, c'est d'être aussi

peu

incomplet que possible; et ce n'est qu'avec le tems qu'il peut obtenir tout le degré de perfection, dont il est susceptible. Ce qui me paroit aussi le plus important, n'est pas de publier très tôt les traités et conventions, mais de les donner sur des copies authentiques. C'est pourquoi j'ai mieux aimé omettre pour le moment quelques traités, que de les donner d'après des copies qui ne présentoient pas une garantie suffisante. Quelquefois aussi l'éloignement des lieux et les lenteurs inévitables d'une cor

respondance incertaine m'ont empeché d'avoir assez

à tems pour les inserer dans ce volume, les actes que j'aurois dû faire imprimer; c'est ce qui m'est surtout arrivé avec plusieurs traités, conclus par les nouveaux états d'Amérique; même ceux des Etats-Unis me sont en partie parvenus si tard, que j'ai été obligé d'interrompre l'ordre chronologique pour pouvoir les faire entrer encore dans ce volume. J'ai cru pouvoir me dispenser d'ajouter une traduction françoise aux traités écrits originairement en allemand ou en anglois, car, sans doute, de nos jours, il n'y a plus un diplomate auquel ces deux langues sont inconnues, sans compter que de pareilles traductions auroient grossi le volume outre mesure. Ce n'est que lorsque les traités aroient été conclus originairement dans deux langues à la fois que j'ai admis les deux textes ensemble. Les traités écrits, en italien ou en espagnol ont cependant toujours été accompagnés d'une traduction. Du reste pour satisfaire à tous les voeux, le libraire est pret, s'il se trouve

trouve pour cela un nombre suffisant de souscripteurs, à publier des traductions françoises des traités conclus en allemand ou en anglois. Quant à la forme extérieure, je ne me suis permis qu'une seule deviation de celle feu Mr. de Martens avoit adoptée, c'est que j'ai omis les notes marginales, qui à l'exception de l'année marquée à la tête de chaque page, étoient parfaitement superflues et ne faisoient qu’embrouiller et retarder l'impression. J'ai donné un soin tout particulier aux tables des matières et j'ose esperer que tous ceux qui se serviront de ce volume me sauront gré de l'exactitude que j'y ai mise; c'est surement une très mauvaise économie dans un ouvrage pareil, que de vouloir épargner quelques feuilles, en ne donnant que des tables incomplettes et inexactes. D'après le désir du libraire,

il

pa

que

roitra incèssamment un supplément au 5eme toi du nouveau recueil; si ce supplément n'a pas e mis à la tête de ce 6ème volume qui paroit à pr sent, cela tient aux intérêts commerciaux de M Dieterich, lesquels me sont parfaitement étra gers. — Avant de finir cet avant-propos, je de encore adresser publiquement mes remercimens tous ceux qui ont bien voulu contribuer à rend ce volume moins incomplet, qu'il ne l'auroit sans leur secours. C'est surtout à plusieurs de m anciens auditeurs tant en Europe qu'en Amériq que j'ai sous ce rapport les plus grandes oblig tions; je me plais à reconnoître que seulement cette manière j'ai été mis en état de composer ouvrage, dont les difficultés, malgré les ressouro d'une bibliothèque aussi riché que celle de noi université, ne peuvent être appreciées que par ce qui se sont occupés d'un travail semblable.

Gottinguc ce 19 Juillet

!

1828.

FR. SA ALFELD.

Su p p 1 é me nt

au

Recueil des principaux Traités dilliance, de Paix, de Trêve,' de Neutralité, de Commerce, de Limites, d'Echange etc.

par George Frédéric de Martens

[blocks in formation]

18 2 7.

« ZurückWeiter »