Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

TROISIÈME SECTION.

RÉACTION THERMIDORIENNE JUSQU'AU DIRECTOIRE.

ooooo-oooo000000000000000-0000-0000-00000000000-

0000ecocoooooooooo

CHAPITRE XIII.

JOIE DES CONTRE-RËVOLUTIONNAIRES. – ADRESSES, FÉLICITATIONS, TRIOMPHE.

COMMISSION PROVISOIRE POUR JUGER. — TALLIỀN REMPLACE ROBESPIERRE. COMMENCEMENT DE RÉACTION. – RÉSISTANCE DËS MONTAGNARDS A LA RÉACTION. – LES THERMIDORIENS CÈDENT A LA RÉACTION. — LUTTE ENTRE LES MONTAGNARDS ET LES TIERMIDORIENS. – DESTITUTION DU PEUPLE. - LIBERTÉ DE LA PRESSE PERFIDEMENT RÉTABLIE. – ÉPURATION FORCÉE DES JACOBINS. — LES RÉVOLUTIONNAIRES SE RÉFUGIENT AU CLUB ELECTORAL. — PARTI THERMIDORIEN : JEUNESSE DORÉE. – RÉACTION CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRE. - LES THERMIDORIENS ATTAQUENT LES ANCIENS COMITÉS. - NOUVELLE COMPOSITION DES COMITÉS. - EXPLOSION DE LA POUDRIÈRE DE GRENELLE. - VIOLENCES DE LA JEUNESSE DORÉE CONTRE LÉS JACOBINS.-RAPPORT DE RÓBERT-LINDET. - MARAT EST TRANSPORTÉ AU PANTHÉON. - OPERATIONS MILITAIRES : CONQUÊTES. – VENDEE ET BRETAGNE. - REPRISE DES CONSPIRATIONS DES BOURBONS. – RÉSISTANCE DES JACOBINS. - CORRUPTION; LUXE; MADAME TALLIEN; MADAME BEAUMARCHAIS, — NOUVELLE ATTAQUE CONTRE BILLAUD, ETC. – AFFAIBLISSEMENT DES JACOBINS. – RÉACTION DANS LES FINANCES, ETC. - RÉACTION EN FAVEUR DES GIRONDINS, ETC.-- CONDAMNATION DE CARRIER.–FERMETURE DES JACOBINS. ÉPURATION DES SECTIONS. - RAPPEL des 73 GIRONDINS. - LA RÉACTION DE

MANDE DES VENGEANCES.

S 1. - Joie des Contre-révolutionnaires.

« Les événements des 9 et 10 thermidor, dit M. Thiers, répandent une joie que plusieurs jours ne peuvent calmer : l'ivresse est générale.

Oui, parmi les Thermidoriens, les Aristocrates, les contre

révolutionnaires, les Suspects détenus et leurs familles; c'est tout naturel; mais non parmi les Jacobins, la Commune, le Peuple, tout le parti révolutionnaire et populaire, qui sont au contraire consternés, désespérés, qui massacreraient la Convention s'ils connaissaient toute la vérité et s'ils n'étaient pas dispersés par la déroute et par la terreur. L'armée est unanime (suivant l'Histoire parlementaire) pour déplorer la chute de Robespierre et pour croire avec lui que la République est perdue. On dit même qu'à la première nouvelle de la lutte commencée, le premier mouvement de Bonaparte, à l'armée de Nice, a été de marcher à son secours.

[graphic]

Le 11, on suspend le Tribunal révolutionnaire, et l'on nomme, séance tenante, une Commission provisoire pour ne pas retarder (dit M. Thiers) le jugement des complices de Robespierre. —Ainsi, ce sont les vainqueurs qui vont juger et tuer les vaincus prisonniers ! — Cette Commission provisoire, nommée par les Thermidoriens, est au moins aussi sanguinaire que le Tribunal révolutionnaire.--Et M. Thiers ne dit pas que le 11 elle envoie 70 Municipaux au supplice, et qu'on égorge 103 patriotes en trois jours, comme s'il voulait laisser croire que ses Thermidoriens sont des héros d'humanité!

S 4. - Tallien remplace Robespierre au Comité. Le 14 au soir, la Convention décrète que désormais les Comités seront renouvelés par quart tous les mois, et qu'un membre sortant ne pourra y rentrer qu'un mois après. - Le 12, Tallien, Thuriot, Treilhard, Eschassériaux, Laloi, Breard, sont élus pour remplacer au Comité de Salut public Robespierre, Saint-Just, Couthon, etc., et pour composer ce Comité avec Barrère, Billaud, Collot, Carnot, Prieur (de la Côte-d'Or) et Robert-Lindet.-Ainsi, le voleur, le débauché, le septembriseur, l'assassin Tallien, remplace l'incorrup tible et vénéré Robespierre!

David, membre comme Lebas du Comité de Sûreté générale, et qu'on dit dévoué à Robespierre, est exclu de ce Comité, ainsi que Jagot et Lavicomterie, accusés d'avoir été d'horribles inquisiteurs.

Le lâche Legendre, le fougueux Merlin (de Thionville), Goupilleau, Jean Debry, André Dumont et Bernard de Saintes, composent ce Comité avec Vadier, Amar, Vouland, 6 autres, et vont disposer de la liberté individuelle pour élargir les aristocrates et emprisonner les patriotes.

La Convention rapporte ensuite la loi du 22 prairial et le décret qui permettait d'arrêter un Député sans l'entendre préalablement.—Bientôl on détruira la centralisation gouvernementale en organisant 16 Comités indépendants du Comité de Salut public.-Ce dernier Comité n'aura plus l'initiative de la Dictature; mais la Convention elle-même conservera cette Dictature pendant plus d'une année encore.

S5, - Commencement de réaction.

« Tout Paris, s'écrie Legendre, vous demande le supplice de Pouquier-Tainville. »

Il est mis en accusation. —Mais Legendre ment en disant tout Paris l-Lebon est aussi mis en accusation.— David est arrêté.—Le chef des agents de police Héron, le Général Rossignol, l'ancien Président du Tribunal révolutionnaire Hermann, sont arrêtés aussi. Puis, le mouvement réactionnaire éclate; tous les Aristocrates rentrent dans les Sections pour y dominer ; toutes les Sections demandent la liberté des Suspects ; la Convention charge le Comité de Sûreté générale de prononcer sur toutes les demandes en élargissement; et ce Comité élargit presque en masse et vide presque les prisons. « Cette jeune et belle femme, dit M. Thiers, qui avait acquis tant d'empire sur Tallien , et qui n'a cessé du fond de sa prison destimuler son courage, est délivrée par lui et devient son épouse. » Ainsi cette Cabarrus, âgée de 18 ans, connue à Bordeaux pour une prostituée, maissiintéressanteauxyeux de M.Thiers, cette riche aristocrate maîtresse de l'ancien garçon imprimeur Tallien, devenu luxurieux comme un grand seigneur, n'a pas été sans influence sur la défaite de Robespierre et du parti populaire! C'est le Vice qui terrasse la Vertu ! Les femmes surtout commencent à exercer leur empire pour faire mettre en liberté même des contre-révolutionnaires bien connus, compromettant ainsi volontairement ou imprudemment le salut de la Révolution.

S 6. — Résistance des Montagnards à la réaction.

« Quelques-uns des Montagnards, le plus petit nombre, dit M. Thiers, restent convaincus de la PRoBITÉ de Robespierre et de la LoYAUTÉ de ses intentions, sans croire qu'il ait voulu usurper. Ils le regardent comme la victime du parti Dantoniste ou CoRRoMPU. »

Ainsi, c'est la corruption qui, suivant eux, triomphe de la probité! Mais quelle lâcheté de la part de ces Montagnards, s'ils n'ont pas fait tous leurs efforts pour défendre Robespierrel « La plus grande partie des Montagnards, continue M. Thiers, républicains sincères et exaltés, voyant avec horreur tout projetd'usur

pation, ont aidé au 9 thermidor, moins pour renverser la Terreur que T, 1V, - 10

pour frapper un Cromwell naissant; mais ils n'entendent diminuer en rien l'énergie révolutionnaire , et ne veulent faire aucun quartier aux Aristocrates... La plupart sont des hommes purs et rigides , des révolutionnaires ombrageux, qui ne veulent pas de réaction... Parmi ceux de leurs collègues qui se sont coalisés pour renverser la Dictature, ils voient avec défiance des hommes qui passent pour des FRIPoNs, des DILAPIDATEURS, des membres du PARTI CONCUSSIONNAIRE, AGIOTEUR ET CoRRoMPU... Ils les ont secondés contre Robespierre ; mais ils sont prêts à les combattre s'ils les voient réacteurs. »

Comment, ils ont secondé les fripons contre Robespierre ! Ils ont préféré les corrompus et les concussionnaires à Robespierre ! Ils ont cru qu'il voulait usurper la Dictature, et ils n'ont pas vu que les dilapidateurs se ligueraient avec les Girondins et les Royalistes pour l'usurper eux-mêmes ! Ils n'ont pas vu que la Dictature thermidorienne les proscrirait à leur tour et perdrait la Révolution! Ils ont été assez bornés, assez aveugles, assez inhabiles, pour ne pas voir que le salut de la République reposait sur la tête de Robespierre; qu'ils allaient encourir une immense responsabilité envers le pays s'ils sacrifiaient Robespierre : et qu'ils mériteraient leur sort s'ils étaient eux-mêmes sacrifiés et proscrits!... C'est que, comme on le voit, il ne suffit pas d'être républicain pur, rigide, ombrageux, énergique, pour sauver la République; il faut être clairvoyant, habile, prudent, ferme; il faut avoir le courage de supporter même un Dictateur s'il devient nécessaire, surtout quand la Fortune présente d'un côté un homme probe, vertueux, expérimenté, éprouvé, et, de l'autre, des fripons, des voleurs et des ennemis !

S 7. Les Thermidoriens cèdent à la Réaction.

Les anciens Dantonistes ou la Séquelle de Danton, véritables auteurs du 9 thermidor, et appelés à cause de cela les Thermidoriens, au nombre de 15 à 20(Tallien, Legendre, Fréron, Merlin (de Thionville), Fouché, Barras, Thuriot, Bourdon (de l'Oise), Lecointre (de Versailles), DuboisCrancé, etc.), tous du parti corrompu menacé par Robespierre, ne veulent pas plus que leurs collègues (prétend

« ZurückWeiter »