Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

dans ses écrits, d'éviter surtout de pousser des pointes. On y avoit dérogé, par les opérations excentriques de la Marne , après lajournée de Brienne. .. Mais les avantages et les ressources des alliés étoient immenses. Chaque forteresse qui tomboit en-deçà ou au-delà du Rhin , augmentoit leur masse d'invasion; l'Oder, l'Elbe et le Rhin, ·leur servoient, pour ainsi dire , de triple ligne de réserve, d'où ils tiroient continuellement des renforts. Deux ou trois défaites partielles avoient-elles pu suffire à entamer sérieusement des armées recrutées par l'empire russe et par l'Allemagne entière ? Les pertes , d'ailleurs, étoient balancées ; mais l'esprit militaire avoit repris son ancienne énergie dans les camps de Napoléon: naturellement belliqueux les soldats français ne redoutoient plus de se mesurer avec des forces supérieures; ils éprouvoient le désir et le besoin de vaincre.

Ces grandes considérations ne pouvoient échapper aux généraux des deux partis. Il sembloit

que

la confédération ne pût atteindre le but qu'elle se proposoit, 'qu'en réunissant, en une seule masse, comme à Léipsie , toutes Jes armées de la ligue européenne. Le Rhin étoit franchi depuis près de deux mois ;

[ocr errors][ocr errors][merged small]

on étoit même parvenu jusqu'au coeur de la France; et cette réunion si essentielle n'avoit pas encore été opérée ; car à Brienne elle n'avoit été que partielle. Les souverains alliés n'y songèrent sérieusement qu'après les revers de la Marne et de Montereau, Du 14 au 18 février, on avoit expédié à Châlons l'ordre formel d'opérer le plus promptement possible, aux environs de Troyes, la jonction de l'armée du maréchal Blucher avec la grande armée austro-russe.

Malgré les rudes combats qu'elle avoit soutenus, l'armée de Silésie, représentée si souvent comme tout-à-fait dispersée, et même anéantie, se trouvoit en quatre jours refaite, réorganisée, équipée et rassemblée. Les corps de Sacken, d'York et de Kleist marchoient tranquillement, dès le 18 février, au nombre de cinquante mille hommes, et dans le meilleur état , de Châlons vers Troyes, pour former la droite de la grande armée du prince Schwartzenberg. Dans la nuit du 19 au 20, le maréchal Blucher bivouaqua au village de Sommesous; et, le lendemain, il fut renforcé près d'Arcis-sur-Aube, par neuf mille combattans du corps de Langeron, qui arrivoient de Vitry. L'armée continua sa marche vers

[ocr errors]

Arcis, pour, de là, gagner Méry-sur-Seine où devoit s'opérer la jonction; ses têtes de colonnes parurent à Arcis le 20 février (1).

En même temps, la grande armée se dirigeoit sur Troyes, par Romilly et la Chapelle; toutes les routes étoient couvertes de nombreuses colonnes d'infanterie., de cavalerie et d'artillerie ; sur tous les points de l'horizon, des feux de bivouacs éclairoient au loin la campagne. Un froid vif favorisoit le mouvement rétrograde des alliés, en leur permettant d'évacuer leur artillerie et leurs bagages dans toutes les directions. De fortes reconnois sances de cavalerie couvroient la retraite.

L'armée française ne partit de Montereau que le 20, se dirigea 'sur Bray, traversa cette ville sans s'arrêter , et apprit que l'empereur Alexandre y avoit couché la veille. Sur toute la route, les habitans assuroient qu'une grande mésintelligence régnoit entre les troupes des diverses nations qui formoient la grande armée alliée. Les colonnes françaises longeoient la rive gauche de la Seine; et le même jour, elles firent halte à Nogent, où l'armée passa toute la journée du 21. L'avant-garde seule, com

(1) Voyes Pièces justificatives, No. XXXV.

mandée par le maréchal duc de Reggio, suivit l'ennemi qui, de Romilly, se dirigeoit vers Troyes. Le 22, l'armée partit de Nogent, et continua sa marche jusqu'au bourg de Châtres. Là, Napoléon frappé de la retraite des alliés et de l'unanimité des rapports qui lui parvenoient, se persuada que la coalition, soit par l'effet des revers , soit par la différence des intérêts,alloitse dissoudre.Egaré par sa propre ignorance sur les vrais intérêts des nations, il crut pouvoir détacher l'Autriche de la ligue 'européenne, et il écrivit dans ce sens, une lettre tranchante au généralissime prince Schwartzenberg; cette lettre déceloit, dit-on, la folle arrogance que lui inspiroit l'idée de rejeter l'ennemi au-delà du Rhin.

A peine eut-il expédié l'officier qui en étoit porteur, que ses généraux de l'avant-garde lui donnèrent l'avis qu'on remarquoit un rassemblement de forces considérables à Mérysur-Seine. Napoléon prit aussitôt la résolution de s'y porter, soit pour reconnoître , soit pour attaquer les alliés. Le bourg de Méry, situé sur les deux rives de la Seine, mais plus encore sur la rive droite, à six lieues au nordouest de Troyes , venoit d'être occupé par le corps russe du général Wittgenstein , et l'ar

mée entière du feld-maréchal Blucher y arri

у voit par la route de Châlons.

Dès lors fut opérée la jonction des deux armées. Ainsi, 'malgré les manquvres de Napoléon, malgré le mauvais état des traverses qui joignent les deux routes, cette réunion se fit dans le plus grand ordre , rien n'ayant pu abattre la constance des soldats alliés.

Le comte Wittgenstein avoit déjà reconnu que des forces considérables lui étoient opposées, entre Mesgrigny et Châtres; c'étoient le 7e et le ge corps formant l'avant-garde, sous le commandement du maréchal duc de Reggio, indépendamment d'un corps nombreux de cavalerie. A l'arrivée de l'armée de Şilésie , le corps du général comte Wittgenstein se dirigea sur Chandrigny. A peine les postes laissés en avant de la ville sont-ils relevés par l'armée prussienne, que Napoléon, arrivant en per

ordonne au général Boyer de commencer l'attaque. Le bataillon prussien qui , placé sur la rive gauche , déferidoit le pont , est culbuté aussitôti et poussé au-delà de la Seine qui passe au milieu de Méry; il n'a même le temps de brûler le pont qui sépare la ville en deux, et les Français , qui sont à sa poursuite, parviennent à le passer, Le

[ocr errors]

n'a pas

« ZurückWeiter »