Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Duhamel, du vingt-unième régiment d'infanterie légère, et . le colonel d'artillerie Nourrit.

L'empereur a ordonné au cinquième corps de s'arrêter et de prendre ses quartiers d'hiver. Le dégel est affreux. La saison ne permet pas de rien faire de grand : c'est celle du repos. L'ennemi a le premier levé ses quartiers; il s'en repent.

Osterode, le 28 février 18o7. Soixante-troisième bulletin de la grande armée.

Le capitaine des grenadiers à cheval de la garde impériale, Auzouï, blessé à mort à la bataille d'Eylau, était couché sur le champ de bataille. Ses camarades viennent pour l'enlever et le porter à l'ambulance. Il me recouvre ses esprits que pour leur dire : « Laissez-moi, mes amis ; je meurs content, puis que nous avons la victoire, et que je puis mourir sur le lit d'honneur, environné de canons pris à l'ennemi et des débris de leur défaite. Dites à l'empereur que je n'ai qu'un regret ; c'est que, dans quelques momens, je ne pourrai plus rien pour son service et pour la gloire de notre belle France.A elle mon dernier soupir. » L'effort qu'il fit pour prononcer ces paroles épuisa le peu de forces qui lui restaient. Tous les rapports que l'on reçoit s'accordent à dire que l'ennemi a perdu à la bataille d'Eylau vingt généraux et neuf cents officiers tués et blessés, et plus de trente mille hommes hors de combat. Au combat d'Ostrolenka, du 16, deux généraux russes ont été tués et trois blessés. . Sa Majesté a envoyé à Paris les seize drapeaux pris à la bataille d'Eylau. Tous les canons sont déjà dirigés sur Thorn. Sa Majesté a ordonné que ces canons seraient fondus, et qu'il en serait fait une statue en bronze du général d'Hautpoult ,

commandant la deuxième division de cuirassiers, dans son costume de cuirassier. L'armée est concentrée dans ses cantonnemens, derrière la Passarge, appuyant sa gauche à Marienwerder, à l'île du Nogat et à Elbing, pays qui fournissent des ressources. Instruit qu'une division russe s'était portée sur Braunsberg, à la tête de nos cantonnemens , l'empereur a ordonné qu'elle fût attaquée. Le prince de Ponte-Corvo chargea de cette expédition le général Dupont, officier d'un grand mérite. Le 26, à deux heures après-midi, le général Dupont se présenta devant Braunsberg, attaqua la division ennemie, forte de dix mille hommes, la culbuta à la baïonnette, la chassa de la ville et lui fit repasser la Passarge, lui prit seize pièces de canon, deux drapeaux, et lui fit deux mille prisonniers. Nous avons en très-peu d'hommes tués. Du côté de Gustadt, le général Léger-Belair se porta au village de Peterswalde à la pointe du jour du 25, sur l'avis qu'une colonne russe était arrivée dans la nuit à ce village, la culbuta, prit le général baron de Korff qui la commandait, son état-major, plusieurs lieutenans-colonels et officiers, et quatre cents hommes. Cette brigade était composée de dix bataillons, qui avaient tellement souffert qu'ils ne formaient que seize cents hommes présens sous les armes. L'empereur a témoigné sa satisfaction au général Savary pour le combat d'Ostrolenka, lui a accordé la grande décoration de la légion-d'honneur, et l'a rappelé près de sa personne. Sa Majesté a donné le commandement du cinquième corps au maréchal Masséna, le maréchal Lannes continuant à être malade. A la bataille d'Eylau, le maréchal Augereau couvert de rhumatismes, était malade et avait à peine connaissance; mais le canon réveille les braves : il revole au galop à la tête de son corps, après s'être fait attacher sur son cheval. Il a été

constamment exposé au plus grand feu, et a même été légè-
rement blessé. L'empereur vient de l'autoriser à rentrer en
France pour y soigner sa santé.
Les garnisons de Colberg et de Dantzick profitant du peu
d'attention qu'on avait fait a elles, s'étaient encouragées par

différentes excursions. Un avant-poste de la division italienne

a été attaqué, le 16, a Stutgard, par un parti de huit cents
hommes de la garnison de Colberg. Le général Bonfanti n'a-
·vait avec lui que quelques compagnies du premier régiment
de ligne italien, qui ont pris les armes à temps, ont marché
avec résolution sur l'ennemi, et l'ont mis en déroute.
Le général Teulié, de son côté, avec le gros de la division
italienne, le régiment de fusiliers de la garde et la première
compagnie de gendarmes d'ordonnance, s'est porté pôur in-

| vestir Colberg. Arrivé a Naugarten, il a trouvé l'ennemi re

-) - » » • v
tranché, occupant un fort hérissé de pièces de canon. Le co-
lonel Boyer, des fusiliers de la garde, est monté a l'assaut.

Le capitaine de la compagnie des gendarmes, M. de Montmo- .

rency, a fait une charge qui a eu du succès. Le fort a été pris, trois cents hommes faits prisonniers et six pièces de canon en

levées. L'ennemi a laissé cent hommes sur le champ de ba

taille. -
Le général Dabrowsky a marché contre la garnison de
Dantzick ; il l'à rencontrée a Dirschau, l'a culbutée, lui a fait
six cents prisonniers, pris sept pièces de canon, et l'a pour-
suivie plusieurs lieues l'épée dans les reins. Il a été blessé
d'une balle. Le maréchal Lefebvre était arrivé, sur ces entre-
faites, au commandement du dixième corps : il y avait été
joint par les Saxons, et il marchait pour investir Dantz.ck.
· Le temps est toujours variable. Il gelait hier; il dégèle au-
jourd'hui. L'hiver s'est ainsi passé. Le thermomètre n'a ja-
mais été à plus de cinq degrés. -

|

Osterode, le 2 mars 18o7.

Soixante-quatrième bulletin de la grande armée.

La ville d'Elbing fournit de grandes ressources a l'armée : on y a trouvé une grande quantité de vins et d'eaux-de-vie. Ce pays de la Basse-Vistule est très-fertile.

Les ambassadeurs de Constantinople et de Perse sont entrés en Pologne, et arrivent à Varsovie.

Après la bataille d'Eylau, l'empereur a passé tous les jours plusieurs heures sur le champ de bataille, spectacle horrible, mais que le devoir rendait nécessaire. Il a fallu beaucoup de travail pour enterrer tous les morts. On a trouvé un grand nombre de cadavres d'officiers russes avec leurs décorations. Il paraît que parmi eux il y avait un prince Repnin. Quarante-huit heures encore après la bataille, il y avait plus de cinq cents Russes blessés qu'on n'avait pas encore pu emporter. On leur faisait porter de l'eau de-vie et du pain, et successivement on les a transportés à l'ambulance.

Qu'on se figure sur un espace d'une lieue carrée, neuf ou dix mille cadavres, quatre ou cinq mille chevaux tués, des lignes de sacs russes, des débris de fusils et de sabres, la terre couverte de boulets, d'obus, de munitions , vingt-quatre pièces de canon auprès desquelles on voyait les cadavres des conducteurs tués au moment où ils faisaient des efforts pour les enlever : tout cela avait plus de relief sur un fond de neige. Ce spectacle est fait pour inspirer aux princes l'amour de la paix ct l'horreur de la guerre.

Les cinq mille blessés que nous avons eus ont été tous évacués sur Thorn et sur nos hôpitaux de la rive gauche de la Vistule, sur des traîneaux. Les chirurgiens ont observé avec étonnement que la fatigue de cette évacuation n'a point nui aux blessés.

Voici quelques détails sur le combat de Braunsberg.

Le général Dupont marcha à l'ennemi sur deux colonnes. Le général Bruyer, qui commandait la colonne de droite, rencontra l'ennemi à Ragern, le poussa sur la rivière qui se trouve en avant de ce village. La colonne de gauche poussa l'ennemi sur Villenberg, et toute la division ne tarda pas à déboucher hors du bois. L'ennemi, chassé de sa première position, fut obligé de se replier sur la rivière qui couvre la ville de Braunsberg : il a d'abord tenu ferme; mais le général Dupont a marché à lui , l'a culbuté au pas de charge, et est entré avec lui dans la ville, qui a été jonchée de cadavres russes.

Le neuvième d'infanterie légère, le trente-deuxième, le quatre-vingt-seizième de ligne qui composent cette division, se sont distingués. Les généraux Barrois, Lahoussaye, le colonel Semellé du vingt-quatrième de ligne, le colonel Meunier du neuvième d'infanterie légère, le chef de bataillon Bouge du trente-deuxième de ligne, et le chefd'escadron Hubinet du neuvième de hussards, ont mérité des éloges particuliers.

Depuis l'arrivée de l'armée française sur la Vistule, nous avons pris aux Russes, aux affaires de Pultusk et de Golymin, quatre-vingt-neuf pièces de canon ; au combat de Bergfried, quatre pièces, dans la retraite d'Allenstein, cinq pièces; au combat de Deppen, seize pièces; au combat de Hoff, douze pièces; à la bataille d'Eylau, vingt-quatre pièces; au combat de Braunsberg, seize pièces; au combat d'Ostrolenka, neuf pièces : total, cent soixante-quinze pièces de canon.

· On a fait à ce sujet la remarque que l'empereur n'a jamais

perdu de canons dans les armées qu'il a commandées, soit dans les premières campagnes d'Italie et d'Egypte, soit dans celle de l'armée de réserve, soit dans celle d'Autriche et de Moravie, soit dans celle de Prusse et de Pologne.

« ZurückWeiter »