La France sous Louis XIV, 1643-1715, Band 2

Cover
A. Lacroix, Verboeckhoven & ce, 1864

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 359 - Vous devez donc être persuadé que les rois sont seigneurs absolus, et ont naturellement la disposition pleine et libre de tous les biens qui sont possédés, aussi bien par les gens d'Église que par les séculiers, pour en user en tout temps comme de sages économes (I, 301).
Seite 528 - J'ai été à cette noce de madame de Louvois ; que vous dirai-je? magnificence , illumination , toute la France, habits rebattus et rebrochés d'or , pierreries , brasiers de feu et de fleurs, embarras de carrosses, cris dans la rue, flambeaux allumés, reculements et gens roués ; enfin le tourbillon , la dissipation , les demandes sans réponses, les compliments sans savoir ce que l'on dit , les civilités sans savoir à qui l'on parle, les pieds entortillés dans les .queues...
Seite 502 - Vous me parlez bien plaisamment de nos misères ; nous ne sommes plus si roués; un en huit jours seulement pour entretenir la justice. Il est vrai que la penderie me...
Seite 359 - Celui qui a donné des rois aux hommes a voulu qu'on les respectât comme ses lieutenants, se réservant à lui seul le droit d'examiner leur conduite. Sa volonté est que, quiconque est né sujet, obéisse sans discernement...
Seite 358 - Il a même reçu de Dieu , par l'usage des affaires , une certaine pénétration qui fait penser qu'il devine. At-il pénétré l'intrigue? ses longs bras vont prendre ses ennemis aux extrémités du monde : ils vont les déterrer au fond des abîmes. Il n'ya point d'asile assuré contre une telle puissance.
Seite 86 - ... en se promenant, ou couchées sur l'herbe. Jamais on n'a vu un si beau lieu , dans une si belle saison, rempli de meilleure ni de plus agréable compagnie...
Seite 500 - On a pris soixante bourgeois; on commence demain à pendre. Cette province est un bel exemple pour les autres, et surtout de respecter les gouverneurs et les gouvernantes, de ne leur point dire d'injures et de ne point jeter de pierres dans leur jardin...
Seite 59 - L'académicien qui était alors directeur, continue Charles Perrault, alla, suivi de toute la compagnie en corps , haranguer le roi à SaintGermain , à la suite du parlement , de la chambre des comptes et de la cour des aides.
Seite 48 - Il ya, sire, dix ans que la campagne est ruinée, les » paysans réduits à coucher sur la paille, leurs meubles vendus pour » le payement des impositions auxquelles ils ne peuvent satisfaire; et » que pour entretenir le luxe de Paris, des millions d'âmes innocentes » sont obligées de vivre de pain de son et d'avoine, et n'espérer autre » protection que celle de leur impuissance. Ces malheureux ne possèdent « aucuns biens en propriété que leurs âmes, parce qu'elles n'ont pu > être vendues...
Seite 152 - La famine est telle, que nous voyons les hommes mangeant la terre, broutant l'herbe, arrachant l'écorce des arbres, déchirant les méchants haillons dont ils sont couverts pour les avaler. Mais, ce que nous n'oserions dire si nous ne l'avions vu, et qui fait horreur, ils se mangent, les bras et les mains, et meurent dans ce désespoir.

Bibliografische Informationen