Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

CC

[ocr errors]

Selon d'autres auteurs, le roi des le rôle de maîtres, ils faisaient ce qu'ils Huns était alors Uptar, après la mort voyaient faire aux clients romains de duquel les Burgondes se relevèrent et leur noble hôte, et se réunissaient de taillèrent les Huns en pièces. Ils restè- grand matin pour aller le saluer par rent ensuite indépendants jusqu'en les noms de père ou d'oncle , titre de 534. Voici la liste chronologique des respect fort ușité alors dans l'idiome rois de leur nation :

des Germains. Ensuite, en nettoyant Gondicaire, 407-436.

leurs armes ou en graissant leur lonChilperic, 436-491.

gue chevelure, ils chantaient à tueGondebaud , 491-516.,

tête leurs chansons nationales, et, avec Sigismond , 516-523.

une bonne humeur naïve, demandaient Gondemar, 523-534.

aux Romains comment ils trouvaient Nous n'entreprendrons point ici cela (*). » de faire l'histoire des règnes de ces « C'est à moi, écrivait Sidonius à un princes. Noụs avons dit tout ce qu'on « ami vivant en Italie, c'est à moi que sait de Gondicaire. Le lecteur trou « tu demandes un épithalame pour vera les détails qu'il pourra désirer « Dioné de Fescenna, à moi qui vis au sur les successeurs de ce prince, dans « milieu des peuples à la longue cheles articles spéciaux que nous leur velure , qui ai à supporter l'idiome avons consacrés. Nous avons dû nous germanique, qui suis contraint d'apborner ici aux traits généraux de l'his plaudir malgré moi aux chants d'un toire des Burgondes. Voyons mainte Bourguignon bien repu, dont la chenant quel était le caractère de ces « velure est arrosée d'un beurre rance. peuples.

«. Veux-tu que je te dise ce qui brise Les Burgondes ne formaient pas une « ma lyre? Thalie, fugitive devant les tribu remuante, guerrière. « Cette bon « instruments barbares, méprise les homie , qui est l'un des caractères ac « vers de six pieds depuis qu'elle voit tuels de la race germanique, se montra « des patrons qui ont sept pieds de de bonne heure chez ce peuple. Avant « hauteur. Heureux tes yeux et tes leur établissement à l'ouest du Jura, « oreilles ! heureux , oui heureux ton presque tous les Burgondes étaient gens « nez vers lequel ne s'exhale pas, dix de métiers, ouvriers en charpente ou « fois chaque matin, l'odeur infecte de en menuiserie. Ils gagnaient leur vie « l'ail et de l'oignon ! heureux toi que à ce travail dans les intervailes de paix, « ne viennent pas saluer avant l'auroet étaient ainsi étrangers à ce double « re, comme un aïeul ou comme un orgueil du guerrier et du propriétaire père nourricier, ces géants si grands oisif, qui nourrissait l'insolence des « et si nombreux, que la cuisine d’Alautres conquérants barbares.

« cinoüs aurait peine à les contenir ! Impatronisés sur les domaines des « Mais ma muse se tait; elle s'arrête propriétaires gaulois, ayant reçu ou « après avoir badiné en quelques vers pris à titre d'hospitalité les deux tiers « de onze syllabes : je craindrais qu'on des terres et le tiers des esclaves, ce « ne vît ici une satire. » qui probablement équivalait à la moi Tel est le peuple qui, pendant un tié du tout, ils se faisaient scrupule siècle, posséda les provinces oriende rien usurper au delà. Ils ne regar tales de la Gaule. L'étendue de son daient point' le Romain comme leur empire était, en 534, assez considécolon, comme leur lite, selon l'expres- rable (**). sion germanique, mais comme leur égal A leur arrivée dans les Gaules, les en droits dans l'enceinte de ce qui lui Burgondes avaient adopté l'arianisme. restait. Ils éprouvaient même devant les riches sénateurs, leurs coproprié (*) Thierry, Lettres sur l'histoire de taires, une sorte d'embarras de par France, 2e édit., p. 99. venus. Cantonnés militairement dans (**) Voyez carte 4 de l'Atlas joint aux une grande maison, pouvant y jouer ANNALES.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

ROIS FRANKS DE BOURGOGNE.

ROIS DE LA BOURGOGNE TRANSJURAXE.

Arausicus.

Cette croyance leur fut nuisible : ils de Lyon, la Savoie et le Dauphiné; il eurent le sort de tous les peuples avait Lyon pour capitale. ariens, et disparurent promptement Charles, 855-863. de la scène historique.

Ses fils Louis et Lothaire, 863. Leur pays devint ensuite une pro Bozon, 879. vince de l'empire des Franks.

Louis l'Aveugle, 890.

Hugues, Raoul, Charles-Constan

tin, Bérenger, 929. Gontran, 561. Childebert II, 593. Thierri II, 596, meurt en 613. Le royaume de Bourgogne transju

Pendant l'époque où la Bourgogne rane était composé de la Suisse jusfut soumise aux rois mérovingiens, qu'à la Reuss, du Valais, du pays de elle fit partie du royaume d'Orléans, Genève, du Chablais et du Bugey. Il et suivit, en général, les destinées de

se forma en 888, pendant l'anarchie la Neustrie. Pendant la durée de l'em- qui suivit la déposition de Charles le pire carlovingien, la Bourgogne forma Ġros; il porta successivement les die l'un des guarante duchés de cet em. : vers noms de Bourgogne-Supérieure, pire; ce duché comprenait un certain Gaule-Cisalpine, Bourgogne - Jurane nombre de comtés dont voici la liste

ou Transjurane. Il n'eut que deux aussi complète que possible :

rois. Comitatus Aptentis.

Rodolphe jer, 888-911.

Rodolphe II, 912-933.
Augustodunensis.
Autissiodorensis.

ROIS D'ARLES.

En 933, Rodolphe II ayant fait la Belnensis.

conquête du royaume de Provence, réunit cet État au sien, et fonda ainsi

un nouveau royaume qui prit le nom Divionensis. Forojuliensis.

de royaume d'Arles. Ce nouvel État

comprenait les pays situés entre la Lugdunensis.

Méditerranée, l'Italie, l'Allemagne et
l'Aquitaine, sauf le comté de Vienne,
que Constantin s'était réservé, et qui
était dans la mouvance de la France.

Les rois d'Arles furent :
Vivariensis.

Rodolphe II, 933-937.

Conrad le Pacifique, 937-993. Dans le démembrement de l'empire

Rodolphe III le Fainéant , 993carlovingien, l'ancienne Bourgogne se 1033. fractionna en deux parties : le royaume

En 1033 , le royaume d'Arles fut de Bourgogne et le royaume de Provence. Celui-ci est quelquefois appelé rad le Salique, que Rodolphe IIl avait

réuni à l'empire d'Allemagne par Conroyaume de Bourgogne cisjurane, par

nommé son héritier. Conrad et ses sucopposition au premier, désigné sous le titre de Bourgogne transjurane.

cesseurs n'eurent en réalité que le titre

de roi d'Arles; tout ce royaume s'était ROIS DE PROVENCE, OU BOURGOGNE partagé en une foule de principautés

héréditaires sous la simple mouvance

de l'empire. Parmi ces vassaux nous Le royaume de Bourgogne cisju- citerons : rane, fondé par Lothaire en faveur de son fils Charles, en 855 , compre

L'archevêque de Lyon. nait la Provence proprement dite, le

de Besançan. Vivarais, le comté d'Uzès, le duché

de Vienne.

Avalensis.
Avenionensis.
Aventicensis.

Cabilonensis.
Cavilonensis.

Genevensis.

Massiliensis.
Mauriciensis.
Nivernensis.
Vasionensis.
Viennensis.
Vesontiensis.

CISJURANE,

d'Einbrun.

de Gap.
de Die.

L'évêque de Bale.

A la mort de Charles le Téméraire, de Bellai.

Louis XI réunit la Bourgogne à la de Genève. de Grenoble.'

France. de Lausanne.

Cette province forma depuis un

gouvernement militaire, auquel on de Valence.

ajouta la Bresse. Ce gouvernement

était un pays d'états. Les états s'asTous décorés des titres de princes et

semblaient à Dijon de trois en trois comtes d'empire.

ans. Dans la division de la France en Quant aux fiefs, le comté de Bour

départements , la Bourgogne et la gogne, le Dauphiné, la Provence, le

Bresse ont formé les quatre départeLyonnais, ils furent réunis à la Fran

ments de la Côte-d'Or, de l'Yonne, de ce; la Savoie forma un État libre; la

Saône-et-Loire et de l'Ain. Suisse , démembrée à l'infini, resta à l'Allemagne.

BOURGOGNE (première maison

royale de). Deux branches de la faAprès avoir fait sommairement l'his- mille capétienne ont possédé tour à toire des royaumes de Bourgogne,

tour la Bourgogne à titre de duché. nous revenons à celle de la Bourgogne La première maison de Bourgogne proprement dite. Dans le partage de

eut pour chef Robert le Vieux , l'empire entre les fils de Louis le Dé

deuxième fils du roi de France, Robonnaire, en 843, la partie de l'ancien

bert Ir. Son frère aîné, qui monta sur royaume de Bourgogne située à l'ouest

le trône de France sous le nom de Edu Rhône et de la Saône, et formant Henri Ier, avait porté d'abord le titre le duché de Bourgogne, fut séparée du de duc de Bourgogne. Robert,

qui reste du royaume de Bourgogne, et était l'objet des préférences de sa resta attachée à la France. Ce duché

mère Constance, fut poussé par elle fut l'un des fiefs les plus importants du à la révolte contre son frère. Le but

royaume, et il fut successivement pos- de cette reine était de placer son fils et sédé par plusieurs dynasties.

de prédilection sur le trône, au méPIEMIÈRE DYNASTIE DES DUCS DE BOURGOGNE.

pris du droit qui y appelait l'aîné. Ducs bénéficiaires.

Robert réussit à soulever une partie Richard le Justicier, 877.

des vassaux turbulents de la cou

ronne, et s'empara de quelques places 3o Giselbert, 923.

dont l'activité de son frère ne le laissa 4 Hugues le Noir et Hugues le Grand, 938. 5° Otton, 956.

pas maître longtemps. Il échoua dans Ducs propriétaires.

son entreprise, et fut trop heureux de 6° Henri le Grand, 965.

recevoir, en échange de ses prétenRéunion au domaine, 1002.

tions à la couronne, le duché de BourDucs de la première race. gogne que lui abandonna le roi Henri, 7° Henri II, 1015.

non point à titre d'apanage, mais en 80 Robert dit le Vieux, 1032.

toute propriété pour sa race, ainsi que go Hugues ler, 1075.

le font observer les auteurs de l'Art 100 Eudes jer, dit Borel, 1078. 7to Hugues Il , dit le Pacifique, 1102.

de vérifier les dates. Robert était 12° Eudes II , 1142.

d'un caractère violent et farouche. Il 130 Hugues III, 1162. 14° Eudes III, 1193.

tua, dans un accès de colère, le sei15° Hugues IV, 1218.

gneur de Semur, son beau-père, avec

qui il s'était pris de querelle au milieu 17° Hugues V, 1305.

d'un repas. Ce crime eut pour consé18o Eudes IV, 1315. 19° Philippe jer de Rouvre, 1350.

quence un pèlerinage à Rome et la

fondation d'un prieuré, sur les por. Ducs de la seconde race.

tes duquel il fit sculpter l'histoire de 20° Philippe II le Hardi, 1363.

ce meurtre. Ce monument subsistait 21° Jean sans Peur, 1404. 22° Philippe III le Bon , 1419.

encore dans le siècle dernier. 23o Charles le Téméraire, 2467.

Robert le Vieux abandonna le soin,

2° Raoul, 921.

E 16° Robert II, 1272.

de la justice et du gouvernement ensuite en Palestine, et y mourut en de son duché à des mains faibles ou 1102. Les chroniqueurs lui donnent infidèles qui laissèrent tous les désor un caractère violent et brutal , et des dres s'y introduire. Il mourut l'an habitudes de rapacité et de pillage qui 1075.

s'exerçaient sur tous ceux qui pasHugues fer, petit-fils du précédent, saient dans ses États. Il laissa deux fils avait perdu son père en bas âge, dans et deux filles. une guerre faite au comte de Nevers. Hugues II le Pacifique, succéda à Son aïeul , Robert, voulut disposer de son pere en 1102. Il donna des secours son héritage en faveur d'un de ses on au roi Louis le Gros contre le roi cles, mais le jeune duc revendiqua ses d'Angleterre en 1109, et contre les droits avec tant de noblesse et de fer- Impériaux qui envahirent la Champameté, selon le récit d’Orderic Vital, gne en 1124. Il termina sa carrière en que l'assemblée des vassaux réunie à 1142, après un règne de quarante ans, Dijon le reconnut pour suzerain avec dont la tranquillité lui valut le surnom acclamation. Les chroniqueurs vantent de Pacifique. Il avait épousé une fille son amour pour la justice, sa fermeté du vicomte de Turenne; il en eut six redoutable aux vassaux qui troublaient filş, qui se vouèrent presque tous à l'ordre et la paix de son gouvernement. l’Eglise. Une de ses filles, du nom de Il mérita l'amour de tous les gens de Sybille, épousa Roger II, roi de Sibien, dit Orderic Vital, et se rendit ter- cile. rible comme la foudre aux méchants Eudes II, fils de Hugues II. Un bisqui ne connaissent point de loi. Son torien moderne fait honneur à ce prince zèle religieux le conduisit en Espagne d'une expédition en Portugal qui paraît combattre les infidèles, s'il faut en extrêmement contestable. Les auteurs croire l'opinion de quelques historiens; de l’Art de vérifier les dates font red'autres révoquent en doute cette ex marquer que la prise de Lisbonne, qui pédition qui leur semble inconciliable lui est attribuée l'an 1144, eut lieu en avec les autres événements du règne 1147, et que le prédicateur Arnauld, de Hugues. La mort de sa femme, témoin oculaire de l'expédition, ne fait dont il n'avait point eu d'enfants, le aucune mention du duc de Bourgogne. détacha complétement du monde où il Il avait refusé de se reconnaître le avait toujours vécu dans les pratiques vassal de Louis VIII; mais un jugereligieuses les plus ferventes. Il aban. ment sanctionné par Adrien IV l'odonna tout pour se retirer au monas bligea à rendre hommage à ce prince. tère de Cluny. Il passa quinze ans Il mourut en 1162, laissant de Marie, dans sa nouvelle condition, devint fille de Thibaut le Grand, comte de aveugle dans les dernières années de Champagne, Hugues, qui lui succéda. sa vie, et mourut en 1093.

Hugues III. Če prince partit vers Eudes ler, surnommé Borel, frère 1171 pour la terre sainte; mais il ne du précédent , lui succéda en 1078. Il put atteindre le but de son voyage; une donna des secours au roi de France tempête l'assaillit, et il fit væu, s'il contre ses vassaux les plus turbulents, échappait au naufrage, de bâtir une et se mit en route pour l'Espagne à la église à la Vierge. Il réalisa son veu; tête d'une armée grossie d'une multi et telle est l'origine de la Sainte-Chapelle tude de seigneurs. Une nouvelle inva- de Dijon. Hugues III trouva l'occasion sion des populations africaines dans la d'ajouter à son duché des possessions Péninsule avait déterminé cette expé importantes, en secondant le roi Louis dition. Eudes ne trouva pas l'occasion le Jeune contre le comte de Châlons. de rendre de grands services à la Il obtint en récompense une partie cause de la chrétienté, et revint dans des terres de ce seigneur. Il fit ensuite ses États après avoir passé quelque la guerre au comte de Nevers et au temps à la cour de Léon, près de sa seigneur de Vergy, qui lui refusaient tante, la reine Constance. Il se rendit l'hommage. Il aida le jeune Henri , au

Court mantel, fils du roi d'Angleterre, en 1238, et en revint en 1241, sans y Henri II, dans la rébellion contre son avoir rien fait d'important. Il s'y père. Il accorda, l'an 1187, une charte rendit de nouveau en 1249, et prit part de commune à la ville de Dijon. Le à tous les revers du monarque dont mauvais succès de sa première cam

il suivait la fortune. Il tomba comme pagne en terre sainte ne le détourna lui aux mains des infidèles, après le pas de prendre part à la croisade dont combat de la Massoure; il fut le comPhilippe-Auguste et Richard d'Angle- pagnon de sa captivité, et recouvra la terre furent les chefs. Il s'y com liberté avec lui. Un traité qu'il fit avec porta vaillamment, et se signala sur l'empereur Baudouin II lui donna le tout à la prise de Saint-Jean d'Acre. royaume de Thessalonique. Il alla viIl commandait l'aile gauche à la ba siter le tombeau de saint Jacques, et taille d'Ascalon; mais, après le départ mourut au retour, en 1272. de Philippe-Auguste, la basse jalousie Robert Il était le troisième fils de qu'il portait à Richard, auquel cepen- Hugues IV, qui l'institua son succesdant il avait été redevable de son salut à seur, et lui donna l'investiture du dula bataille d'Ascalon, mit le désordre ché de Bourgogne. Chargé de diverses dans l'armée chrétienne, et fit man missions importantes sous Philippe le quer le but de l'expédition, la reprise Hardi et Philippe le Bel, Robert side Jérusalem. Joinville porte de lui ce gnala plusieurs fois son zèle pour la jugement : « Hugues fût moult bon défense des droits de la couronne, et chevalier de sa main et chevalereux, surpassa en richesses, en puissance et « mais il ne fut oncques tenu à saige, en crédit, tous les princes de sa race « ne à Dieu ne au monde. » Ce prince qui l'avaient précédé. Robert assista, mourut en Asie en 1193, et laissa deux l'an 1303, à l'assemblée convoquée par fils, Eudes et Alexandre.

Philippe le Bel, à l'effet de délibérer Eudes III, fils de Hugues III, sur les prétentions des papes au gou-' servit avec zèle Philippe-Auguste dans vernement temporel des États, et y la plupart de ses expéditions, et fut déploya un grand zèle pour la défense l'un des instruments les plus dévoués du droit des princes. Il mourut en de la politique suivie par ce prince 1305. dans le but de dépouiller Jean sans Hugues V succéda en 1305 à RoTerre de ses États de France. Il se bert II, son père, et régna sous la croisa contre les Albigeois; et, comme tutelle d'Agnès de France, sa mère. Il pour prouver que le zèle religieux lui avait été fiancé à Catherine de Valois en avait seul mis les armes à la main, 1302, et allait épouser Jeanne, fille de il montra un grand désintéressement Philippe V, roi de France, lorsqu'il dans cette lutte, et refusa la part mourut en 1315. qui lui était offerte dans les dé Eudes IV, frère du précédent, lui pouilles des excommuniés. Il com-, succéda. Il prit en main, contre Phi. mandait l'aile droite à la bataille de lippe le Long, les intérêts de sa nièce, Bouvines, et faillit y périr. Il avait Jeanne, fille et unique héritière de eu son cheval tué sous lui, et ne s'é Louis le Hutin. Mais quand Philippe tait relevé qu'à grand' peine sous sa eut été proclamé roi par l'assemblée lourde armure. Il mourut en 1218, au des grands, il fit sa paix avec lui, et moment où il se préparait à passer en épousa sa fille aînée. Il vendit à PhiÉgypte à la tête d'un corps de croisés. lippe, prince de Tarente, son titre de

Hugues IV succéda à son père en roi de Thessalonique, et de prince 1218, sous la tutelle de sa mère, Alix d'Achaïe et de Morée, et hérita des de Vergy, à qui Philippe-Auguste avait comtés d'Artois et de Bourgogne, à la fait prendre l'engagement de ne point mort de la reine Jeanne, sa belle-mère. se remarier sans son consentement. Eudes servit loyalement Philippede VaLe jeune duc partit pour la terre sainte lois, fit la guerre de Flandre, et se siT. II. 17° Livraison. (DICT. ENCYCL., ETC.)

17

« ZurückWeiter »