Abbildungen der Seite
PDF

fait subir le préfet de police à quatre brigands qu'il a fait arrêter. Des renseignements que j'ai d'ailleurs me portent à penser que ces misérables tiennent à Paris à des comités qui correspondent avec des agents de l'Angleterre et cherchent à les agiter dans leur sens.

Faites mettre les deux individus les plus compromis par ces rapports en galbanum à Bicêtre, au secret. Faites-les interroger sur les comités où ils se réunissent; faites-les interroger aussi de différentes manières pour connaître les individus qui composent ces comités et sur ceux qui cherchent à les agiter. Je désire que cette affaire soit suivie avec un peu d'intelligence. Faites observer la conduite de l'ancien tribun Alexandre.

Faites réunir par la police secrète les renseignements qu'on pourrait avoir dans les bureaux sur les individus de cette classe, et sur les individus déportés par le sénatus-consulte du 14 nivôse, qui sont rentrés en France. Quelques-uns sont rentrés par la voie de l'Angleterre avec des Anglais.

BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7205. — AU GÉNÉRAL BERTHIER, MINIsTRE DE LA GUERRE. Saint-Cloud, 22 vendémiaire an XII (15 octobre 1803). Je vous prie, Citoyen Ministre, de faire connaître au colonel Lahoussaye qu'il doit inspecter et faire exercer, tous les jours, les canonniers garde-côtes, et qu'il doit même exercer la cavalerie à la manœuvre du canon, afin qu'elle puisse aider à toutes les batteries où elle se trouvera.

BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7206. — ARRÊTÉ. Saint-Cloud, 22 vendémiaire an XII (15 octobre 1803). ARTICLE 1". — Il sera établi à Boulogne dans la caserne, à Ostende dans une des casernes, et à Montreuil également dans une caserne, des dépôts de convalescence. ART. 2. — Tous les hommes sortant de l'hôpital, avant de rentrer à leurs corps et de baraquer, resteront une ou plusieurs semaines dans ces dépôts. ART. 3. — Ils feront ordinaire entre eux. Il leur sera fourni une ration de vin et, selon la nature des maladies qu'ils auraient eues, les remèdes qui pourront achever leur convalescence. ART. 4. — Le dépôt de convalescence à Boulogne sera capable de contenir mille hommes. Le dépôt d'Ostende en contiendra cinq cents, et le dépôt de Montreuil en contiendra huit cents. ART. 5. — Il sera nommé un chef de bataillon spécialement chargé de la direction et du commandement de chacun de ces dépôts. Chaque corps faisant partie des camps fournira un nombre d'officiers proportionné au nombre des soldats qu'il aura, pour la police du dépôt, savoir : un capitaine pour cent, un lieutenant pour vingt-cinq. ART. 6. — Des médecins des hôpitaux ou des corps feront le service de ces dépôts. ART. 7. — Les ministres de la guerre et de l'administration de la guerre sont chargés de l'exécution du présent arrêté.

BONAPARTE. Archives de l'Empire.

7207. — AU CONTRE-AMIRAL DECRÈS, MINISTRE DE LA MARINE ET DES COLONIES. Saint-Cloud, 22 vendémiaire an XII (15 octobre 1803). Je vous renvoie votre correspondance, Citoyen Ministre. Mon intention n'est pas de donner de l'avancement aux officiers qui ne sont rentrés que depuis quatre mois, à moins d'actions d'éclat, et qu'ainsi les citoyens Lostanges et Pinières ne peuvent être avancés dans ce moment ; mais j'approuve qu'on les mette en évidence pour qu'ils se

distinguent.

BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7208. — AU CONTRE-AMIRAL DECRÈS.
Saint-Cloud, 23 vendémiaire an XII (16 octobre 1803).

Le citoyen Forfait pense, Citoyen Ministre, que les péniches et même les bateaux canonniers de Rochefort, Bordeaux et Nantes, peuvent arriver à Paris en les faisant passer par le canal de Briare. Ce projet serait bien avantageux, puisqu'il mettrait les bâtiments à l'abri de tout danger.

Il faudrait que les bâtiments du 5° arrondissement en partissent avec leurs équipages et tout équipés ; car, sans cela, nous ne saurions où avoir des matelots. Faites-moi connaître ce que vous pensez de ce projet ; il me paraît infaillible pour les péniches. Je vous renvoie votre correspondance d'aujourd'hui.

BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7209. — AU CITOYEN REGNIER, GRAND JUG E, MINISTRE DE LA JUSTICE.

Saint-Cloud, 24 vendémiaire an XII (17 octobre 1803).

Il reste sur l'an XI, Citoyen Ministre, 96,000 francs. Je désire que vous les employiez à prendre, sous le nom de deux personnes différentes, 80 actions de la banque. Ces actions seront pour vous ; vous choisirez deux hommes instruits et qui aient votre confiance, de manière qu'ils puissent faire partie du conseil général de la Banque, et qu'ils puissent parler et soutenir les intérêts du Gouvernement dans cette association.

BONAPARTE. Archives de l'Empire.

7210. — AU CONTRE-AMIRAL DECRÈS,
MINISTRE DE LA MARINE ET DES COLONIES.

Saint-Cloud, 24 vendémiaire an XII (17 octobre 1803).

Il paraît, Citoyen Ministre, que les petits ports de la Manche ne peuvent contenir que très-peu de bâtiments, et les pratiques pensent qu'il faudrait répartir les bâtiments de la flottille par sections de neuf. Fixez votre attention sur cet objet, et décidez ce que vous croirez le mieux pour le service.

BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

72I l. — AU CITOYEN REGNIER, GRAND JUGE, MIN1STRE DE LA JUSTICE.

Saint-Cloud, 25 vendémiaire an XII (18 octobre 1803).

Un nommé Primavesi, qui demeure hôtel d'Alsace, rue des BonsEnfants, est un agent de l'Angleterre. Le motif ostensible de son séjour à Paris est la poursuite de liquidations sur des émigrés; mais le but réel est de s'entendre avec les agents de l'Angleterre et de réunir des armes. Comme il part demain, il serait convenable de le faire arrêter demain à la pointe du jour.

Faites prendre des renseignements chez le restaurateur Bertrand, palais du Tribunat, et chez un restaurateur rue Baillif, n° 5, où il dîne souvent.

Vous ferez interroger Primavesi sur les personnes qu'il voit, sur un nommé Joly, sur un chevalier Montemorin, etc. On lui demandera quels sont les individus par lesquels il faisait faire des achats d'armes, et avec quels agents de l'Angleterre il correspond ici pour les dernières fournitures d'armes. Il est certain que cet homme a des correspondances avec des Anglais. BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7212. — AU GÉNÉRAL MQNCEY, PREMIER INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA GENDARMERIE. Saint-Cloud, 25 vendémiaire an XII (18 octobre 1803).

Citoyen Général Moncey, vous ferez partir pour Verneuil six brigades de gendarmerie d'élite à pied et six à cheval, qui resteront dans les environs de cette ville, jusqu'à ce que les brigands qui y ont attaqué des courriers soient arrêtés.

BONAPARTE. Archives de l'Empire.

7213. — AU CONTRE-AMIRAL DECRÈS,
MINISTRE DE LA MARINE ET DES COLONIES.

Saint-Cloud, 25 vendémiaire an XII (18 octobre 1803).

Je vous renvoie, Citoyen Ministre, votre correspondance. Je vois dans le rapport du général Levavasseur qu'il pense que l'obusier de 6 pouces peut très-bien être placé sur une péniche. Donnez l'ordre, dans ce cas, qu'on rectifie le modèle d'affût, après l'expérience faite, et désignez dans les ports l'armement que doit avoir chaque péniche. Je désirerais que les deux tiers des péniches fussent armées avec des pièces de 4 et un obusier de 4 pouces 6 lignes, et qu'un tiers le fût avec un obusier de 6 pouces et un obusier de 4 pouces 6 lignes. La marine fera faire les affûts, et la terre fournira les pièces. Il y a quelques ports où la terre ne pourra fournir ni pièces de 4 ni obusiers. Le port fera embarquer l'affût, et la pièce sera fournie dans des relâches qui seront désignées. Ordonnez de faire faire l'expérience de la pièce de 4 qui a été placée sur une péniche. D'après une lettre que je reçois du général Berthier, Étaples ne va pas. Il n'y a encore aucune espèce d'approvisionnement, ni ouvriers de marine, ni contre-maîtres, ni garde-magasins, enfin rien de ce qui est nécessaire pour l'organisation d'un port. Il paraît qu'Ostende ne va pas mieux.

BONAPARTE. Archives de l'Empire.

7214. — AU CITOYEN REGNIER, GRAND JUGE, MINISTRE DE LA JUSTIC E. Saint-Cloud, 26 vendémiaire an XII (19 octobre 1803). Citoyen, le Premier Consul me charge de vous inviter à faire connaître par le préfet de police aux imprimeurs et libraires que l'intention du Premier Consul est qu'on ne publie un ouvrage dédié soit à lui, soit à sa femme, sans que l'auteur ait obtenu la permission de

la dédicace.

Par ordre du Premier Consul. Archives de l'Empire.

7215.— AU GÉNÉRAL BERTHIER, MINIsTRE DE LA GUERRE. Saint-Cloud, 26 vendémiaire an XII (19 octobre 1803). Le général Davout, Citoyen Ministre, fera fournir des garnisons , aux péniches qui, d'Ostende, de Dunkerque et de Flessingue, doivent se rendre à Boulogne. Le général Soult en fera fournir à celles qui · doivent s'y rendre de Calais. Donnez ordre au général Lemarois de faire fournir dix hommes par péniche et dix hommes par caïque, qui doivent partir de SaintMalo, par la 32° ou la 39°. Un bataillon de la 32° a eu ordre de se rendre à Saint-Malo. Vous donnerez ordre au général Dupas d'en faire fournir, par la 9° et la 10° légères, à celles qui partiront des différents points de son arrondissement.

BoNAPARTE.
Archives de l'Empire. -

7216. — AU GÉNÉRAL BERTHIER , MINISTRE DE LA GUERRE. Saint-Cloud, 27 vendémiaire an XII (20 octobre 1803), 4 heures du matin. On ne peut se dissimuler qu'une grande partie des prisonniers anglais désertent avant d'être rendus à leurs dépôts. Il n'y a encore rien d'organisé pour ce service, qui ce fait extrêmement mal.

BONAPARTE. Archives de l'Empire.

7217. — AU CITOYEN REGNIER, GRAND JUGE, MINISTRE DE LA JUSTIC E. Saint-Cloud, 27 vendémiaire an XII (20 octobre 1803). Un grand nombre d'arrestations a eu lieu, depuis un mois, de prévenus d'espionnage sur la côte. Il n'y a pas de doute qu'il n'y en

« ZurückWeiter »