Abbildungen der Seite
PDF

s'y attendre, les secours à porter à Santo-Domingo seraient moindres. Total de cette seconde expédition, 5,200 à 5,600 hommes. Troisième expédition : Prendre Sainte-Hélène et y établir une croisière pendant plusieurs mois. Il faut pour cet objet 12 à 1500 hommes. L'expédition de Sainte-Hélène porterait 200 hommes de secours au Sénégal, reprendrait Gorée, suivrait tous les établissements anglais, le long de la côte d'Afrique, qu'elle mettrait à contribution et brûlerait. A cet effet, l'escadre de Toulon, composée de l l ou 12 vaisseaux, y compris le vaisseau qui est à Cadix, partirait la première. Arrivée dans l'Océan, elle détacherait 2 vaisseaux, 4 frégates et 2 bricks, les meilleurs marcheurs, pour l'expédition de Sainte-Hélène (ces 2 vaisseaux, 4 frégates et 2 bricks, porteraient l,800 hommes ; 200 seraient laissés à Gorée et au Sénégal); et, au nombre de 9 à 10 vaisseaux et de 3 frégates, portant 5 à 6,000 hommes, elle marcherait droit sur la Guyane, où elle prendrait Victor Hugues', et se rendrait à Surinam. Du moment qu'on aurait avis que l'escadre de Toulon aurait mis à la voile, l'escadre de Rochefort recevrait ordre de partir. Elle irait droit à la Martinique, s'emparerait de Sainte-Lucie et de la Dominique, et se mettrait sous les ordres de l'amiral commandant l'escadre destinée à l'expédition de Surinam. Cette escadre, ainsi forte de 14 ou 15 vaisseaux et de 7 à 8 frégates, mettrait à contribution toutes les îles anglaises, ferait toutes les prises qu'elle pourrait, se présenterait devant toutes les rades, arriverait devant Santo-Domingo, y jetterait 1,000 à 1,200 hommes, des armes et de la poudre selon les événements, ferait tout le mal qu'elle pourrait à la Jamaïque, opérerait son retour sur le Ferrol, débloquerait nos 5 vaisseaux, et, au nombre de 20 vaisseaux, irait à Rochefort. ll me semble que tout est prêt pour ces expéditions. A l'escadre de Toulon, à l'expédition de Surinam et à l'escadre de Rochefort, on pourrait joindre un certain nombre de bricks et de petits bâtiments, tant pour servir à l'expédition que pour pouvoir les laisser à la Martinique et à Surinam. Ainsi, en supposant que ces expéditions pussent partir dans le courant de brumaire, on pourrait espérer qu'avant germinal notre escadre pût opérer son retour sur Rochefort. Quant à l'expédition de Surinam, Victor Hugues serait fait colonel et commanderait en second. Il est inutile de le prévenir; il y a plus de dangers que d'avantages. Comme on emportera des fusils, il pourra probablement fournir pour l'expédition de Surinam 3 à . 400 hommes de sa colonie. Les Anglais n'ont pas aujourd'hui I,500 hommes dans les colonies hollandaises. Je pense que rien ne sera plus facile que la prise de cette colonie. Quant à l'expédition de Sainte-Hélène, je vous ai remis un mémoire à Boulogne. Faites venir l'auteur de ce mémoire, qui est à Givet. Les Anglais ne s'attendent à rien moins qu'à cette expédition; il sera très-facile de les surprendre. La croisière, comme elle est déterminée ci-dessus, fera, dans le cours de trois ou quatre mois, un mal immense aux Anglais. Elle se fera renforcer par tous les bâtiments que nous avons à l'île de France; et, lorsqu'elle jugera à propos de cesser sa croisière, elle laissera la colonie approvisionnée pour huit ou neuf mois de vivres. Elle opérera alors son retour sur un port d'Espagne ou de France. L'amiral Villeneuve commandera l'expédition de Surinam ; le contre-amiral Missiessy commandera celle de la Martinique. Choisissez un bon contre-amiral pour commander celle de Sainte-Hélène. Les Anglais se trouveront en même temps attaqués en Asie, en Afrique et en Amérique; et, accoutumés comme ils le sont depuis longtemps à ne pas se ressentir de la guerre, ces secousses successives sur les points de leur commerce leur feront sentir l'évidence de leur faiblesse. La Martinique et Sainte-Lucie seront sous les ordres de l'amiral Villaret. Les deux généraux de brigade qui sont sous les ordres du général Lagrange resteront pour commander l'une et l'autre de ces deux colonies. Victor Hugues restera commandant général de Surinam et de Cayenne. Un général de brigade commandera à Demerari, un à Berbice et un à Cayenne. Vous désignerez les frégates et bricks qui doivent rester à Surinam ; il n'y restera point de vaisseaux. Le général Lagrange ne connaîtra que la partie de l'expédition qui est relative à la Dominique et à Sainte-Lucie. Avant tout, il se concertera avec les capitaines généraux Ernouf et Villaret. Ces capitaines généraux l'aideront chacun de leur côté pour la prise de ces îles. Si l'on ne peut prendre les deux, on préférera la Dominique à SainteLucie. Si la Dominique était prise promptement, et qu'on pût tenter quelque chose sur d'autres îles anglaises, on le fera, ne fût-ce que pour les ravager, les mettre à contribution et brûler les bâtiments qui seraient dans les rades. L'amiral Villeneuve ne restera pas plus de vingt-quatre heures devant Cayenne. Les hommes de Victor Hugues, qui connaissent les localités, débarqueront les premiers à Surinam, comme les plus ac

1 Commissaire du Gouvernement à la Guyane française.

climatés. On attaquera à la fois Surinam et Demerari, et comme, lorsque l'escadre s'en ira, on sera encore maître de la mer, les frégates et les bricks laissés à Victor Hugues, sous un bon capitaine de vaisseau, pourront être par suite employés à toute croisière qu'on pourrait entreprendre sur la Trinité, sans cependant compromettre en rien les possessions principales. Il faut donc que vous joigniez aux escadres de Toulon et de Rochefort le plus de petits bâtiments possible. Je donne aujourd'hui les ordres au ministre de la guerre, et tout sera prêt au 18 vendémiaire. J'imagine que le général Villeneuve est déjà à Toulon; s'il n'y est pas, qu'il s'y rende sur-le-champ. Si l'on pouvait embarquer deux chevaux par vaisseau de guerre pour l'expédition de Surinam, ils auraient la destination suivante : la moitié ferait un attelage d'artillerie, et l'autre moitié fournirait un cheval à chacun des généraux. Il doit y avoir des mulets de trait à Cayenne ; et, pour la petite traversée de Cayenne à Surinam, il sera facile d'en charger une cinquantaine; mais, pour une expédition de cette nature, huit chevaux de trait sont déjà d'un grand secours, puisqu'ils peuvent faire remuer quatre pièces de 4. Quant à l'expédition de l'île d'Aix, il n'y a pas besoin de chevaux. Cependant, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, on pourrait en embarquer dix, deux sur chaque vaisseau; mais j'imagine que la Martinique et la Guadeloupe en ont suffisamment. L'homme qui est à Givet sera retenu près de vous jusqu'au dernier moment. Il partira en poste de Paris, se rendra à Toulon, et s'embarquera immédiatement à bord du vaisseau de l'amiral qui doit aller à Sainte-Hélène. Vous pouvez appeler près de vous le capitaine de vaisseau qui est à Boulogne, qui connaît bien la mer de la Guyane. Vous ne devez rien lui dire. Au dernier moment, il partira pour Toulon, se rendra auprès du général Villeneuve, et fera tout pour qu'on ne sache pas qu'il est embarqué, ou vous prendrez tout autre moyen plus simple. Vous lui donnerez le commandement d'une frégate, ou autre chose. Il sera nécessaire que vous destiniez cinquante ouvriers de la marine pour être embarqués à bord des escadres qui partiront des deux ports. Ces détachements compléteront les compagnies des ouvriers de terre où ils seront incorporés. Vous verrez par le tableau ci-joint l'ensemble des trois expéditions.

[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

, ÉTAT PRÉSENTANT L'ENSEMBLE DES MOYENS DES TROIS EXPÉDITIONS DE LA MARTINIQUE, SURINAM ET SAINTE-HÉLÈNE.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][merged small]

PREMIÈRE ExPÉDITION : LA MARTINIQUE.

Deux compagnies du 3° régiment d'artillerie.. 160 hommes.

Demi-compagnie du 7° bataillon du train. ... 50

260

[ocr errors]

DEUXIÈME ExPÉDITION : sURINAM.

[ocr errors]

TRoIsIÈME ExPÉDITION : SAINTE-HÉLÈNE.

Le général de division Lagrange, commandant.

Un général de brigade.

Un adjudant commandant.

Deux capitaines.

5 vaisseaux portant. . 2,600 hommes. 4 frégates portant... 1,000 2 bricks portant. ... l00

| 3,700

9 vaisseaux portant. . 4,500 hommes.

3 frégates portant ... 750
4 bricks portant.. .. 200
5,450

26° régiment de ligne. 1,600 hommes.
2 bataillons piémontais 1,200
Le 3e bataillon colonial
qui est a l'ile de Ré. 400
1 comp° du 4e chass°. 60
3,260
Artillerie, etc. , .. , , . 260
3,520

Une escouade de la 2°
compagnie d'ouvriers.

16° régiment de ligue. 1,600 hommes.

67e id... ... l,600
23e id...... l,600
4.800
Artillerie, etc ....... 340
5, 140

Deux compagnies du 4°
régiment d'artillerie. .
Demi-compagnie d'ou-

160 hommes.

vriers. ... .. .. ... .. 50

Une compagnie du 4° ba-
taillon du train ... .. 50
Sapeurs ...... ....... 80
3 40

4 pièces de 12.
4 id. ^ de 8.
6 ip. de 4.
4 obusiers de 6 pouces.
2 mortiers de 12 pouces.
2 id. de 8 id.
4,000 fusils,
800,000 cartouches.
300 coups à tirer par
bouche à feu.

2 vaisseaux portant.. 1.000 hommes. 2e régiment de ligne.. 1,600 hommes. Une compagnie du 4° ré

4 frégates portant.. .. l,000 Artillerie, etc., .... , 100 giment d'artillerie. .. 80 hommes.
2 bricks portant .... l00 l 7oo Sapeurs. ............ 20
2, 100 - 100

2 pièces de 12.
4 id. de 8.
2 obusiers de 6 pouces.
l,000 fusils.
200,000 cartouches.

Le général Lauriston, commandant.
Deu1 généraux de brigade.
Un adjudant commandant.
Un colonel d'artillerie.
Un directeur du parc, commandant en
second.
Deux capitaines d'artillerie.
Un chef de bataillon du génie.
Deux capitaines du génie.

Un général de brigade commandant.

Un adjudant commandant.

Un chef de bataillon d'artillerie.

Un capitaine en deuxième, directeur du dl'C.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[graphic]

8062. — AU VICE-AMIRAL DECRÈS. Mayence, 7 vendémiaire an XIII (29 septembre 1804). Monsieur Decrès, Ministre de la marine, le général Lauriston commandera l'expédition de Surinam ; le général de brigade Reille commandera celle de Sainte-Hélène; le général de division Lagrange commandera celle de la Martinique. Mon intention est que la mission du général Lauriston reste ignorée. Vous lui donnerez tous les documents qui lui seront nécessaires, et il se rendra à Toulon comme pour y remplir une mission ordinaire. Il se rend à Paris auprès de vous. NAPoLÉoN.

[ocr errors]

8063. — AU VICE-AMIRAL DECRÈS.
Mayence, 7 vendémiaire an XIII (29 septembre 1804).

Monsieur Decrès, Ministre de la marine, je vous ai fait connaître mes intentions sur la manière dont j'envisage mes trois expéditions : Surinam, Demerari, Essequibo, Sainte-Hélène et la Dominique.

Dans cette dépêche, je vous fais connaître mes vues sur l'Irlande. Il faudrait supprimer un des six transports, et le remplacer par la Pensée ou par la Romaine armée en flûte; achever l'Océan, et pour cela travailler, s'il est nécessaire, aux flambeaux. Je pense que c'est le seul moyen de pouvoir porter 18,000 hommes, dont 3,000 de cavalerie, artillerie, génie et non combattants, et 15,000 hommes d'infanterie ; 500 chevaux, dont 200 de cavalerie, 200 d'artillerie et 100 d'état-major; moins que cela ne ferait pas un corps d'armée.

Le point de débarquement que vous me désignez me paraît le plus convenable. Le nord et la baie Lough Swilly est, à mon sens, le point le plus avantageux. On doit sortir de Brest, doubler l'Irlande hors de vue de toute côte, et l'aborder comme l'aborderait un vaisseau venant de Terre-Neuve. En parlant ainsi je ne parle que politiquement et point nautiquement, car les courants doivent décider du point où l'on doit attaquer la terre. Politiquement, il vaudrait mieux s'exposer à attaquer l'Écosse qu'à attaquer plus bas. Cette manœuvre déconcertera l'ennemi. Trente-six heures après avoir mouillé, on doit reprendre le large, laissant les bricks et tous les transports. La Volontaire aura ses canons à fond de cale, dont l'armée se servira, soit pour batteries de côte, soit pour tout autre événement imprévu. Sur tout ceci, je suis d'accord avec vous. Mais le débarquement en Irlande ne peut être qu'un premier acte; si seul il devait former une

« ZurückWeiter »