Abbildungen der Seite
PDF

ou au dépôt de la guerre, de la correspondance du général en chef de l'armée de Rhin-et-Moselle en l'an V; cette recherche est urgente. -

Par ordrc du Premier Consul. Dépôt de la guerre.

7593. — DÉCISION.
Paris, 16 ventôse an XII (7 mars 1804).

Le ministre de la guerre soumet au Envoyer sur-le-champ un adju

Premier Consul des renseignements dant général pour se rendre à transmis par le général Leval, comman

dant la 5e division militaire, et un rapport Fribourg, à Schaffhouse, et dans du commandant d'armes de Huningue toutes les possessions autrichiensur un mouvement des Autrichiens dans nes en Souabe; de là, parcourir le canton de Schaffhouse. le Tyrol, aller jusqu'à Salzburg et Passau. S'il voyait des mouvements extraordinaires de troupes, il en préviendrait par un courrier, et continuerait sa route.

BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7594. — AU GÉNÉRAL SOULT,
C OMM A N D ANT L E C A M P D E S A IN T - O ME R.
- Paris, 16 ventôse an XII (7 mars 1804).

Dans le Moniteur ci-joint, vous verrez le nom des brigands jusqu'à ce moment à notre connaissance; hormis Georges, tous les plus importants sont déjà arrêtés.

Une lettre d'Angleterre à Munich, que nous avons arrêtée, charge à Paris de faire des adresses aux armées pour qu'on prenne la défense de Moreau et Pichegru; et des fonds considérables sont déjà envoyés dans ce pays pour arriver à cet objet.

J'ai ordonné au général Moncey de prescrire au commandant de la gendarmerie de votre camp d'arrêter tous les marchands ou individus qui, sous quelque figure que ce soit, tiendraient des propos. Portez-y une attention particulière; les Anglais envoient partout des agents ; ils font des sacrifices considérables pour arriver à leurs fins. Ayez une commission militaire composée d'hommes énergiques, et faites des exemples. Vous êtes à Boulogne inondé d'espions.

J'imagine que vous recevrez, par les vents qui règnent ces jours-ci, un grand nombre de bâtiments. Je brûle d'apprendre que vous avez plus de 100 chaloupes canonnières dans votre port.

|

Instruisez-vous si chaque péniche, bateau ou chaloupe canonnière a des grappins pour l'abordage. J'ai renvoyé tous les criminels dont il est question au tribunal criminel de la Seine, qui commence la procédure. Sous quinze jours cela sera terminé. Nous avons d'assez bonnes nouvelles des Indes, où les Anglais éprouvent beaucoup d'échecs. Nos frégates corsaires font des prises immenses. Je désire beaucoup que tous les bataillons soient au moins à 800 hommes; dès que les conscrits seront habillés, je pense que les chefs de corps feront bien de les faire venir. Je pense qu'ils pourront mieux s'instruire au camp qu'ils ne pourront le faire au dépôt. Nous attendons les nouvelles d'Angleterre; la mort du roi ou sa folie sera un nouveau sujet de calamité pour le pays. Il doit être arrivé un certain nombre de caïques à Boulogne; faitesmoi connaître combien il y en a d'arrivées.

BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7595. — AU GÉNÉRAL SOULT.
Paris, 16 ventôse an XII (7 mars 1804).

En vous écrivant de mettre à la disposition du camp de Montreuil des écuries pour 400 chevaux, je ne songeais pas qu'il n'y avait encore qu'un régiment; n'en mettez donc que pour 300 chevaux.

Dans votre prochaine lettre, faites-moi connaître quand l'écluse de chasse pourra être finie.

Je ne sais pourquoi on retire les sommes à votre disposition et qui sont très-utiles par la manière dont vous les employez pour que le service ne cesse pas.

Je désirerais que vous fissiez vérifier si les pièces de 16 en bronze que nous avons peuvent aller sur les affûts marins de 18.

J'attendrai, pour faire la distribution entre les différents ports des bâtiments-écuries et autres, que j'aie reçu un croquis sur la situation de ces ports.

BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7596. — DECISION. Paris, 17 ventôse an XII (8 mars 1804). Rapport du grand juge sur la division r - - 1 • 1 * marquée des nobles et des roturiers, à Renvoyé au ministre de l'intéTurin, dans les bals du carnaval. rieur, pour faire connaître com

[ocr errors]

bien cette division me déplaît et est contraire aux principes du Gouvernement.

BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7597. — DÉCISION. Paris, 17 ventôse an XII (8 mars 1804). Mémoire du citoyen Lepaultre sur le Renvoyé au ministre de l'inté

commerce, les manufactures, le régime rieur pour prendre connaissance

intérieur d'une partie de la Russie, et d émoi i Daraît fort sur les villes et ports de la mer Noire ! e ce memoire, qui parait 1or

et de la mer d'Azof. important. BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7598. — AU GÉNÉRAL DESSOLLE.
La Malmaison, 17 ventôse an XII (8 mars 1804).

Citoyen Général Dessolle, commandant l'armée de Hanovre par intérim, j'ai reçu votre lettre du 10 ventôse. Je suis bien aise que, dans ces circonstances, vous vous trouviez avoir le commandement de l'armée de Hanovre. Vos sentiments pour la République et pour moi me sont connus depuis bien des années. Je désire que vous exerciez la plus grande surveillance pour arrêter les espions et agents anglais dont vous devez être inondé. Une correspondance de Drake, ministre anglais à Munich, que j'ai interceptée, me démontre que les Anglais mettent tout en œuvre pour faire des dupes de vos côtés.

Dans tous les cas, si, dans cette circonstance fâcheuse, vous perdez des hommes qui vous aimaient, restez persuadé que j'ai toujours pensé que j'avais auprès de vous la priorité et l'ancienneté. Rien n'égale la profonde bêtise de toute cette trame, si ce n'est sa méchanceté. Le cœur humain est un abîme qui trompe tous les calculs; les regards les plus pénétrants ne peuvent le sonder.

Tous les jours nous faisons des arrestations. Je crois avoir la certitude que Georges est encore à Paris avec plusieurs hommes de sa bande. Je doute qu'il échappe encore longtemps à la police.

- BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7599. — DÉCISION. Paris, I7 ventôse an XII (8 mars 1804). Le citoyen Lebrun, aide de camp du Je prie le ministre de la marine

Premier Consul, demande des instruc- de donner des ordres pour le sertions coneernant le service des marins vice des marins de la Garde. Il de la Garde qui sont à Rouen. n'est pas juste qu'ils soient sous les ordres de tout le monde; ils ne doivent connaître que leurs

officiers. BoNAPARTE. Archives de la marine.

7600. — AU CONTRE-AMIRAL DECRÈS.
Paris, 18 ventôse an XII (9 mars 1804).

J'ai lu votre rapport sur les approvisionnements du Nord. Il n'y a pas les documents nécessaires pour établir le compte en argent et en matière des trois individus qui ont géré cette affaire. Je pense qu'il convient de le faire examiner par une commission du Conseil d'Etat.

· Les dépenses à faire cette année sont bien considérables. Il serait peut-être bon de ne dépenser que 1,500,000 francs, si c'est possible, pour le dernier semestre, et l'on pourrait fournir les sept autres dans

les premiers mois de l'an XIII. BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7601.— DÉCISION.
Paris, 18 ventôse an XII (9 mars 1804).

Le ministre de l'intérieur propose de Refusé, attendu que le Premier nommer le citoyen Vauquelin Professeur Consul ne veut pas que trois plaau Muséum d'histoire naturelle. ces soient réunies sur la même tête, et que le citoyen Vauquelin en occupe deux; s'il veut renoncer à l'une d'elles, le Premier Consul verra avec plaisir la désignation d'un savant aussi distingué. BoNAPARTE.

Archives de l'Empire.

7602. — AU GÉNÉRAL DEJEAN. Paris, 18 ventôse an XII (9 mars 18o4). Il faut faire faire, Citoyen Ministre, des drapeaux pour les troupes des camps de Saint-Omer, Montreuil, Bruges, pour l'infanterie de

ligne seulement. La cavalerie et l'infanterie légère en ont eu. Faitesles garder en dépôt à Saint-Omer jusqu'à mon arrivée. Mon intention

est de les donner moi-même aux corps.
- BoNAPARTE.
Archives de l'Empire.

7603. — AU GÉNÉRAL SOULT. Paris, 18 ventôse an XII (9 mars 1804). J'ai reçu votre lettre du 16 ventôse. Les deux profils des ports d'Ambleteuse et Wimereux me paraissent clairs. Je désire en avoir de pareils tous les quinze jours. Faites-m'en faire de pareils pour Boulogne et Etaples. Je désire qu'on puisse, à Ambleteuse, dans le premier compartiment, creuser un emplacement pour quatre ou cinq bricks, et qu'on creuse pour mettre cette petite portion au niveau du fond de l'entrée des jetées. J'ai donné les ordres qu'on commençât sur-le-champ l'écluse de chasse; faites-moi connaître si on s'en occupe. Il n'est pas dit de quel calibre sont les obusiers dont vous me parlez. Je désire savoir si toutes les chaloupes ont un obusier de 8, et, dans le cas contraire, pourquoi elles n'en ont pas. Vous mettez que les caïques n'ont qu'une pièce de 12; ce doit être une erreur; ce sont des pièces de 24 dont elles doivent être

armées. BoNAPARTE. Archives de l'Empire.

7604. — AU GÉNÉRAL MONCEY, PREMIER INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA GENDARMERIE. Paris, 18 ventôse an XII (9 mars 1804). Citoyen Général Moncey, il paraît que des brigands ont cherché à se rembarquer au Havre, et qu'il se passe quelque chose d'extraordinaire sur cette côte. Il est convenable d'y envoyer un officier

intelligent. BONAPARTE. Archives de l'Empire.

7605. — AU GÉNÉRAL RAPP, EN MIssIoN A ToULoN. Paris, 18 ventôse an XII (9 mars 1804). Citoyen Général Rapp, je désire que vous preniez des renseignements détaillés qui me fassent connaître le temps où les quatre vaisseaux désarmés et en radoub pourront être réunis à l'escadre qui est

« ZurückWeiter »