Abbildungen der Seite
PDF

dépensait pour se le rendre fâvorable, que de stériles protestations. Du reste, à la nouvelle de la prise de Malte, l'allégresse fut générale dans les départemens des Iles-Ioniennes; desfêtes publiques furent célébrées dans toutes les communes; Corfou et Zante se distinguèrent par leur pompe et leur magnificence. Le président de l'administration du département de Corcyre, Teotoky et le secrétaire Loverdo*, exprimaient à Bonaparte l'ardent désir de voir dans leur pays leur libérateur, de le connaître, et de lui témoigner leur reconnaissance. Reprenons la suite des opérations de Bonaparte à Malte. Il écrivit au roi d'Espagne : · « La République Française a accepté la médiation de Votre Majesté pour la capitulation de la ville de Malte. M. le chevalier d'Amati, votre résident dans cette ville, a su être à la fois agréable à la République Française et au grand-maître. Mais vu l'occupation du port de Malte par la République, la place de M. d'Amati se trouve supprimée. Je le recommande à Votre Majesté, pour qu'elle veuille bien de pas l'oublier dans la distribution de ses grâces. Je prie Votre Majesté de croire aux sentimens d'estime et à la très-haute considération que j'ai pour elle *. »

" Depuis, entré au service dans les armées de la République, général de brigade en 1815, et lieutenant-général en 1815. * Lettre du 29 prairial (17 juin).

Pendant que la flotte française faisait de l'eau, Bonaparte acheva d'improviser, pour ainsi dire, en deux jours, l'organisation de toutes les branches de l'établissement public. '

Par ses arrêtés des 28 et 29 prairial ( 16 et 17 jutn ), il ordonna la formation de la garde nationale , prescrivit le désarmement du reste des habitans de l'île, et fit approvisionner les forts. Il mit l'administration publique sous la direction du général commandant Malte, détermina la levée régulière des impôts, ainsi que leur emploi et celui du produit de la vente des domaines nationaux. Il les appliqua d'abord aux besoins des troupes de terre et de mer; ensuite à l'établissement d'une école centrale et de différens cours publics à l'école et dans les hôpitaux; enfin à l'entretien de la bibliothèque et des autres établissemens publics. Il décida aussi qu'un certain nombre de jeunes Maltais seraient admis dans les colléges de France. Les distinctions nobiliaires et toute espèce de servitude furent abolies, plusieurs ordres religieux supprimés; l'exclusion des religieux étrangers à l'île prononcée; la liberté des cultes proclamée; enfin l'exercice du ministère évangélique fut déclaré gratuit.

Il restait à payer au grand-maître Hompesch le prix de sa faiblesse et de sa lâcheté, les 6oo,ooo fr. stipulés par la convention. Bonaparte lui en fit compter 3oo,ooo, savoir, 1oo,ooo en argent, et le reste en quatre traites du payeur sur celui de Strasbourg, qu'il invita le Directoire à faire acquitter. 3oo,ooo fr. furent laissés à Malte, du

consentement du grand-maître, pour ses créanciers, il leur fit en outre une délégation annuelle de 1oo,ooo fr. sur sa pension jusqu'à l'entière extinction de ses dettes.

Au moment de quitter l'île qu'il n'avait pas su défendre, ce chef obéré, plus moine que guerrier, ajouta encore à son déshonneur en baisant la main du conquérant qui le dépouillait de ses Etats.

« J'eusse mis, écrivit-il à Bonaparte, un grand empressement à vous aller offrir l'expression de ma reconnaissance pour les constantes affections que vous avez eues pour moi, et de la manière infiniment prévenante avec laquelle vous avez accueilli les diverses demandes que j'ai cru pouvoir vous faire , si, par une délicatesse qui n'a pour objet que de ne rien faire qui puisse rappeler aux Maltais et ma personne et leur ancien attachement, je ne m'étais déterminé à éviter toute occasion de me montrer en public. Veuillez donc bien recevoir par écrit l'expression de ma sensibilité, mes adieux et mes voeux pour vous.

Désirant partir à l'heure la plus tranquille de la nuit, je vous prie, citoyen général, de donner les ordres nécessaires pour que les portes de la ville me soient ouvertes à deux heures du matin, et je me rendrai à bord, sous l'escorte de vos guides que vous avez eu l'attention de me destiner.

Recevez, citoyen général , l'hommage de ma haute estime et de mon sincère attachement. »

Il quitta l'île pour se rendre à Trieste, sous
ToME I. -- GUERRE D'ÉGYPTE. .. ..

r * • " - 7

[graphic]

l'escorte de l'Arthémise qui portait Lavalette à Corfou. . • - ·Cependant, ce même homme, qui se montrait plein d'un respect aussi obséquieux pour le général français, s'était mis, quelques jours auparavant, sous la protection de la Russie, et Bonaparte envoya au Directoire, l'original du traité que I'ordre venait de conclure avec cette puissance. Il n'y avait que cinq jours qu'il était ratifié ; et le courrier, le même que Bonaparte avait fait arrêter, deux ans auparavant à Ancône, n'était pas encore parti. « Ainsi, écrivait-il, l'empereur de Russie nous doit des remercîmens, puisque l'occupation de Malte épargne à son trésor 4oo,ooo roubles. Nous avons mieux entendu que lui-même les intérêts de sa nation. - Cependant, si son but avait été de préparer les voies pour s'établir dans le port de Malte, Sa Majesté aurait dû, ce me semble, faire les choses un peu plus en secret, et ne pas mettre ses projets tant à découvert. Mais enfin, quoi qu'il en soit, nous avons, dans le centre de la Méditerranée , la place la plus forte de l'Europe, et il en coûtera cher à ceux qui nous en délogeront *. » - - Par ce traité, l'empereur Paul, prenant le titre de protecteur de l'ordre de Malte, approuvait l'établissement dans ses États d'un grand prieuré, en remplacement de celui qui avait existé en Pologne, et lui accordait, en compensation des re:) o

" Lettre de Bonaparte au Directoire, du 29 prairial. : ,

[ocr errors]

venus qu'il y avait possédés, une fondation annuelle de 3oo,ooo florins. L'empereur fondait de plus, dans ses États, en faveur de la noblesse grecque, un établissement qu'il dotait d'un revenu annuel de 2oo,ooo roubles. Avec l'original de ce traité, Bonaparte envoya au Directoire plusieurs vues de l'île de Malte, une galère en argent, modèle de la première galère qu'avait eue l'ordre de Rhodes, objet curieux par son ancienneté; un surtout de table venant de Chine, assez bien travaillé, qui servait au grandmaître, dans les grandes cérémonies. A la suite du grand-maître, il fit déporter à Rome les consuls d'Angleterre et de Russie ". Un incident, quoiqu'étranger aux affaires de Malte, mérite de trouver ici sa place. · Après l'insurrection qui avait éclaté dans les troupes françaises, à Rome, contre le général Masséna, le Directoire avait manifesté l'intention de faire plutôt poursuivre les dilapidateurs qui avaient occasioné cette insurrection , que ceux qui s'en étaient rendus coupables. Bonaparte n'était pas homme à pactiser avec l'indiscipline, au moment surtout d'une expédition lointaine, au succès de laquelle l'obéissance passive du soldat était indispensable. Quelques-uns des promoteurs de l'insurrection de Rome se trouvaient dans son armée. Il écrivit au Directoire. « Du moment que le convoi de Civita-Vecchia nous a joints, j'ai été instruit que les ordres que

* Arrêté du 5o prairial(18 juin ).

« ZurückWeiter »