Abbildungen der Seite
PDF

qui en sont le résultat grossissent le Nil et portent ensuite l'inondation dans toute l'Égypte. Cette région est submergée pendant les mois de juillet, août et septembre. Il résulte de ces faits que l'on pourra, en entrant en Egypte dans le courant de mai, être assuré d'y trouver la récolte faite, et conséquemment tous les approvisionnemens nécessaires pour une année entière : donc, nulle inquiétude pour les subsistances et pour la conservation de l'armée. Les mois de mai et juin sont plus que suffisans pour soumettre le Delta et la moyenne Egypte avant l'époque du débordement; il est essentiel de brusquer cette opération, et, après le débarquement, de marcher droit au Kaire, en prenant toutes les précautions possibles pour la conservation des récoltes de riz et de grains, que l'on trouvera faites et serrées, On remettra la conquête de la haute Égypte à l'hiver, après la retraite des eaux. On laboure et l'on ensemence en novembre; en décembre et en janvier, le sol étant parfaitement raffermi, on peut entreprendre et achever la conquête de la haute Egypte. Ainsi , en débarquant dans le courant de mai, la conquête de l'Égypte entière peut et doit être achevée en neuf mois, et l'on sera assuré de deux récoltes, l'une faite et fermée au moment du débarquement, et l'autre sur terre au moment où l'on marchera vers la haute Egypte. Les trois mois d'inondation donneront le temps de fortifier Alexandrie, Damiette et Rosette, ainsi

que l'isthme de Suez; l'isthme doit être fortifié par une ligne serrée de redoutes bien garnies d'artillerie, seul moyen de le rendre inabordable aux Arabes. On ne doit pas perdre de vue que l'Égypte n6 peut être insultée par terre que sur deux points ; l'isthme de Suez qui confine à l'Arabie, et Syène OUl Éléphantine qui confine à l'Éthiopie. Aussi les Romains ont-ils défendu et conservé l'Égypte pendant des siècles avec une seule légion. La conquête de l'Égypte effectuée , qu'en résultera - t - il pour la France ? de deux choses l'une : - - o Ou l'on voudra sur-le-champ chasser de l'Inde les Anglais de vive force, ou l'on se contentera d'anéantir leur commerce avec l'Inde, et de le remplacer par l'avantage seul de notre position en Egypte. Dans le premier cas , rien de plus facile que de faire passer, en très-peu de temps, au moyen d'une escadre stationnée à Suez, tel nombre de troupes que l'on voudra, soit aux Marattes , soit à Tippo - Saïb , qui, bien sûrs d'être puissamment soutenus, du moment que nous serons maîtres de l'Egypte , et étant mortels ennemis des Anglais, s'empresseront de les attaquer, et leur feront une guerre d'extermination, jusqu'à ce qu'ils les aient expulsés du Bengale. Pour nous, il nous suffira de prendre pour

indemnité et de conserver dans l'Inde les ports

de Trinquemale et de Bombay, où nous ferons stationner deux divisions de notre escadre de Suez, qui serviront à protéger et à faire respecter notre commerce sur les côtes du Malabar et de Coromandel, et depuis le Golfe Persique jusqu'au fond du golfe du Bengale. On n'aura rien à craindre des Indiens qui n'ont jamais eu et n'auront jamais de marine militaire; leur système religieux s'y oppose. · Dans le second cas , celui d'anéantir le commerce anglais de l'Inde , il suffira d'établir des entrepôts au Kaire , à Alexandrie et à Marseille. Alors, d'après les ordres envoyés à Marseille, les marchandises des Indes arriveront à Paris et dans tous nos ports de l'Océan , en un mois ou six semaines, par la voie du roulage et par le canal de Languedoc, indépendamment de celles qui y viendront par mer. · · · · · · · · · , · · · · · · , Les Anglais sont dix-huit à vingt mois à attendre les retours. Sous peu d'années , le commerce anglais avec l'Inde ne pouvant, en aucune manière, soutenir une pareille concurrence, sera indubitablement anéanti , et la France sera seule en possession du commerce de l'Inde. » . . , Magallon, comme nous l'avons dit, avait une grande connaissance du pays ; sa proposition , d'abord bien accueillie par le gouvernement français , fut cependant ajournée. i . : o ! Celui-ci s'était toujours flatté que le concours des événemens pourrait faire naître des circonstances favorables pour punir Mourad et Ibrahim beys, soit par lui-même, soit par la Porte, toute faible qu'elle était en Egypte. Les circonstances n'avaient point encore changé ; il fallait donc remettre à d'autres temps tout projet sur l'Égypte. Il n'y renonçait pas, car cette contrée fixait son attention d'une manière toute particulière. Il sentait le degré d'utilité dont elle pouvait être pour la République. Ses vues reposaient sur les bases contenues dans les mémoires de Magallon, dans lesquels il n'avait trouvé que des idées sages et grandes. Le ministre des affaires extérieures , Charles Delacroix, en informant Magallon de ces dispositions du Directoire, lui écrivit : « Je conférerai avec vous sur tous ces objets , lorsque vous serez en France; car je ne doute pas qu'après avoir donné vos soins à vos affaires domestiques à Marseille. vous ne vous fassiez un plaisir de vous rendre à Paris pour y donner au gouvernement tous les éclaircissemens qui pourront lui être utiles pour nos affaires en Égypte. Sous ce rapport, le congé d'une année que vous m'avez demandé et que je m'empresse de vous accorder, ne sera pas . inutile au service de la République ". » Le chef de bataillon Lazowsky , chargé par le Directoire de reconnaître l'empire ottoman , assura que la Porte était hors d'état d'opposer le moindre obstacle à une entreprise contre l'Egypte, et qu'une rupture avec cette puissance, dont tout présageait la chute prochaine , ne devait entraîner aucun malheur. L'expédition d'Égypte était faite pour donner une grande idée de la puissance de la France, attirer l'attention sur celui qui la commanderait , surprendre l'Europe par sa hardiesse : elle devait avoir pour résultats : o

' Lettre du 29 thermidor an Iv ( 16 avril 1796.)

1°. D'établir sur le Nil une colonie française qui prospérât sans esclaves et qui tînt lieu à la République de Saint-Domingue et de toutes les îles à sucre ; 2°. D'ouvrir un débouché à nos manufactures dans l'Afrique, l'Arabie et la Syrie , et de fournir à notre commerce toutes les productions de ces vastes contrées ; 3°. De faire de l'Égypte comme une place d'armes d'où une armée de 6o,ooo hommes pourrait se porter sur l'Indus, soulever les Marattes et les peuples opprimés de l'Indoustan. On comptait sur le secours de Tippo-Saïb. Ce prince avait envoyé des ambassadeurs au gouverneur général des Iles de France et de la Réunion (Malartic), avec des dépêches pour le Directoire ; il avait écrit des lettres particulières à l'assemblée coloniale et aux généraux employés dans ce gouvernement. Il demandait à faire une alliance offensive et défensive avec la France , et proposait d'entretenir à ses frais , aussi longtemps que la guerre durerait dans l'Inde, les troupes qu'elle pourrait y envoyer. Il n'attendait enfin que le moment où les Français viendraient à son secours, pour déclarer la guerre aux Anglais, n'ayant rien plus à cœur que de les chasser de l'Inde. Dans une proclamation " Malartic informa ses administrés des dispositions de Tippo-Saïb , et comme il n'était pas en situation d'offrir des troupes de ligne à ce prince, il invitait les citoyens à s'enrôler

[ocr errors]
« ZurückWeiter »