Abbildungen der Seite
PDF

Français, qui n'avaient point encore riposté au feu de l'artillerie maltaise. On dit que Bonaparte ne fit point jeter de bombes ni tirer le canon contre la ville, parce que les Maltais conspirateurs étaient convenus de massacrer tous les chevaliers à ce signal, et que le général français ne voulut point tremper dans ce complot. Il est plus naturel de penser qu'il ne jugea pas convenable de faire usage de son artillerie contre une place dont les défenseurs étaient si facilement désarmés, et pour épargner les habitans dont il désirait se concilier l'affection. Le chevalier Dupin de la Guérivière commandait le fort de Marsa-Siroco et s'était défendu pendant vingt-quatre heures avec une très-grande résolution ; mais manquant de munitions et de vivres, il fut obligé d'accepter une capitulation honorable. Il rentrait dans Malte avec la garnison, lorsqu'il apprit avec le plus grand étonnement que la ville allait se rendre. Bonaparte répondit au bailli de Souza et au consul de Hollande qu'il entrerait dans Malte le 24 ; que pendant cet intervalle , il réglerait la manière dont il voulait traiter l'ordre avec la médiation du chargé d'affaire d'Espagne. | Le grand-maître désirant se rendre agréable au général français, choisit ses négociateurs parmi les chevaliers qui s'étaient plus particulièrement prononcés pour la France, et nomma le commandeur Bosredon-Ransijat, le chevalier Bardonnèche et l'ingénieur de l'ordre , Touzard. Bonaparte désigna pour régler les préliminaires de la ca

pitulation , Poussielgue, et, sur la demande du grand-maître, l'ancien commandeur de l'ordre , · Dolomieu, savant distingué, qu'il avait attaché à l'expédition. Tandis que ces événemens se passaient dans l'île de Malte, le général Reynier occupait avec non moins de facilité l'île de Goze , défendue par 2,ooo hommes de milices , et garnie de forts et de batteries sur tous les points abordables de la côte. Il avait cherché pour le débarquement un point · gardé et choisi, le Redum-Kibir, entre la TourNeuve et la première batterie de la cale de Ramla. Dans cet endroit, la côte est très-esearpée, et les habitans la regardaient comme à l'abri de toute insulte. Un passage formé par l'écoulement des eaux à travers ces rochers pouvait servir à gravir les hauteurs. Reynier employa toute la matinée du 22 à rallier le convoi, à distribuer des signaux et à se rapprocher de la côte ; la variation des vents et le calme le retardèrent beaucoup. A une heure après midi il était avec l'Alceste et le convoi , éloigné de huit à neuf cents toises du rivage. Pressé d'arriver à l'endroit qu'il avait choisi , avant que les ennemis eussent aperçu son dessein, il fit embarquer des troupes dans tous les canots et partit avec la 3°. compagnie de grenadiers de la 85°. demi-brigade ; les bombardes l'Etoile et le Pluvier s'approchèrent de terre avec les chaloupes ; aussitôt que les ennemis virent la direction qu'elles prenaient, ils coururent de tous côtés pour garnir les hauteurs. Espérant arriver comme eux , Reynier fit force de rames ; les rochers étaient garnis de paysans qui faisaient pleuvoir une grêle de balles sur les chaloupes. Deux cents hommes occupaient la crête de ces rochers, et à chaque moment leur nombre augmentait. Les Français montèrent aussi vite qu'il était possible et presque sans tirer , malgré la pente rapide formée par des éboulemens de terre et de rochers , malgré le feu des ennemis qui plongeait sur eux et les quartiers de pierre qu'ils jetaient. Étonnés cependant de l'audace des grenadiers qui s'avançaient toujours en dépit des obstacles , ils prirent la fuite. Ce combat fut décidé dans quelques minutes , et avant qu'aucune des chaloupes qui suivaient eût le temps d'arriver 7 quelques grenadiers prirent la première batterie de Ramla. Reynier fit rassembler les troupes, à mesure qu'elles débarquèrent, sur la hauteur de RedumKibir, et de là se mit en marche avec une partie de la 85°. demi-brigade vers la cité Chambray par Casal-Nadar, afin de s'emparer de ce fort et de couper la ce mmunication de Goze avec Malte par le fort Migiaro. Ce qui était débarqué de la 9°. demi-brigade s'avança par Casal-Sciara sur le château de Goze. Le fort de Chambray était rempli d'habitans qui s'y étaient réfugiés avec leurs bestiaux ; Reynier leur envoya une proclamation pour les informer de ses intentions et les empêcher de faire une vaine défense qui leur deviendrait funeste. Ayant . | laissé devant ce fort trois compagnies pour attendre leur réponse , il partit pour le château de Goze. - » Aussitôt que les habitans de Rabato et du château de Goze virent arriver les troupes françaises, ils envoyèrent au-devant d'elles pour témoigner de leur soumission , et remettre les clefs du château. Le gouverneur ainsi que les autres chevaliers de Malte s'étaient sauvés ; les troupes françaises entrèrent le soir même dans le château. La proclamation que Reynier avait envoyée à Chambray fit un très-bon effet ; les ponts-levis étant brisés, les habitans aidèrent les troupes à entrer dans le fort , et retournèrent avec leurs bestiaux dans leurs habitations. Les habitans qui avaient pris les armes n'ayant aucune marque distinctive et s'étant sauvés à l'approche des Français, on ne fit pas de prisonniers. Le gouverneur et les autres chevaliers de Malte s'étaient cachés, mais les uns se présentèrent d'eux-mêmes , d'autres furent arrêtés. Reynier les laissa libres dans le bourg de Rabato, jusqu'à ce qu'on connût le sort des chevaliers de Malte. Il conserva l'administration civile et judiciaire de l'île, afin d'avoir des autorités auxquelles il pût s'adresser pour tous les besoins des troupes. Le 23 prairial (I I juin), à minuit, les négociateurs de l'ordre se rendirent à bord de l'Orient auprès du général Bonaparte, et signèrent la convention suivante : .

CoNvENTIoN arrêtée entre la République Fran

çaise, représentée par le général en chef Bonaparte, d'une part ; Et l'ordre des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem , représenté par MM. : le bailli de Torino-Frisari, le commandeur Bosredon-Ransijat, le baron Mario Testa Ferrata, le docteur Nicolas Muscat, l'avocat Benédetto Scembri et le conseiller Bonano, de l'autre part ; Et sous la médiation de Sa Majesté catholiquele roi d'Espagne, réprésenté par M. le chevalier Philippe Amati, son chargé d'affaires à Malte. Art. I. Les chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem remettront à l'armée française la ville et les forts de Malte. Ils renoncent, en faveur de la République Française, aux droits de souveraineté et de propriété qu'ils ont tant sur cette ville que sur les îles de Malte , de Goze et de Cumino. " . - - Art. II. La République Française emploiera son influence au congrès de Hastadt pour faire avoir au grand-maître , sa vie durant , une principauté équivalente à celle qu'il perd , et, en attendant, elle s'engage à lui faire une pension annuelle de trois cent mille francs. Il lui sera donné en outre la valeur de deux années de ladite pension, à titre d'indemnité pour son mobilier. Il conservera pendant le temps qu'il restera à Malte , les honneurs militaires dont il jouissait. Art. III. Les chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui sont Français , actuellement à Malte, et dont l'état sera arrêté par le général en chef, pourront rentrer dans leur patrie ; et

« ZurückWeiter »